Du roi je serai l’assassin

jlo

Andalousie, XVIe siècle. Alors que Charles Quint règne sur une Espagne réunifiée et catholique, Sinan et sa sœur jumelle Rufaida, musulmans convertis, sont envoyés par leur famille à Montpellier pour échapper à l’Inquisition qui sévit à Grenade. Mais les deux enfants tombent dans une France embrasée par les guerres de Religion.

Barre-de-séparation

Au milieu de tous les personnages créés par Jean-Laurent Del Socorro pour Royaume de vent et de colères, Silas est resté le plus mystérieux. Seul d’entre eux à nous parler, il ouvre et ferme la scène sans que nous n’apprenions la moindre chose sur lui.
Avec ce roman, l’auteur vient nous raconter sa jeunesse et comment il a bien pu arriver à Marseille, lui qui est né loin de là, à Grenade, en pleine Reconquista.

Silas ne s’est pas toujours appelé ainsi et, surtout, il n’a pas toujours été seul. Un père, une mère, une préceptrice, une petite sœur et une sœur jumelle, une famille somme toute banale malgré les difficultés liées à la religion, du moins au premier abord. Parce que dans l’intimité, les choses sont bien différentes et on nous parle de maltraitance familiale, de violences, d’indifférence et de deuil.
Un combat de tous les jours que les enfants mènent en se protégeant les uns les autres du mieux qu’ils peuvent. Jusqu’au drame.

Jean-Laurent Del Socorro fait le choix de laisser le volet fantastique, celui qui tourne autour des Artbonniers et qui prend ici le nom de Pierre du Dragon, très loin dans son récit. C’est une quête un peu vague qui réapparait de temps en temps, un objectif à atteindre pour Silas et Rufaida. Pourtant, ce n’est pas le plus important parce qu’on est focalisé sur cette violence, de cette famille tout d’abord, puis de la ville, du pays et jusqu’à Montpellier où les enfants partent finir leurs études et où ils tombent en plein soulèvement protestant.
Des guerres de religion, encore et toujours puisque c’est l’époque qui veut cela et qui vont poursuivre Silas.

Ce passage à Montpellier m’a particulièrement interpellée. On sait que les jumeaux n’y trouveront pas la paix mais, malgré l’injustice que vit Rufaida qui ne peut pas poursuivre les études qu’elle souhaite parce qu’elle est une femme, il y a des instants d’apaisement où se retrouvent leur logeuse juive, deux étudiants musulmans et Peter, le Protestant calviniste.
Un espoir vite balayé en même temps que l’Histoire avance.

Le bûcher s’éteint peu à peu. L’Eglise pense pouvoir mettre ainsi un terme à la Réforme. Elle ne réalise pas que les flammes ne brûlent pas les hérésies, mais seulement les liens qui retiennent la colère de ceux qu’elle cherche à opprimer.

Je ne vous parlerai pas de la troisième partie parce qu’elle est très spoilante et qu’elle nécessite, à mon sens, d’avoir lu Royaume de vent et de colères, Gabin sans aime, et sans doute même La Guerre des trois rois pour avoir un intérêt. Elle détonne un peu dans le récit et c’est un choix audacieux, mais sa conclusion m’a beaucoup plu.

Silas c’est un beau, un magnifique personnage. Un de ceux pour lesquels je serai prête à lire la moindre ligne pour en apprendre plus sur lui, sur la haine qu’il a enfouie, sur l’amour qu’il a eu pour sa petite sœur, sur la passion poétique fugace qu’il a vécue.
Sur l’ancien Sinan, temporaire Simon, devenu Silas pour ne pas étouffer sous cette violence qu’il aura connue jusqu’au bout. Avant d’accepter l’apaisement.

Du roi je serai l’assassin
Jean-Laurent Del Socorro
Actu SF

9 réflexions sur “Du roi je serai l’assassin

    • C’est moins important que de lire d’abord Royaume de vent et de colères et ça se comprend très bien sans, mais je trouve qu’il y a des rappels à des évènements qui se passent à ce moment là et c’est dommage de passer à côté 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s