Les carnets de l’apothicaire – Tome 2

apothicaire 2

Désormais dame de compagnie et goûteuse au service de Gyokuyo, l’une des concubines favorites de l’empereur, Mao Mao commence une nouvelle vie ! Alors qu’elle vient tout juste d’arriver au pavillon de Jade, elle se forge très vite une réputation d’excellente apothicaire, à tel point que l’empereur en personne la convoque…

Il lui faut maintenant s’acquitter d’une mission de taille : trouver la cause du mal qui ronge Lifa, la mère du petit prince décédé. Malheureusement, la tâche est encore plus difficile que prévu ! En effet, pour guérir sa patiente, la jeune fille va d’abord devoir se confronter aux femmes du pavillon de Cristal…

Barre-de-séparation

J’ai un peu trainé avant de me lancer dans la suite de ce manga, mais c’est avec grand plaisir que je suis retournée suivre les aventures de Mei-Mei désormais bien intégrée parmi les suivantes de Gyokuyo. Le groupe est petit et s’entend bien, pourtant l’Empereur choisit d’envoyer Mei-Mei s’occuper d’une autre de ses favorites, Lifa, qui est encore bien malade.
C’est l’occasion d’assister à une dynamique bien différente parmi un autre groupe de suivantes.

Mais le gros de ce tome est surtout consacré à la fête de l’hiver, unes espèce de grande cérémonie où les favorites sont mises en avant, mais surtout où tout le monde se gèle en flirtant gentiment.
Mei-Mei se met encore une fois en valeur en évitant un empoisonnement mais cette fête est un moment un peu étrange, où on ne sait pas trop ce qu’il se trame avec des jeunes hommes qui font la cour et Mei-Mei qui envoie encore balader Jishin alors que celui-ci continue à roder en flairant le mystère.
C’est un peu dommage que la jeune fille semble autant aveugle à cela alors qu’elle a pourtant pas mal d’expérience dans ce domaine à force d’avoir vécu dans le quartier des plaisirs.

Mais au delà des intrigues amoureuses, il y a aussi beaucoup d’intérêt à suivre les manigances des concubines. J’aime beaucoup ce que l’on apprend sur chacune d’entre elles et ‘Empereur a des gouts bien disparates en matière féminine même si la présence d’une toute jeune enfant parmi elles est assez dégoutant selon nos critères actuels.
J’ai aussi noté cette absence du frère, qui me semble assez bizarre, et j’aime que Mei-Mei soit si didactique avec les autres gouteuses alors que quelque chose m’a semblé pas bien net de ce côté là.

Visuellement, c’est toujours aussi joli, cette fête de l’hiver permettant de se régaler sur les costumes, mais c’est surtout cette intrigue sur les poisons qui me plait le plus.

Les Carnets de l’Apothicaire – Tome 2
Itsuki Nanao, Nekokurage, Touco Shino et Natsu Hyuuga
Ki-Oon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s