My Dear F***ing Prince

couv62378365

Ils sont ennemis jurés depuis des années… Mais que se passerait-il si le fils de la présidente des États-Unis et le prince d’Angleterre devenaient tout à coup beaucoup plus que des amis ?

Barre-de-séparation

Je ne suis absolument pas les actualités sur la rentrée littéraire, mais j’avais tout de même remarqué la sortie de ce livre qui avait fait parler de lui. Le thème me semblait très fun, j’ai donc sauté dessus quand il est arrivé en France.
Et je me suis retrouvée devant un gros pavé complètement addictif que je n’ai pas pu lâcher et que j’ai dévoré assez frénétiquement jusqu’à avoir le fin mot de cette histoire.

On est dans un postulat de base plutôt original en mettant en scène Alex, le fils de la présidente des Etats-Unis, et Henry, descendant de la Reine d’Angleterre, qui se détestent à tel point qu’ils vont créer un incident diplomatique. Forcés de paraitre comme des amis pour ne pas plomber la campagne de réélection de la mère d’Alex, ils vont peu à peu se rapprocher et à partir de là on tombe dans un schéma de fan-fiction croisé bien souvent de ennemies to friends to lovers.
Classique donc, mais aussi terriblement efficace puisqu’on suit les pensées d’Alex et qu’on chemine en sa compagnie tout au long de l’évolution de la relation des jeunes hommes. Alors certes, c’est très prévisible et on voit bien vers quoi on se dirige, mais le scénario est ponctué de pas mal de péripéties mettant à mal mon petit cœur de midinettes. On a même droit à un étalage de stratégies politiques pas toujours bien jolies à voir, même si dans le fond c’est tout simplement une comédie romantique dans laquelle certains personnages secondaires réussissent à tirer leur épingle du jeu.

Deux ennemis jurés forcés de faire la paix pour apaiser les tensions entre leurs deux pays ? On dirait du Shakespeare !

Il faut dire qu’Alex a un entourage très présent, parfois même un peu trop à mon goût, mais au moins les autres personnages existent réellement et ne se contentent pas de faire de la figuration. On n’échappe pas à de bons gros clichés sur la famille royale britannique mais la quête identitaire d’Alex est, elle, plutôt bien faite, chacun allant à son rythme dans la découverte de sa sexualité et c’est très bien comme ça.

J’ai pas mal rigolé, j’ai couiné, j’ai ragé contre certains personnages et je me suis beaucoup amusée avec ce livre plein de fraicheur et de bonne humeur.
On passe beaucoup de temps à nous parler de sentiments et de la notion de famille, il y a énormément d’échanges, que ce soit vocalement mais aussi par écrit et, alors même que l’histoire ne brille pas par une originalité folle, j’ai été ravie de plonger dans cette bulle un peu doudou pleine de tendresse et de bons sentiments, même si quelques scènes plutôt suggestives empêchent de recommander ce livre aux plus jeunes.

My Dear F***ing Prince
Casey McQuiston
Lumen

6 réflexions sur “My Dear F***ing Prince

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s