Les Magiciens – Tome 1

magiciens

Brooklyn. Quentin, dix-sept ans, est un adolescent brillant mais il ronge son frein, prisonnier d’un monde désespérément ennuyeux, en attendant d’intégrer une université de prestige. Comme il regrette le temps de son enfance où les Chroniques de Fillory l’entraînaient dans un univers magique où tromper son ennui! Mais sa vie se transforme le jour où, à sa grande stupeur, il est admis à la faculté de Brakebills, une école extrêmement élitiste et secrète qui forme des magiciens. Cinq années d’un rude et dangereux apprentissage l’y attendent. Mais le monde réel, même revu par la magie, n’apporte pas forcément le bonheur. Ce qu’il faudrait, c’est que l’univers de Fillory, celui des contes de son enfance, ne soit pas un monde imaginaire. Qui sait?…

Barre-de-séparation

Alors que ça fait maintenant plus d’un an que je retarde mon visionnage de la dernière saison de The Magicians, à la place je me suis décidée à publier mon avis sur le premier tome des romans dont la série est issue.

Les Magiciens, comme son titre l’indique, c’est un livre où la magie existe. Mais pas une magie fabuleuse, une magie simple, une magie où il suffit d’avoir des dons pour réussir.
Dans ce monde là, très proche du notre, ce sont des grands adolescents qui découvrent qu’ils ont des pouvoirs et qui après cela doivent étudier pour réussir à s’en servir.
Cinq ans d’étude à Brakebills, une université située en marge de New York, un endroit un peu à l’écart du temps où il faut travailler extrêmement dur, ingurgiter des formules mathématiques, des placements astronomiques, des langues disparues et des maniements de mains extrêmement complexes pour réussir à en tirer quelque chose, qui dépend toujours des Circonstances.

C’est là que Quentin, un jeune homme qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie, va atterrir, apprendre à faire de la magie, partager sa passion avec Fillory, un monde créé par un auteur décédé depuis fort longtemps, avec d’autres élèves, se battre, boire (beaucoup boire), faire un voyage au Pole Sud pour rencontrer le professeur Mayakovsky, coucher avec Alice, être terrorisé par une attaque au beau milieu d’un cours et beaucoup d’autres choses.

Une grosse partie du roman traite des cinq années d’études de Quentin à Brakebills. C’est à la fois très long et très rapide. Il y a beaucoup à assimiler: les professeurs, les élèves, la topographie du lieu.
J’y étais préparée parce que c’est aussi le cas dans la série mais il faut en plus s’accrocher avec des personnages pour lesquels il est compliqué d’avoir la moindre empathie.
Quentin est fatigué de tout, Alice est un brin snob et Penny donne envie de frapper la terre entière.
Ils rencontrent très rapidement d’autres élèves un peu plus âgés mais là encore, à part Josh qui est un peu transparent, Janet est une allumeuse et Eliot est dépressif à haut niveau.
Malgré tout, c’est un livre assez réaliste parce que la magie demande du travail et n’est pas un cadeau tombé du ciel. Comme le dit si bien le doyen, c’est leur manière à eux d’affronter les difficultés.
Et puis j’avais envie de voir ce que peuvent devenir les élèves en sortant de ces études infernales.

Ce qui fait la force d’un magicien, c’est sa souffrance. Le fait qu’il perçoit la différence entre le monde tel qu’il est et le monde tel que le désire son cœur.

C’est dans les parties suivantes du livre qu’on voit enfin les effets de tout ce qu’on a pu voir jusque là se mettre en place.
Il y a encore beaucoup de déprime et d’apitoiement parce que Brakebills n’a été qu’une parenthèse pour beaucoup d’entre eux. Un endroit où ils ont momentanément trouvé une place mais qui ne règle par leurs problèmes d’intégration dans le monde réel, loin de là.
Heureusement, Penny débarque avec un objet, une quête, un objectif qui les motive enfin à avancer et plus seulement à laisser le temps passer sur eux.
Ça redéfinit les relations, ça casse les dynamiques en place et ça relance le récit vers quelque chose de plus fantastique.

Il n’empêche, on est dans un roman bien moins fabuleux que ce qu’il paraît. A mon sens, avec ses personnages complètement cassés, l’auteur a bien voulu nous instiller un peu de magie, mais il nous parle surtout de jeunes qui grandissent et qui ne trouvent pas leur place, qui ne savent pas ce qu’ils veulent faire de leur futur et qui sont complètement abandonnés à eux-mêmes.
Ceux là ont, dans leur malheur, eu la magie pour se raccrocher à quelque chose. Ce n’est pas pour autant qu’ils vont réussir à s’en sortir mais Fillory leur donne au moins un objectif pour continuer à avancer. Quitte à ce que ce soit pour le pire.

Les Magiciens – Tome 1
Lev Grossman
L’Atalante

12 réflexions sur “Les Magiciens – Tome 1

  1. Il n’y a pas ma chouchou Margo ? Ni Kady ou Julia ? Concernant ce tome 1, déjà que la saison 1 de la série n’était pas très marrante, là ça a l’air bien sombre. À un moment j’avais eu envie de lire le roman mais maintenant que j’ai vu (et aimé) la série, pas sûre que je le ferai.

    Aimé par 1 personne

    • Margo s’appelle Janet dans le livre. C’est amusant parce que je crois que le nom de son personnage dans un des univers parallèle ms qu’il croise dans la série 😊. Pas de Kady et Julia n’est là qu’au début avant de disparaître puis réapparaître à la toute fin, je crois que son périple hors école est raconté en flash-back dans le tome 2 au lieu d’être en parallèle comme dans la saison 1.
      C’est ultra déprimant, et les personnages pas vraiment sympathiques, Quentin est insupportable, la série les a tous un peu arrangés.

      J'aime

      • Désolée, je n’avais pas répondu à ton commentaire. J’imagine mal Margo en Janet 😀 Et déjà que je trouve Quentin très peu attachant dans la série (surtout la saison 1), qu’est-ce que ça doit être alors dans le bouquin !

        Aimé par 1 personne

        • Il est complètement imbuvable. Toujours à chouiner sur lui même, et en plus le livre est de son point de vue du coup on a ses pensées en gros plan et c’est pas toujours joli joli.

          J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s