Bungô stray dogs – Tome 1

img_0760

Après avoir été expulsé de son centre d’accueil, Atsushi Nakajima se retrouve seul et à la rue… il rencontre alors un étrange jeune homme du nom d’Osamu Dazai. Ce dernier fait partie de l’Agence des Détectives armés, une troupe d’enquêteurs aux pouvoirs paranormaux, à la recherche d’un mystérieux tigre mangeur d’hommes. Atsushi semble avoir d’étroits liens avec ce tigre, et se retrouve enrôlé malgré lui parmi ces fameux Détectives sur l’initiative de Dazai.

Merci à Livraddict et Ototo pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Je râle assez souvent ces derniers temps puisque j’ai bien souvent l’impression de tomber sur des mangas qui suivent un peu tous le même schéma du jeune héros avec des pouvoirs qui intègre une guilde ou un groupe dans lequel on devine tous qu’il va faire de supers rencontres et pouvoir s’épanouir.
Je m’apprêtais donc à vivre une nouvelle déception quand Atsushi, exclu de son orphelinat pour cause de problèmes budgétaires, fait la rencontre de Dazai, une espèce d’hurluberlu qui teste une nouvelle manière de se suicider.
Celui-ci se rend rapidement compte que quelque chose cloche avec son nouvel ami et décide de s’en servir d’appât pour tenter de capturer un tigre géant qui sème la panique en ville. A la suite de quoi il lui propose de rejoindre l’Agence des Détectives armés, spécialisée dans les phénomènes étranges.

Et c’est là que j’ai été agréablement surprise parce que j’ai adoré les personnages. Les membres de l’Agence sont amusants, ils ont du caractère, les filles sont habillées correctement et en prime tout le monde a des pouvoirs qu’on découvre au fur et à mesure, lors de leur introduction ou plus tard dans le récit.

Si on ajoute à cela que le scénario se complexifie assez rapidement et que les rebondissements s’enchaînent, j’ai beaucoup aimé la deuxième partie de ce premier tome.
J’ai bien envie de continuer mon aventure avec ce petit groupe, d’autant plus que l’on apprend de nouvelles choses sur des personnages qui donnent encore plus envie de s’intéresser à eux. J’aime particulièrement Dazai, mais aussi Kunikuda qui passe souvent pour le rabat joie de service.

Le dessin est en plus très réussi, avec un trait très clair, ce qui est une bonne chose tant les actions se déroulent parfois rapidement.

Finalement, le seul petit point négatif c’est que les noms des membres de l’Agence sont des références à des auteurs japonais, et que leur pouvoir est un clin d’œil à certaines de leurs œuvres. N’étant pas vraiment calée dans ce domaine, j’ai perdu en route de nombreuses références, que j’ai heureusement pu rattraper grâce aux fiches personnages.

Bungô stray dogs – Tome 1
Kafka Asagiri et Harukawa 35
Ototo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s