Mort aux geais !

mort aux geaix

Après les terribles meurtres de la maison De Wautier, le monde d’Amalia Van Esqwill s’est écroulé. Considérés comme les principaux suspects, Yonas et elle trouvent refuge dans les tumultueux Faubourgs de la ville. Mais s’ils peuvent se cacher de la garde havenoise, qui les protégera de l’emprise de l’enchantement ?
Pour survivre, Amalia devra surmonter sa douleur, dompter ses peurs, s’adapter à la clandestinité… et accepter de confier son destin au jeu de la tour de garde.

Merci à Babelio et Aux Forges de Vulcain pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Avec un premier tome qui se finissait sur un énorme retournement de situation, j’attendais avec une certaine impatience cette suite qui se décide en fait à prendre son temps.
Amalia et Yonas sont en fuite et ils se dissimulent dans la ville, passant beaucoup de temps à tenter de survivre, se cacher, trouver de quoi se nourrir, avant de se remettre un peu sur pied et de se lancer dans d’autres projets.

Du coup, le rythme est plutôt calme, avec beaucoup d’introspection, et j’ai parfois eu du mal à m’intéresser à ces petits moments où les personnages sont surtout en pleine déprime devant leur situation catastrophique.
Comme l’action manque un peu au départ, on a le temps de s’intéresser à d’autres choses, et pour ma part je me suis beaucoup focalisée sur le langage, avec Amalia qui doit apprendre à parler autrement pour mieux se fondre dans la population. Outre le fait qu’on abandonne un peu le plus-que-parfait, j’ai beaucoup aimé ce que ça représente pour l’évolution d’un personnage qui, en dehors de ça, et même si elle donne l’impression d’être un peu plus active, se fait quand même beaucoup balader par les évènements et continue de rester aveugle à ce qu’il se passe autour d’elle. Elle est même assez indifférente à certaines révélations qui touchent pourtant son ancien fiancé et son demi-frère, trop enfermée dans son idée de vengeance pour vraiment en tirer les implications nécessaires.

– Votre sœur, madame, était à mes fiançailles.

J’ai commencé à avoir un regain d’intérêt au moment où ils émergent, où Amalia décide qu’elle veut se venger et où Yonas se trouve une destinée politique.
Il faut dire que Dehaven est traversée par une grande crise politique et vacille. La guerre est certes lointaine, avec la révolte des colonies, mais elle vient toucher les habitants en prélevant ses soldats plus ou moins volontaires, et tout ça se mélange à la résurgence de revendications politiques afin que la ville ne soit plus dirigée seulement par la noblesse. On nous parle aussi de domination économique et de violence policière, plus encore que dans le premier tome, de nombreux sujets très actuels sont traités.

Et puis on nous remet en marche le volet surnaturel, pas par le miroir, qui ne sera pas du tout utilisé, ni par le peigne, mais par les diadèmes et j’ai beaucoup aimé qu’Amalia et Yonas se trouvent liés de cette façon. Je me suis par contre un peu perdue sur cette histoire d’entité qui possède la sœur d’Hirion, je n’avais pas du tout compris jusque là que le danger avait une incarnation.
C’est aussi un tome qui fait la part belle au jeu de la Tour de garde et c’est intéressant de voir que ce qui n’est qu’un jeu fait de plus en plus écho à cette tour et ce lac qu’on avait pu croiser précédemment et dont on a entendu parler dans Trois lucioles.
Beaucoup de possibilités sont maintenant ouvertes et j’ai hâte de voir comment elles vont pouvoir se recouper.

Capitale du Nord – Tome 2 : Mort aux geais !
Claire Duvivier
Aux Forges de Vulcain

Publicité

Une réflexion sur “Mort aux geais !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s