Citadins de demain

couv50848877

Amalia Van Esqwill est une jeune aristocrate de Dehaven, issue d’une puissante famille : son père possède une compagnie commerciale et sa mère tient un siège au Haut Conseil. Progressistes, ils lui ont offert, à elle et à d’autres enfants de la Citadelle, une instruction basée sur les sciences et les humanités. Jusqu’au jour où le fiancé d’Amalia se met en tête de reproduire un sortilège ancien dont il a appris l’existence dans un livre. Au moment précis où la tension accumulée dans les Faubourgs explose et où une guerre semble prête à éclater dans les colonies d’outre-mer, la magie refait son apparition dans la ville si rationnelle de Dehaven. Et malgré toute son éducation, Amalia ne pourra rien pour empêcher le sort de frapper sa famille et ses amis.

Barre-de-séparation

Citadins de demain est le premier tome d’une trilogie indépendante mais prenant place dans le même univers que celui du Sang de la Cité. Du coup, je n’ai pas pu m’empêcher de comparer les deux et ça a été un petit peu en désavantage de celui-ci.

J’avais aimé la ville de Gemina, pleine de chaleur et de poussière. Ici, à Dehaven, on est dans le nord et tout semble un peu plus froid, sans doute parce que l’écriture de l’autrice est aussi bien différente.
Amalia est notre personnage principal et elle vient d’une famille de la noblesse, plutôt aisée, qui a tenté de donner à ses enfants une éducation la plus scientifique possible, loin de toute superstition ou conte.
Amalia a donc grandi en compagnie de son demi-frère, des deux enfants des voisins, notamment Hirion qui est très proche d’elle, et ils ont été rejoints un peu plus tard par Yonas, le fils d’un propriétaire de l’écluse de la ville.
Si leur éducation très variée leur a appris beaucoup de choses, et pas seulement en théorie, Amelia et Hirion ont aussi eu beaucoup de liberté, qui leur a permis de parcourir la ville dans tous les sens.

Entre deux éditions d’une foire prenant lieu tous les ans auprès d’une auberge non loin de Dehaven, on  va suivre l’évolution de leur relation et l’incursion, petit à petit, d’un léger élément de fantastique qui va finir prendre une importante place dans leur vie.

C’est une lecture dans laquelle il n’est pas facile de rentrer parce que j’ai tout d’abord eu un peu de mal avec Amalia, que le récit n’hésite pas à se stopper pour nous apporter des précisions sur des évènements anciens et que le langage est très soutenu.
Les personnages se parlent quand même entre eux en employant du passé simple et du plus-que-parfait et si c’est agréable de lire quelque chose de bien écrit, ce n’est pas toujours très évident d’accès.
Au fur et à mesure de mon avancée dans ce tome, j’ai fini par comprendre Amalia, la jeune fille m’est devenue plus proche, j’ai vu à quel point elle pouvait être révoltée par ce qu’elle vivait et certains de ses dialogues, surtout ceux avec Yonas (mais également les quelques passages avec son amie enceinte qu’elle croise à la plage) m’ont beaucoup plu par les thèmes qu’ils développent et l’écart qu’il peut exister entre ce qu’elle ressent et sa façon d’agir.
C’est parfois étonnant de voir cette société qui attend certaines choses alors que beaucoup de libertés sont laissées à côté de ça. Les naissances hors mariage ne semblent pas poser de souci et les jeunes adultes ont une vraie liberté d’aller et venir alors qu’en parallèle, l’obsession pour le sang pousse parfois au malaise et qu’il y a toute une réflexion sur la lutte des classes.

Peut-être aurait-on dû nous confier les clefs de la ville, à ma mère et à moi : avec nous deux aux commandes, Dehaven et son obsession stérile pour le sang disparaitraient, certes, mais avec panache.

Tout ça prend bien longtemps le pas sur le volet fantastique qui s’insinue tout d’abord tout doucement, au travers de ce petit coffret trouvé par Hirion, et qui finit par prendre toute la place.
C’est intriguant et mystérieux, ça pose beaucoup de questions sur le passé, le présent et le futur de la ville, mais ça change aussi énormément de choses au niveau du relationnel entre les personnages et je suis très curieuse de voir où tout ça va bien pouvoir nous mener.

Capitale du Nord – Tome 1 : Citadins de demain
Claire Duvivier
Aux Forges de Vulcain

8 réflexions sur “Citadins de demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s