Noir est le sceau de l’enfer

noir

France, 1593. La chance a tourné pour Axelle, la capitaine de la compagnie du Chariot. Elle et ses lansquenets sont retenus prisonniers dans les geôles du roi Henri IV. Axelle accepte alors une mission en échange de leur libération. La voilà partie pour Londres pour voler un objet à l’alchimiste de la reine Élisabeth d’Angleterre. Épaulée par sir Francis Drake, Axelle devra déjouer les machinations de ceux qui cherchent également à s’emparer du mystérieux « sceau de l’enfer ».

Barre-de-séparation

Ce n’est un secret pour personne mais j’adore Jean-Laurent del Socorro. J’aime son écriture et ses histoires, j’aime ses personnages et son talent à instiller une petite dose de fantastique dans l’Histoire.
Autant dire que quand j’ai vu la sortie d’un nouveau livre dans l’univers de Royaume de vent et de colères, je n’ai pas hésité un seul instant avant de l’acquérir.

Petite précision tout de même, il s’agit ici d’un ouvrage édité essentiellement pour poser les bases d’un scénario de jeu de rôle.
Une grosse partie du livre est constituée de fiches de personnages, de repères géographiques et historiques et de conseils pour maitres du jeu.

Quant à la première partie dans laquelle on retrouve une nouvelle mettant en scène le personnage d’Axelle, on peut la considérer comme un exemple de partie, et je pense qu’il vaut mieux être au courant avant de débuter sa lecture sous peine d’être déçu.
D’ailleurs, si on nous plante vite fait le contexte avec la Compagnie du chariot faite prisonnière, et leur dirigeante plus ou moins obligée d’accepter une mission, on nous transporte vite fait Axelle en Angleterre et il n’y a donc aucunement besoin de s’y connaitre dans cet univers pour lire cette histoire.
Si j’ai d’abord été plutôt surprise par le déplacement de l’intrigue ailleurs qu’en France, c’est plutôt une bonne idée pour un décor un peu plus neutre qui permet de faire intervenir toute une floppée de personnages historiques hauts en couleur.

Le duo saugrenu entre Axelle et Francis Drake fonctionne très bien et, pour mon plus grand plaisir, l’auteur fait intervenir l’artbon en le mêlant à la légende de Croatan, pour le côté mystérieux.
Il y a beaucoup de rebondissements, de manigances et d’aventures.
C’est peut-être un petit peu au détriment du récit qui est assez linéaire, mais comme il correspond bien au scénario du jeu de rôle, j’ai trouvé que tout ça était fort cohérent.

On n’est donc pas face à un livre indispensable, mais il est très chouette si vous souhaitez un scénario de jeu de rôle agréable à proposer à vos joueurs.

Noir est le sceau de l’enfer
Jean-Laurent del Socorro
DidasKalie

2 réflexions sur “Noir est le sceau de l’enfer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s