Vaisseau d’Arcane – Tome 1 : Les Hurleuses

couv38218211

Sof, jeune infirmière courageuse et intelligente, en a tout à fait conscience lorsque son frère, éminent journaliste à la plume acérée, est frappé par un éclair qui le laisse à peine capable de se déplacer, son esprit à jamais perdu dans les méandres de l’Arcane.
Elle décide de l’emmener loin de la cité où ils ont grandi.

Ensemble, il fuient à travers les forêts aux secrets jamais percés et dans les steppes dévastées.
Ils découvriront un monde redoutable, sans se douter une seconde des enjeux qui se tissent autour de leur destin, où chaque faction tire ses fils avec une virtuosité machiavélique.

Barre-de-séparation

J’avais lu pas mal de bonnes critiques de cette nouvelle saga de fantasy du coup je partais pleine d’envie dans ma lecture et je me suis régalée du début à la fin.
Il faut bien un petit moment pour cerner l’univers dans lequel se situe l’intrigue mais je trouve que cette découverte a contribué à mon plaisir de lecture et le personnage de Sof est une très bonne porte d’entrée pour nous introduire à l’Edilat du Grimmark, une province ayant fait sécession de la République de Tovkie. Les deux pays vivent dans une paix toute relative, mais la plus grande menace sur les habitants réside dans des éclairs surgissant parfois et transformant les personnes Touchées en vaisseau d’Arcane, des personnes catalysant de la magie mais n’existant plus vraiment, perdues au delà de la réalité.
C’est ce qui arrive à Solal, le frère de Sof et celle ci décide de s’enfuir hors de la protection de la ville pour qu’ils ne soient pas rattrapés par la milice. On suit donc le frère et la sœur dans leur périple vers le nord, vers les Hurleuses, un endroit sauvage et peuplé par les Orcs, les habitants de ces grandes montagnes qui ont choisi de vivre en harmonie avec la nature.

Mais Sof n’est pas le seul personnage que l’on suit puisque nous avons aussi le point de vue de Magnus, son ancien fiancé, de Nym, qui mène sa propre mission secrète, des autres opérateurs de l’Edilat, qui cherchent à le retrouver pour le punir de les avoir trahis et de Gabba Do, un Poisson-crane qui vit à la surface grâce à un aquarium mobile. Ce dernier, qui semble assez déconnecté du récit principal, est pourtant une grande source d’informations sur la politique de cet univers.
C’est un point que j’ai énormément apprécié parce qu’on n’est pas seulement dans de la fantasy avec des pouvoirs magiques et des êtres un peu étranges, mais également dans un récit très politique où les différentes factions en présence mettent du temps à tendre leurs pièges et où ce n’est que très tardivement que j’ai enfin compris à quel point tous les petits éléments introduits au fur et à mesure prenaient du sens.

Ce n’est pas pour autant que tout ce qui passe avant est inintéressant, loin de là, mais j’ai aimé cette fin explosive qui remet tout en perspective et qui montre à quel point le récit est intelligemment construit.
Ca se fait en plus sans porter ombrage aux personnages qui sont très agréables à suivre, que ce soit Gabba Do et son innocence, Sof, brillamment courageuse, mais surtout Nym pour lequel j’ai eu un immense coup de cœur, ni aux idées de l’auteur qui transparaissent avec des notions de partage avec la nature ou l’importance de la médecine.
Un vrai plaisir de lecture que j’ai hâte de retrouver pour sa conclusion.

Vaisseau d’Arcane – Tome 1 : Les Hurleuses
Adrien Tomas
Mnémos

7 réflexions sur “Vaisseau d’Arcane – Tome 1 : Les Hurleuses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s