Les Annales du Disque-Monde – Tome 5 : Sourcellerie

couv51364010

La magie, c’est de la bouillie pour les chats. Voici la sourcellerie, la puissance thaumaturgique de l’Aube des Temps ! Elle pénètre le Disque-Monde par l’entremise du huitième fils d’un mage (défroqué, oui!). Disons-le tout net: casse-cou. Faudra-t-il compter sur Rincevent pour sauver les meubles ? Il a plus d’un tour dans son sac percé. Il a aussi une équipe de choc, avec le pusillanime Bagage – tellement humain! – et le subtil bibliothécaire de l’université des mages – tellement simiesque ! Avec Nijel le Destructeur, jeune héros par correspondance, et Conina, la fille du plus célèbre Barbare, par qui tombent les cœurs et les coups. Et, en prime, un séjour inoubliable dans la cité d’Al Khali, sous la houlette du Sériph Créosote.

Barre-de-séparation

Pour ne rien vous cacher, j’ai lu ce livre deux fois pour savoir par quel bout le prendre pour en faire une critique.
Je me rends compte que c’est souvent le cas avec les ouvrages du Disque Monde et que ça pourrait ne pas être très bon signe. Pourtant, j’ai réellement passé un bon moment de lecture avec, au centre de l’intrigue, le retour de l’inamovible Rincevent, assez incontournable en ce début de saga.

Solidement installé au bas de l’échelle des Mages, il se complait dans sa médiocrité. Jusqu’à ce que débarque à l’Université de l’Invisible un petit gamin, Sourcelier puisque huitième fils d’un mage pas bien content de s’être fait rattraper par la Mort et qui a investi le bourdon transmis à son descendant.
Devenu plus puissant que l’intégralité de tous les mages présents sur le Disque Monde, Thune entreprend de redonner à la magie la place qu’il estime qu’elle devrait tenir, ce qui entraine quelques catastrophes.

Pendant ce temps, Rincevent tente de sauver le chapeau de l’Archimage, voit du pays, et fait la rencontre de Conina, fille de barbare qui voudrait être coiffeuse, et de Nijel, qui a bien commencé à étudier son manuel pour devenir barbare.

Je suis ressortie un peu partagée de cette lecture parce qu’on y retrouve un peu toujours le même schéma que dans les tomes précédents. Quelque chose arrive, on est au bord de la fin du monde et hop, sans trop comprendre pourquoi, le problème se règle d’un seul coup au dernier moment.
C’est loin d’être mauvais, mais disons que c’est un brin redondant.

Heureusement, il y a beaucoup d’autres choses qui sont toujours autant agréables à retrouver. Rincevent est adorable, les personnages qu’il croise sont intéressants, touchants et bien caractérisés et les messages portés sont importants à faire entendre sur la liberté de choix, l’embrigadement des enfants et tout plein d’autres choses moins évidentes comme cette Apocralypse ratée. Tout en laissant planer le suspens sur les prochaines aventures de Rincevent et du Bagage.

Les Annales du Disque-Monde – Tome 5 : Sourcellerie
Terry Pratchett
Pocket

2 réflexions sur “Les Annales du Disque-Monde – Tome 5 : Sourcellerie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s