La cour des secrets

couv43833204

Stephen Moran est un flic ambitieux affecté aux affaires non classées. Il rêve d’intégrer la Brigade criminelle quand il reçoit la visite de Holly Mackey, fille d’un collègue.
Un an auparavant, dans un lycée huppé pour filles de Dublin, le corps de Chris Harper, 16 ans, avait été découvert. Or Holly a trouvé sur le tableau d’affichage du lycée une photo de Chris assortie d’un mot dont les lettres ont été découpées dans les pages d’un livre : « JE SAIS QUI L’A TUÉ. »

Grâce à cet indice, Moran s’impose aussitôt au côté de l’inspectrice chargée de l’enquête, Antoinette Conway. Issus du milieu ouvrier, les deux flics sont mal à l’aise parmi ces jeunes privilégiés. Et il leur est difficile de démêler l’écheveau des secrets et des mensonges propres à l’adolescence.
Les drames se produisent aussi dans les cages dorées…

Merci à Net Galley et à Calmann-Levy pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

D’un côté, il y a Julia, Holly, Selena et Becca.
De l’autre, il y a Orla, Gemma, Joanne et Alison.

Stefen et Conway ont une journée, pas plus, pour trouver qui, parmi ces huit filles, est celle qui a accroché la carte disant qu’elle sait qui a tué Chris il y a un an.
Témoin, complice, ou même meurtrière, il va leur falloir entrer dans la tête de ces adolescentes pour démêler le mystère.

Si le téléphone avait bippé une heure plus tôt, alors qu’elles ôtaient leur uniforme dans leur chambre, chantant un morceau d’Amy Winehouse et se demandant si elles traverseraient la rue pour assister au match de rugby des mecs de Colm, ou une heure plus tard, à la cafétéria où elles se seraient affalées au dessus de la table pour récupérer les dernières miettes d’un gâteau sec après avoir humecté de salive le bout de leurs doigts, il ne se serait sans doute rien passé.

Car tout s’est peut être déclenché à ce moment là.

Si les inspecteurs n’ont qu’une journée pour boucler leur enquête, c’est aussi le temps qu’il m’aura à peine fallu pour dévorer ce livre terriblement addictif et diaboliquement bien écrit.

En mélangeant l’enquête présente et les flashbacks sur l’année qui a précédé le meurtre, on se retrouve happé dans l’intrigue et des pans du mystère se dévoilent au fur et à mesure de la lecture.

Les révélations s’enchaînent et les retournements de situation sont nombreux. Personnellement, je n’ai pas vu arriver le coupable avant les dernières pages et j’ai été très surprise.
En plus, l’auteur s’appuie sur une psychologie adolescente très poussée et le résultat apparaît très cohérent.

Le style est très fluide et on retrouve avec un livre vraiment agréable à lire et pour lequel je n’ai pas vu le temps passer.
Un excellent policier tinté d’une petite pointe de paranormal.

Elles ne lui prêtent aucune attention. Même si elles ont perçu sa présence, sa gaieté, son énergie, elles seraient bien incapables de l’appeler par son nom. Il lui reste six mois, trois semaines et un jour à vivre.

La Cour des secrets
Tana French
Calmann-Lévy

2 réflexions sur “La cour des secrets

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s