Spider-Man: Homecoming

À la suite de sa participation à l’affrontement entre Iron Man et Captain America, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man, le super-héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s’efforce de reprendre sa vie d’avant, mais au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu’il est plus que le sympathique super héros du quartier. L’apparition d’un nouvel ennemi, le Vautour, va mettre en danger tout ce qui compte pour lui…

Après plusieurs films Marvel revus cette année pour boucher les trous dans ma chronologie sur le blog, on en arrive enfin à un que je n’avais vu. Je n’étais pas du tout tentée par ce Spiderman, j’aimais beaucoup  celui de Tobey Maguire, j’avais déjà eu du mal à passer à Andrew Garfield et du coup je n’avais absolument pas envie de me réinvestir dans une nouvelle équipe qu’on allait devoir oublier aussi vite qu’elle était apparue.
Bon, à première vue, Tom Holland est parti pour rester là un moment, et comme je l’avais finalement bien apprécié dans Infinity Wars, je me suis dit qu’il fallait que je lui laisse une chance.

Clairement, ce n’est pas un mauvais film et il y a même plusieurs points super positifs. Déjà Tom Holland est super chouette. C’est vraiment un bon acteur, plein d’entrain, de dynamisme et de bonne humeur.
Je n’en dirais pas autant de Zendaya dont on m’avait beaucoup parlé et qui est bien loin d’avoir un rôle important, loin de là. Le petit pote est lui très sympathique.

Au niveau du scénario, on sort un peu de l’origin story bateau puisque Peter Parker a déjà ses pouvoirs, et il a même déjà un super costume récupéré dans Civil Wars grâce à Tony Stark. Malheureusement c’est aussi ici qu’on arrive à ce qui a un peu péché de mon côté. On m’avait vendu ce film comme étant celui qui allait m’expliquer le lien presque familial entre Tony et Peter, et à l’arrivée y a rien eu du tout.

C’est Happy qui est présent et lui il est très chouette à devoir gérer un adolescent qui passe son temps à se carapater pendant que son patron continue à vivre sa vie ailleurs.
En revanche, j’ai beaucoup aimé ce méchant qui le devient presque malgré lui, encore une fois à cause de Tony. Ahah, c’est pas avec ce film que je vais me réconcilier avec le personnage.

Sans être évolutionnaire, ce Homecoming est un reboot sympathique qui fait agréablement passer le temps, parfait si on n’en attend rien de plus.

7 réflexions sur “Spider-Man: Homecoming

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s