Le sang de la cité

couv46678481

Enfermée derrière deux murailles immenses, la Cité est une mégalopole surpeuplée, constituée de multiples duchés. Commis d’épicerie sur le port, Nox est lié depuis son enfance à la maison de la Caouane, la tortue de mer. Il partage son temps entre livraisons de vins prestigieux et sessions de poésie avec ses amis. Suite à un coup d’éclat, il hérite d’un livre de poésie qui raconte l’origine de la Cité. Très vite, Nox se rend compte que le texte fait écho à sa propre histoire. Malgré lui, il se retrouve emporté dans des enjeux politiques qui le dépassent, et confronté à la part sombre de sa ville, une cité-miroir peuplée de monstres.

Merci à Babelio et à Aux Forges de Vulcain pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Premier tome d’une nouvelle trilogie, ce livre a la particularité de s’inscrire dans un univers partagé, celui de la Tour de Garde.

C’est dans la capitale du Sud qu’on débarque, et il faut un peu de temps pour s’y retrouver tant cette ville est grande et parcourue par de nombreux clans qui cherchent à la dominer. Tellement grande d’ailleurs qu’on se concentre seulement sur les alentours du port grâce au personnage de Nox qui a été recueilli par la Caouane et qui connait les multiples rues et toits à parcourir.
C’est un personnage très attachant auquel j’ai vraiment accroché et le fait qu’il soit loin d’être parfait est encore plus chouette. En sa compagnie on peut tenter de comprendre les alliances qui se font et de défont et la place qu’il peut tenir dans la construction d’un canal qui doit traverser la ville.

Le côté fantastique est très léger et tourne autour d’un simple livre de poésie et pourtant on sent que c’est quelque chose qui peut avoir une importance même si pour l’instant elle est très lointaine.
C’est la ville qui est au centre du récit, elle qui se pose en personnage principal, avec sa mystérieuse Recluse qui la modifie continuellement, et on passe du temps à suivre Nox, à le voir tenter de se faire quelques amis et essayer de faire ce que l’on attend de lui tout en continuant à suivre sa propre voie.
Les personnages secondaires qui croisent la route de Nox m’ont bien plu que ce soit Symètre, son petit pote sympathique qui cache lui aussi son secret ou Guenaillie, la fille du duc de la Jubarte, qui aime se promener en ville. Il y a même une sœur machiavélique et sulfureuse.

C’est plein de trahison, de sang qui coule, c’est parfois décourageant de voir les plans patiemment construits s’écrouler en un instant et je me suis régalée au milieu de tout ça, avec une mention particulière au jeu de la Tour de garde à la mode dans le pays qui m’a beaucoup intéressé et dont le fonctionnement à base de figurines qui changent selon les participants m’a beaucoup plu.
J’ai désormais très hâte de partir vers le Nord pour découvrir l’autre capitale mais ce voyage au sein de Gemina m’a déjà complètement séduite.

Capitale du Sud – Tome 1 : Le sang de la cité
Guillaume Chamanadjian
Aux Forges de Vulcain

9 réflexions sur “Le sang de la cité

  1. J’aime beaucoup cette idée de ville personnage, de plans qui tombent à l’eau en un instant, ça me change des romans où tout semble facilement s’agencer. Quant à incorporer une touche de fantastique à travers un mystérieux livre de poésie, j’avoue que ça titille ma curiosité !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s