Chevauche-Brumes

couv32965399

Au nord du Bleu–Royaume, la frontière est marquée par une brume noire et impénétrable, haute comme une montagne. De mémoire d’homme, il en a toujours été ainsi. Mais depuis quelques lunes, le brouillard semble se déchirer. Tandis que ce voile enfle et reflue tel un ressac malsain, de violents éclairs strient ses flancs dans de gigantesques spasmes. La nuée enfante alors des créatures immondes qui ravagent les campagnes et menacent d’engloutir le royaume tout entier.

Barre-de-séparation

Arrivé dans ma pile à lire suite à mon envie de découvrir quelques titres prévus au programme des Imaginales (malheureusement annulées cette année), je me suis lancée dans ma lecture en ne sachant quasiment rien de ce qui allait m’attendre.

Chevauche-Brumes est le premier livre de son auteur et le premier tome d’une duologie prenant place dans le monde fantastique du Bleu Royaume, où la Neuvième compagnie de Légions du Roy est envoyée au secours de la ville de Crevet, entourée d’une étrange Brume de laquelle sortent des monstres.

 J’ai aimé cette ambiance proche de la troupe de mousquetaires, qu’on croise finalement assez peu en fantasy, mélangée à de la magie et une certaine conception des armées romaines.
J’ai aimé suivre ces  bonshommes et j’ai senti avec eux cette menace grandissante de la Brume. Il y a de la magie, des combats, de l’abnégation, des Amazones et des sacrifices.

Il est hyper facile de s’identifier aux personnages qui sont très humains. On pourrait croire qu’ils sont stéréotypés mais j’ai au contraire trouvés qu’ils étaient très bien caractérisés.
Ils se soutiennent, ils s’apprécient, ils se détestent parfois et ils comptent les uns sur les autres.
J’ai particulièrement aimé le petit Lansade et son amitié avec Jerod mais aussi Saléon qui mène sa troupe du mieux qu’il peut.
Il y a une histoire et un background derrière chacun et c’est vraiment chouette d’avoir des personnages qui ne sortent pas de nulle part.

Ce premier tome est ultra dynamique, on enchaîne les péripéties mais sans que cela n’en fasse trop. Le mélange entre les négociations, les rencontres de personnages, la défense de Crevet et les batailles dans la Brume permet de maintenir un bon rythme où on ne s’ennuie jamais mais sans être dans l’overdose
Et moi j’ai avalé ce livre en à peine un week-end et j’ai maintenant hâte de lire la suite.

Chevauche-Brumes
Thibaud Latil-Nicolas
Mnémos

3 réflexions sur “Chevauche-Brumes

  1. Ta chronique le donne trop envie de m’y mettre, j’adore les ambiances de mousquetaires. Croisons les doigts pour que ma libraire le reçoive vite ! Je l’ai commandé il y a 2 semaines mais avec les jours fériés/pont…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s