L’enfant ébranlé

couv13938696

Yang Hao, 10 ans, partage son temps entre l’école et les inévitables compositions à rédiger, ses copains, avec qui il joue aux jeux video, et sa vie à la maison. Yang Hao est à l’âge où l’on fait des choses dont on n’est pas toujours fier et dont on aimerait se repentir. L’âge où l’on fait des rencontres que nos parents n’apprécient guère. Son père, absent depuis de long mois pour son travail, est enfin de retour à la maison. Ce père qui va venir le chercher après les cours, celui qui va le protéger des plus grands, celui qui va le comprendre… Du moins, c’est ce qu’imaginait Yang Hao. Mais les choses vont prendre une autre tournure. Une dernière rédaction, avec pour thème « décrivez votre père » va être l’occasion pour Yang Hao de se confronter à la réalité. Faire descendre de son piédestal son père pour s’en construire un « idéal » fait de ses rencontres. Yang Hao va tout simplement grandir.

Merci à Babelio et Kana pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Je ne sais pas si c’est le format de l’ouvrage, le style de dessin ou cette thématique autour de l’enfance, mais cette bande dessinée chinoise m’a au premier abord fait penser aux œuvres de Jirō Taniguchi.

Pourtant, ici on n’a pas d’adultes qui reviennent sur leur passé, mais un enfant qui grandit.
C’est une histoire toute simple, presque basique, quelques mois dans la vie de Yang Hao, un jeune garçon qui aime les compositions écrites, jouer aux jeux vidéo avec ses amis, apprendre les finesses d’un jeu de société avec le père de son voisin. 

Le retour de son père vient un peu bouleverser son quotidien. Ce père parti travailler au loin, qu’il avait un peu l’habitude d’idéaliser mais qui est au fond un peu décevant alors que sa mère continue à être présente dans sa vie, solide comme un roc au milieu des conflits et qui tient la famille. 
Yang Hao a besoin de rééquilibrer un peu sa vie mais il apprend quand même de nouvelles choses, il se met à fréquenter de nouvelles personnes et, petit à petit, il comprend que tout n’est pas forcément aussi simple que ce que les apparences peuvent laisser paraitre. 
Au delà du petit héros, j’ai été touchée par certains de ses voisins un peu plus âgés, assez stigmatisés par leur entourage mais qui sont sans doute plus profonds que la première impression qu’ils peuvent donner. Parce que dans le fond, on ne sait des difficultés que les autres endurent dans leur quotidien.

On est dans un récit très simple, sans véritablement de début ou de fin. On a simplement vécu quelques mois en compagnie de Yang Huo et on laisse tout ce petit monde continuer à vivre sa vie loin de nous. 
Pour autant, on aura passé de jolis moments avec tous ces personnages, dans une ambiance forcément mélancolique, portée par un graphisme magnifique.

L’enfant ébranlé
Tang Xiao
Kana

4 réflexions sur “L’enfant ébranlé

  1. Je n’avais pas pensé à Taniguchi mais maintenant y a un petit quelque chose avec la compo de la couverture ^^
    J’avais beaucoup aimé ce tranche de vie et ce qu’il dit des relations familiales 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s