Les quinze premières vies d’Harry August

couv32922861

Harry August se retrouve sur son lit de mort.

Une fois de plus.

Chaque fois qu’il décède, il naît de nouveau, au lieu et à la date exacts auxquels il est venu au monde la première fois, possédant tous les souvenirs des vies qu’il a déjà vécues.

Au crépuscule de sa onzième vie, une petite fille apparaît à son chevet. « J’ai bien failli vous rater, Docteur August, dit-elle. Je dois vous transmettre un message, passé d’enfant à adulte, d’enfant à adulte, à travers des générations depuis mille ans dans le futur. Le voici : Le monde se meurt, et nous ne pouvons rien y faire. À vous de jouer. »

Merci à Babelio et à Milady pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

A chaque fois qu’il meurt, Harry renaît exactement là où il est venu au monde la première fois. Ça n’a rien d’étonnant, c’est le cas de tous les humains. Mais lui est un Kalachakra, c’est à dire qu’il se souvient de ses anciennes vies.
Et, encore plus rare, il est un Mnémonique, il n’oublie absolument rien.

Les membres du Cercle Chronos n’ont qu’une seule règle, celle de ne pas trop influer sur le cours normal des évènements. Pour la plupart d’entre eux, c’est une décision qui ne pose pas de problèmes. Mais quand Harry, mourant lors de sa onzième vie, reçoit la visite d’une petite fille qui lui dit que la fin du monde approche de plus en plus, c’est que quelqu’un a bouleversé le présent.

J’ai beaucoup aimé la philosophie dégagée par ce livre. Mine de rien, c’est rassurant de se dire que quand on meurt, on renait tout simplement et qu’on effectue de nouveaux cycles de vie sans se souvenir de ce qu’il s’est passé dans le premier.
Un peu comme une seconde chance.

Pour les Kalachakras, c’est une autre affaire puisqu’ils se souviennent de leurs anciennes vies. On peut comprendre qu’au bout d’un certain temps ils souhaitent repartir sur de nouvelles bases et tout oublier avec la technique de l’Oubli.

La construction du livre peut dérouter vu qu’elle n’est pas linéaire. On ne suit pas les aventures d’Harry dans l’ordre chronologique.
Au contraire, il raconte son histoire en revenant parfois sur des évènements passés et en enchaînant les récits sans suite bien logique. Enfin, c’est ce qu’il semble au début puisqu’en réalité, tout se goupille parfaitement.
Certains évènements, certaines rencontres, certains personnages peuvent sembler inutiles ou anecdotiques mais il n’en est rien.
Tout finit par avoir un sens. Quand on arrive à la conclusion, le cheminement parcouru devient clair et c’est vraiment bluffant.

La complexité des évènements incite à s’abstenir de toute intervention.

Alors il faut s’accrocher pendant quelques pages, en n’étant pas forcément aidé par un vocabulaire de physique bien trop technique par moment.
Mais le résultat est à la hauteur de mes espérances.
A l’arrivée, on obtient un très beau roman aux multiples thèmes, qui est vraiment fascinant.

Les quinze premières vies d’Harry August
Claire North
Milady

Publicités

5 réflexions sur “Les quinze premières vies d’Harry August

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s