L’attraction de la foudre

foudre

Chen est fasciné par la foudre globulaire depuis une expérience traumatisante vécue dans l’enfance. Doctorant en modélisations mathématiques, il est poussé par son université vers l’armée qui allie ressources financières et capacités d’expérimentation.
Chen se retrouve ainsi à tenter de capturer et analyser ces boules d’énergie brute, alors que les tensions internationales s’intensifient.

Merci à Delcourt et Babelio pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Cet énorme pavé de bande dessinée est l’adaptation du livre de Liu Cixin, Boule de Foudre. Je ne l’ai pas lu donc je ne me prononcerai pas sur la fidélité de l’adaptation mais il n’y a aucune raison d’en douter au vu de l’épaisseur et des 270 pages de l’ouvrage.

De Liu Cixin je ne connais que sa grande trilogie des Trois Corps et, à une échelle bien moindre, on retrouve ici ses grands domaines de prédilection, la science, la science-fiction et les théories mathématiques. 
Plus précisément, on nous parle ici de foudre globulaire, dont j’ignorais à peu près tout (si ce n’est une apparition rapide dans un album de Tintin lu il y a bien longtemps). Notre narrateur a vécu une apparition de celle-ci alors qu’il était adolescent, ce qui a entrainé la disparition de ses parents, et il en est depuis obsédée, au point d’accepter d’intégrer l’armée qui est très intéressée par ses recherches puisque la Chine est en conflit avec à peu près le reste du monde à l’époque de cette histoire. 

Pour étudier la foudre globulaire, il faut inventer un nouveau cadre d’analyse. Il faut perdre le sens de la réalité et du plausible.

C’est de la hard SF, on a donc beaucoup de passages assez explicatifs, mais ils sont somme toute assez digestes et bien intégrés dans le récit qui suit tout le parcours scientifique de Chen Kun, ses doutes face à l’utilisation de ses découvertes, et l’attachement qu’il développe envers certains de ses collègues. 
L’ensemble est parfois un peu sec, manquant de sentiments et il est compliqué de s’attacher à des personnages qui n’expriment en réalité pas grand chose si ce n’est un certain patriotisme, une obsession pour leurs travaux ou une fascination pour les armes.

C’est contrebalancé par de très belles planches. Le graphisme sera jugé selon les gouts de chacun, mais la mise en page est très réussie, s’affranchissant souvent du découpage traditionnel du format de la bande dessinée.
Le final réussit à être touchant alors que jusque là je ne m’étais jamais beaucoup sentie impliquée dans l’histoire, mais il reste aussi cette théorie énorme développée par Chen Kun et qui laisse songeur quant à notre univers et les conséquences que cela pourrait impliquer.

L’attraction de la Foudre
Thierry Robin
Delcourt

Publicité

4 réflexions sur “L’attraction de la foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s