The Imitation Game

tumblr_nd948ab2kl1qa15h7o1_500

En 1927, le jeune Alan Turing développe une amitié avec son camarade Christopher Morcom.

En 1939, mathématicien reconnu, il rejoint l’équipe de cryptographie de Bletchley Park pour tenter de décrypter la machine nazie Enigma.

En 1951, le cambriolage de son appartement pousse la police à s’intéresser à son passé.

Clap-board-and-Film-Reel-Vectors

Si je commence à bien appréhender la vie de Stephen Hawkins, je ne connais rien à celle d’Alan Turing. Il faut dire que ce n’est pas facilité par le fait qu’il est mort depuis déjà un petit moment et que de nombreux documents concernant ses travaux n’ont été déclassifiés que très récemment.
C’est donc une critique seulement basée sur le film en lui même que je vais tenter de faire.

Si le film se partage entre trois étapes de la vie de Turing, c’est la partie centrale et son travail sur le décryptage d’Enigma qui occupent l’essentiel du récit.
Construite comme un thriller, les allers retours entre passé, présent et futur balisent bien l’histoire et apportent les réponses sur un personnage principal vraiment pas sympathique au premier abord.

the-imitation-game-investigation

Et puis c’est très instructif d’un point de vue historique. Je suis bien consciente qu’il doit y avoir des approximations à la pelle et qu’il ne faut pas croire absolument tout ce qui est raconté, mais j’aime particulièrement ce genre de reconstitutions sur des périodes récentes mais pour lesquelles je manque tout de même pas mal de références.

Les acteurs sont très bons et en tête on retrouve bien sûr Benedict Cumberbatch qui interprète à merveille un Alan Turing torturé mais brillant. Bon, tout le monde sait que je l’adore mais en toute partialité il est absolument génial.
J’ai aussi beaucoup apprécié Keira Knighley, dans un rôle tout en finesse de diplômée de Cambridge qui sait se battre pour son travail. Elle évite même de tomber dans la nunucherie et un romantisme trop niais.
Dans les petits plaisirs personnels, j’ai adoré Matthew Goode et Allen Leech.

the-imitation-game-1

Malgré la gravité de son sujet, il y a tout de même de beaux moments d’amitié et j’ai eu les larmes aux yeux dans la dernière scène. Tout le film est en plus porté par une très jolie bande originale et c’est une franche réussite.

Sometimes it’s the people no one expects anything from who do the things no one expect.

10857873_1427215104208188_5474318923774623272_n

Publicités

4 réflexions sur “The Imitation Game

  1. Je me suis retrouvée dans ta chronique. C’est un film qui m’a beaucoup plu et que j’ai découvert grâce à la présence de Benedict Cumberbatch : s’il n’avait pas été le rôle principal, je serais sûrement passé à côté de ce film, ce qui aurait été bien dommage !

    Un film que je me prendrais en DVD donc car il m’a énormément touché (surtout cette fin, je ne m’y attendais tellement pas !)

    @ bientôt !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s