L’Appel des grands cors

chevauche 3

Le Bleu-Royaume n’a jamais été aussi menacé. Pourtant, face à l’ennemi qui les met en péril, les grands seigneurs sont incapables de lui opposer un front uni. Dispersés dans des entreprises contraires, les royaumes des hommes tentent de nouer des alliances fragiles tandis qu’ailleurs, des hordes de créatures d’encre déferlent sur les contrées, ravageant villes et villages. Le chaos s’empare du pays et le culte d’Enoch, loin de rassembler les peuples, les dresse les uns contre les autres. Seuls les Chevauche-brumes seraient capables d’opposer une résistance efficace contre le chaos qui s’empare du pays. Mais leurs forces suffiront-elles ?

Merci aux éditions Mnémos pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Après avoir adoré les deux premiers tomes de cette saga, il était hors de question que je passe à côté du troisième et (déjà !) dernier. Je pourrais sans doute faire durer le suspense, mais pour faire très court, j’ai encore une fois énormément aimé ma lecture.
Pour remettre rapidement les choses dans leur contexte, on avait laissé tous les membres des Chevauches Brumes en poste à Barberon, alors que le nouveau petit roi et toute son armée menée par l’Enochdil arrivaient à proximité.
Les seuls à avoir filé étaient Jerod, Varago, Barbelin et Théclin, partis pour rejoindre Crevet depuis que le seul mage du coin avait décidé de retourner là-bas sans trop savoir pourquoi, simplement porté par son intuition.

Si les précédents tomes étaient très centrés sur les Chevauche-Brumes, les points de vue s’étendent désormais à d’autres et notamment au baron Berak, aux rescapées doryactes, au marquis de Lancenys, tout en continuant à suivre Ophélie et le petit roi.
Ca donne une vision plus globale des problématiques et ça m’a parfois aussi sortie de ma zone de confort. Saléon devient quelquefois assez lointain et c’est un personnage que j’ai eu de plus en plus de mal à cerner alors qu’on le connaissait si bien aux débuts.
Mais c’est une bonne chose d’élargir ainsi les possibilités, d’autant plus que le conflit s’agrandit encore. Avec la fuite de Barberon, on découvre l’arrière pays du Bleu-Royaume, le Longemar et l’Etherland, envahi lui aussi par les mélampyges. Et pourtant, c’est tout d’abord à une guerre très humaine à laquelle on a droit. Une guerre moche, avec des trahisons prévisibles, mais surtout des abandons cruels, comme celui de la représentante de Biscale qui n’hésite pas à laisser derrière elle Ophélie qui avait pourtant sauvé la situation dans sa région envahie par un monstre maritime. On n’évite pas les morts d’ailleurs, certaines glorieuses, d’autres qui pourraient sembler inutiles, mais toutes qui font de la peine tant on les aime ces personnages, ces petits bonhommes qui se sont vus charger d’une mission qu’il n’avait certes pas réclamée mais qu’ils ont acceptée sans sourciller.
Ca fuit, ça se bat, ça se pourchasse, mais les Chevauche Brumes sont toujours là, présents jusqu’au bout pour mener cette ultime bataille qui les attend. Une bataille dans laquelle Jerod aussi aura son rôle à jouer et j’ai vraiment adoré que l’auteur vienne rappeler le lien qui l’unissait à Lansade tant j’avais pu les aimer tous les deux.
Tout se trouve d’ailleurs simplement là. Dans cette amitié, cet amour, cette fraternité qui unit tous les membres du groupe. Personne n’y est parfait, chacun a ses défauts, certains bien plus importants que d’autres, mais à l’arrivée c’est cette humanité érigée contre le fanatisme et cette obsession de la domination, qu’elle vienne du clergé ou d’une menace plus surnaturelle, qui pourra sauver le Bleu Royaume.

L’appel des grands cors
Thibaud Latil-Nicolas

Mnémos

Une réflexion sur “L’Appel des grands cors

  1. Bonjour, je voulais vous présenter mon 3ème roman félin « TROPIQUE DU CHAT » (ISBN: 979-10-348-1430-5 / Christine LACROIX), une invitation au voyage sans bouger de chez vous, qui vient de sortir chez Evidence éditions. Il est disponible en broché et en ebook en librairie, chez la boutique évidence ou sur les sites en ligne :https://www.amazon.fr/dp/B084NYFSRL/ref=dp-kindle-redirect?_encoding=UTF8&btkr=1.  C’est un voyage exotique sur l’île papillon. Vous y découvrirez les paysages, la faune et la flore de la Guadeloupe avec pour guide Toussaint Louverture, un chat créole. Un road movie antillais qui vous emporte loin de chez vous. En voici le résumé : Toussaint Louverture est un général de cavalerie né en 1743 à Saint-Domingue. En 1791 il posa la première pierre d’une nation noire indépendante en Haïti. Toussaint Louverture est aussi le héros de «Tropique du chat». Un «Cat-ribéen» qui raconte son île d’azur et de jade à travers ses yeux de félin. Blanchette est une petite chatte métropolitaine qui vit sa deuxième vie en gris, et rêve de lapis-lazuli et d’émeraudes. Sept mille kilomètres d’océan les séparent. Mais le destin se moque des distances… Un extrait est à lire sur mon blog félin : http://chat-pitre.over-blog.com Colonne en bas à droite, dans « MES ECRITS ». Portez-vous bien. AMICHAT. CHRISTINE LACROIX

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s