Extincta

extincta

L’espèce humaine disparaîtra dans 255 heures.
Les pires prédictions climatiques se sont réalisées, le Grand Effondrement a eu lieu et presque toutes les espèces animales se sont éteintes. Les Derniers Humains se sont réfugiés dans les Dernières Terres : un archipel rocailleux surgi des glaces, où ils survivent dans des cités-royaumes éparses. Accaparés par la lutte pour les maigres ressources, ils ignorent que l’ultime cataclysme est sur le point de balayer ce qu’il reste de l’espèce Homo sapiens.
La dernière histoire d’amour s’écrira en lettres de feu.
Née dans les bas-fonds de Viridienne, la cité-royaume pourrissante envahie d’algues, Astréa rêvait de se consacrer tout entière au culte de Terra. Mais sa foi vacille le jour où son frère est accusé de sacrilège et condamné à mort.
Élevé derrière les remparts du castel, le prince Océrian était né pour régner. Mais un mystérieux accident lui arrache sa jambe et son honneur, l’écartant à jamais de la ligne de succession.
Le destin va jeter ces assoiffés de justice l’un contre l’autre, embrasant leurs cœurs avant de consumer le monde.
La flamme brûle plus fort juste avant de s’éteindre.

Barre-de-séparation

Soyons honnête, si je suis tout d’abord allée vers ce livre, c’est parce qu’il est magnifique. Sa couverture est en relief et elle brille, les pages sont numérotées avec le nom d’espèces portées disparues et chaque chapitre voit une bougie diminuer petit à petit au fur et à mesure que la fin du monde approche.

Parce que Extincta, c’est l’histoire de la fin du monde et on ne nous prend pas par surprise puisque c’est annoncé dès le prologue.
Mais malgré cette extinction de la vie sur Terre en approche, nos personnages ont d’autres préoccupations.
Il faut dire qu’on se trouve dans un futur déjà très détruit par le réchauffement climatique et dans lequel les rares survivants se sont installés sur les Dernières Terres, dans un continent Arctique devenu brulant où ils se sont reconstruits en castes, chacun ayant un rôle à jouer dans ce qu’ils espèrent être la renaissance de la Terre.

Parmi eux il y a Astrea, dont le frère vient d’être condamné comme terracide et qui doit laisser tomber son espoir de devenir une prêtresse en partant à travers le pays pour tenter de le retrouver. Avec elle, elle embarque le débrouillard Sépien, qu’elle a promis d’épouser, son amie Margane et Océrian, son otage.

Pendant leur périple ils vont devoir s’entendre, coopérer, mais aussi découvrir ce qu’il s’est réellement passé dans le passé et à quel point leur espoir d’un monde meilleur est illusoire.

Il y a en plus une jolie poésie qui traverse tout le récit, notamment après la rencontre avec Hippocampos qui leur apprend à tous le pouvoir des livres, des mots, des rimes et de l’espoir.

Les oracles et les prophètes peuvent se tromper, Astréa, dit-il. Mais la poésie, je le sais maintenant, parle à l’âme sa langue natale.

On est dans une œuvre noire, très défaitiste, dans laquelle on se demande bien pourquoi on est censés s’impliquer avec des personnages alors qu’on sait que tout va finir par exploser. Il n’empêche que j’ai fini par m’attacher un petit peu à eux avec un bon point particulier au fait que, contrairement à beaucoup de dystopie, on n’a pas ici des adolescents mais des jeunes gens adultes qui réussissent à sortir des clichés du genre.
Malgré tout, ça se lit très bien, essentiellement grâce à l’écriture toujours très réussie de Victor Dixen, c’est addictif et les révélations qu’on nous apporte sont très efficaces.

Extincta
Victor Dixen
Robert Laffont

6 réflexions sur “Extincta

  1. Je t’avoue que cette lecture ne fut pas non plus très réjouissante et encore moins mémorable. J’avais été assez déçu à l’époque car j’avais adoré l’auteur pour son oeuvre Phobos. Heureusement et depuis, celui-ci s’est fait pardonner avec Vampyria.

    Aimé par 1 personne

    • Moi j’ai bien aimé mais j’ai trouvé ça un peu vain et je m’en suis fait la remarque alors que j’étais déjà arrivée au beau milieu du livre, à me demander pourquoi je les regardais se disputer alors que tout allait exploser de toutes manières.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s