Cochrane vs Cthulhu

cochrane

Avril 1815. Fort Boyard. Le capitaine Eonet jubile : il vient de capturer l’ennemi numéro un de Bonaparte, Lord Cochrane. Mais l’officier français n’est pas rassuré. Est-ce que le célèbre marin écossais ne se serait pas laissé prendre, afin de pénétrer la forteresse et d’y espionner les troupes de l’Empereur ? Alors que commence un patient face-à-face entre les deux hommes de guerre, d’étranges créatures lancent un assaut sur la garnison. D’où viennent ces monstres ? Pourquoi attaquent-elles le fort ? Et si elles annonçaient le réveil d’une bête plus ancienne encore, terrifiante, cosmique : Cthulhu ?

Barre-de-séparation

Je ne sais absolument plus pourquoi j’avais noté ce livre mais quand j’ai pu parler avec l’auteur, il m’a raconté que son scénario se basait sur un blanc dans la vie de Lord Cochrane (qui est à première vue un personnage très important au Chili) pour lui faire croiser la route d’un Fort Boyard achevé bien avant l’heure, dans laquelle il va rencontrer une légion napoléonienne chargée de veiller sur les frères Champollion qui doivent décrypter des inscriptions étranges gravées dans la roche.
Vous le voyez vous-mêmes, ça donne l’impression de partir de partir déjà dans tous les sens, mais il faut en plus rajouter à tout ça que d’étranges créatures rodent dans le coin et que les évènements mystérieux qui se déroulent pourraient bien annoncer l’arrivée d’une créature venue d’ailleurs.

On est dans un récit très fun, très amusant à lire au deuxième degré avec un Lord Cochrane excellent, qu’on ne sait jamais vraiment trop comment cerner et qui nous invente tour à tour le lance-flammes, le gaz moutarde et le hors bord.
Face à lui, j’ai d’abord été sceptique sur le Capitaine Eonet et finalement j’ai beaucoup aimé ce duo très complémentaire entre deux personnages qui ne s’apprécient pas forcément mais qui se respectent et reconnaissent la valeur de l’autre.
Les autres personnages sont un peu plus oubliables et ils ont surtout une forte tendance à mourir les uns après les autres, à l’exception bien entendu de ceux que l’Histoire n’a pas oublié, les frères Champollion qui sont parfois assez horripilants à vouloir continuer à tout prix leurs recherches au milieu des affrontements.

Mon problème principal est en fait venu du style plutôt plat du récit, mais surtout des très très nombreuses répétitions, les mêmes fait nous étant répétés à de nombreuses reprises, notamment l’attaque des Brulots par Cochrane dont je ne supportais plus d’entendre parler au bout de la dixième fois qu’ils revenaient dans le récit.

C’est un petit peu dommage parce qu’on est sinon dans quelque chose de léger, saugrenu et plutôt agréable, mais ces répétitions m’ont réellement agacée et ont fini par me sortir complètement de ma lecture.

Cochrane vs. Chtulhu
Gilberto Villaroel
Pocket

6 réflexions sur “Cochrane vs Cthulhu

  1. Enfin !….toi aussi cela t’a ennerve, alors, cette repetition du brulot….give me a five….vraiment l’action etait passionnante, et cette attaque nous cassait tout le rythme….j’en pouvais plus aussi (en plus, elle n’avait rien a voir avec le recit bref)….mais bon, je lui laisse une autre chance (c’est un chilien apres tout) et j’ai le 2eme lala a lire….;)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s