Le Château des Nuages

chateau 2

Abdullah mène une vie tranquille dans le sultanat de Rajput jusqu’au jour où il achète à un mystérieux étranger un tapis magique qui le transporte dans un jardin merveilleux. Il y rencontre la princesse de ses rêves, Fleur-de-la-Nuit. Mais, peu après, celle-ci va être enlevée par un effroyable djinn… Pour retrouver sa bien-aimée, Abdullah est prêt à tout dans sa quête, il croise un vieux soldat, un génie dans sa bouteille, un château volant rempli de princesses, des chats et des chiens aux pouvoirs étranges, qui tous réservent bien des surprises… car rien n’est en réalité ce qu’il semble être !

Barre-de-séparation

Après Le Château de Hurle, je me suis lancée dans le deuxième tome de cette trilogie avec une aventure qui, au premier abord, n’a rien à voir avec la première. 
Déjà, parce qu’il n’y a pas de château. On démarre l’aventure dans une grande ville, on traverse le désert, une oasis, beaucoup de montagnes, et c’est seulement à la toute fin qu’on voit un château poindre le bout de son nez. 
Et puis tout simplement parce qu’on n’est pas du tout dans le même univers. Loin de la fantasy anglaise, on est ici dans un conte orientaliste, beaucoup plus proche d’Aladin ou des Mille et une nuits que du cottage et des sorcières et magiciens voulant gagner des guerres.

On y suit Abdullah, un marchand plutôt prospère qui ne rêve que de rencontrer sa princesse et qui achète un jour un tapis volant sans son mode d’emploi. 
Mais voilà que sa princesse se fait enlever, et il part donc à sa rescousse, croisant sur sa route d’étranges personnages, un djinn, des brigands et même un génie dans sa bouteille.

Dans la lignée du tome précédent, on est dans un récit assez loufoque, avec des personnages très caractérisés, pas forcément sympathiques mais qu’il est facile de cataloguer rapidement même s’ils réservent quelques surprises. Face à eux, Abdullah se laisse un peu mener par le destin mais malgré quelques remarques limites, c’est un gentil garçon extrêmement poli qui suit son objectif premier jusqu’au bout. 
L’aventure est elle très mouvementée et si, à aucun moment, je ne me suis inquiétée pour les personnages, il y a beaucoup de rebondissements qui rendent la lecture très sympathique. 

Reste que, comme pour Le Château de Hurle, ce tome possède le même défaut, à savoir une fin extrêmement rushée. A quelques chapitres de la fin je n’avais toujours pas compris ce vers quoi on allait et alors que le récit possédait un rythme constant, il se met d’un seul coup à s’accélérer à toute vitesse et la résolution arrive très vite. 
Le côté positif c’est qu’on y voit que tout était parfaitement calculé depuis le départ puisque chacun des personnages, même le plus signifiant, y trouve un rôle à jouer. J’aurais juste aimé que la construction du final soit un peu plus posée, même si j’ai trouvé fort sympathique que chacun ait sa place dans cette intrigue.

Le Château des Nuages
Diana Wynne Jones
Editions Ynnis

2 réflexions sur “Le Château des Nuages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s