Six of Crows – Tome 1

six 1

Ketterdam : une ville grouillante de malfrats où tout s’achète si on y met le prix. Ce principe, personne ne l’a fait autant sien que Kaz Bekker, dit « les Mains Sales ». Quand le voleur se voit offrir une mission impossible mais qui le rendra riche, il réunit son équipe : un soldat assoiffé de vengeance, un tireur d’élite accro au jeu, un jeune fugueur des beaux quartiers, une espionne défiant les lois de la gravité, et une Grisha aux puissants pouvoirs magiques. Six dangereux hors-la-loi seuls capables de sauver le monde – s’ils ne s’entretuent pas avant…

Barre-de-séparation

Après avoir beaucoup aimé dans son ensemble la trilogie Grisha, je me suis empressée de découvrir la suite, Six of Crows, qui était bien plus inédite pour moi puisqu’à part pour la présence de quelques personnages, elle n’est pas adaptée dans la série télévisée.

Six of Crows est toujours une saga fantasy mais bien plus urbaine que la précédente puisque tout le début de l’histoire se passe à Ketterdam, ville située sur l’ile de Kerch. C’est là que Kez Brekker dirige son petit groupe de voleurs/bandits/bagarreurs. Il en est le chef incontestable et personne ne conteste d’ailleurs ses ordres. Il aime garder énormément de secrets sur lui et sur les affaires en cours et c’est parfois un peu agaçant tant il en parait prétentieux même si bien entendu il sait prendre soin des siens (mais aussi se montrer impitoyable dès qu’ils dévient d’un demi centimètre de ce qu’il leur a demandé).
Son plus grand souhait serait de se venger d’un autre meneur de groupe, Pekka Rollins, mais pour cela il a besoin d’argent et, malgré les risques, il accepte une mission extrême donnée par un des dirigeants de la ville, aller délivrer un alchimiste Shu retenu prisonnier en Fjerda, lointain pays très froid, parce qu’il connait le secret de fabrication d’une drogue qui rend les Grishas surpuissants et complètement accros.
Il monte donc autour de lui une petite équipe composée d’Inej, acrobate fantôme, Jesper, tireur d’élite, Nina, Grisha fondeuse, Matthias, Drüskelle prisonnier, et Wylan, artificier otage.
Et voilà ces six corbeaux qui prennent la mer pour se lancer dans une aventure périlleuse qui devrait les mener tous à la mort.

J’ai beaucoup aimé ce livre. A l’exception de Wylan, tous les personnages principaux ont leur point de vue développé et c’est très chouette pour en apprendre plus sur eux et dévoiler leur passé sans qu’ils se mettent à le raconter à n’importe qui. Ca permet aussi d’équilibrer les caractères, de mieux supporter Kaz à ses débuts, quand il parait encore autant hautain envers les autres, de se rendre compte à quel point Jesper est à la recherche de la reconnaissance de son chef, ou de comprendre les avis divergents de Nina et Matthias qui ont été éduqués pour se détester mais qui ne peuvent s’empêcher de s’aimer.
En parlant de romance, elle est très légère et ne parasite pas du tout le récit, mais elle permet de s’attacher encore plus aux personnages.

On est dans un univers assez complexe où il faut un peu s’accrocher au début pour comprendre les différentes allégeances des camps de Ketterdam. Mais à partir du moment où l’intrigue se lance, il n’y a absolument aucun temps mort et c’est un vrai régal de suivre les différentes péripéties et les rebondissements sont nombreux . Il y a aussi des surprises sur certains personnages et j’ai été assez abasourdie par certaines d’entre elles, même s’il faut une bonne dose de suspension d’incrédulité pour accepter qu’autant de choses arrivent à des adolescents dont le plus vieux doit tout juste avoir 18 ans.
Il y a aussi pas mal d’humour, et j’ai été plutôt contente, au détour d’un dialogue, d’apprendre que Zoya était toujours vivante, même si les références directes à Grisha sont très rares.
J’ai vraiment adoré revenir dans cet univers, et j’ai trouvé ce tome plus réussi que les précédents, l’univers étant plus sombre et l’histoire bien moins prévisible.

Six of Crows – Tome 1
Leigh Bardugo
Le Livre de Poche

6 réflexions sur “Six of Crows – Tome 1

  1. Contente que ça t’ait plu.
    J’ai préféré cette duologie au reste du Grishaverse justement parce que c’était plus sombre, avec moins de romance. Mais effectivement on rit un peu face à l’âge présupposé des héros. D’ailleurs quitte à ce qu’ils soient matures pourquoi ne pas les rendre plus vieux… Pourquoi ne pas proposer des perso plus âgés que les lecteurs ? S’ils arrivent à s’identifier ici, ils devraient pouvoir s’organiser s’identifier avec des plus vieux, vu que ce n’est qu’un chiffre.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s