Les Chevaliers du Tintamarre

tintamarre 1

Silas, Morue et Rossignol rêvent d’aventures et de grands faits d’armes tout en vidant chope de bière sur chope de bière à la taverne du Grand Tintamarre, qu’ils peuvent à peine se payer.

Lorsque la fantasque et très inégalitaire cité de Morguepierre, entassée sur les pentes d’un volcan, devient le théâtre d’enlèvements de jeunes orphelines et voit des marie-morganes s’échouer sur ses plages, les trois compères se retrouvent adoubés par un vieux baron défroqué et chargés de mener l’enquête. Les voilà lancés sur les traces d’un étrange spadassinge, d’un nain bossu et d’un terrible gargueulard, bien décidés à leur mettre des bâtons dans les roues… et des pains dans la tronche.

Barre-de-séparation

Je suis contente d’avoir eu enfin l’occasion de découvrir Raphaël Bardas qui est un auteur que j’ai croisé à plusieurs reprises au gré de mes pérégrinations sur d’autres blogs.
En sa compagnie, on plonge dans les méandres de Morguepierre, une ville singulière où les plus riches habitent sur des ilots flottants tandis que les autres s’entassent au niveau de la mer, se battant pour gagner de quoi survivre.

C’est à la taverne du Tintamarre que l’on rencontre nos trois héros, si on peut les appeler ainsi tant on pourrait avoir tendance à les caser dans la catégorie des losers attendrissants.
Ils n’ont pas une intelligence foudroyante, un seul d’entre eux sait réellement se battre mais ils se soutiennent entre eux et quand Silas se lance comme mission de démêler le mystère de la disparition de quelques prostituées du coin, Rossignol et Morue le suivent sans hésiter, ou presque.
Leur enquête va croiser celle de la milice, bien plus officielle, qui investigue elle que l’échouage sur la plage du coin de sirènes boursouflées.

On est dans un récit truculent, avec un style particulier dans l’auteur se plait beaucoup et qu’il pousse le plus possible, toujours pour le mieux. C’est décalé, original, et ça pousse à s’attacher à ce trio saugrenu, rapidement dépassé par les évènements mais qui refuse de rester sur le côté.
Il y a une vraie tendresse pour les personnages qui ressort et moi aussi j’ai aimé suivre leurs péripéties dans cette ville de Morguepierre qui a brisé tant d’espoirs.
Il y a de l’humour, un ton très décalé qui empêche de sombrer dans un récit trop plombant, mais également une certaine poésie dans un univers très intriguant.
Ce n’est pas un coup de cœur, certes, mais c’est un livre original qui mérite qu’on se penche dessus.

Les Chevaliers de Tintamarre
Raphaël Bardas
Mnémos

6 réflexions sur “Les Chevaliers du Tintamarre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s