Dune

74469_20130717153658214.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Dans un futur lointain, l’Épice est la substance la plus convoitée de l’univers. L’Épice, qui permet de voyager dans l’espace, ne se trouve qu’en un seul endroit : Arrakis. Cette planète des sables, également dénommée « Dune », est un monde aride et hostile presque entièrement recouvert d’un désert brûlant.
Le duc Leto Atréides remplace ses ennemis, les Harkonnens, à la tête du fief d’Arrakis ; il part s’y installer avec sa concubine dame Jessica et leur fils Paul. Les membres de la Maison Atréides flairent un piège, tendu par le baron Vladimir Harkonnen, leur ennemi juré, mais doivent obéir à la volonté de l’empereur Padishah Shaddam IV.

EfANpPDXkAAZMTZ

Clap-board-and-Film-Reel-Vectors

Avant de perdre toute motivation pour la partie cinéma de mon blog, il faut que je vous parle du film Dune, regardé lors d’une rediffusion à la télévision au beau milieu de l’été dernier.
J’avais un excellent souvenir de ce film, que j’avais vu pour la première fois il y a fort longtemps alors que je ne connaissais pas du tout le livre. Autant dire que désormais mon avis a bien changé et pourtant, je lui trouve toujours un petit charme particulier.

L’histoire de Dune, c’est celle de la famille Atreides, envoyée sur la planète Arrakis pour la diriger. Une planète bien étrange, quasiment intégralement recouverte de sable, et qui tire sa richesse de l’épice, une substance qui permet d’éveiller la conscience et donc aux navigateurs d’effectuer des calculs et rendre ainsi possible la navigation interstellaire longue distance.

EfALeGZXYAES08t

Si vous connaissez le livre, Dune est un énorme bouquin à peu près séparé en deux parties, l’une qui met en place l’intrigue et l’arrivée des Atreides sur Arrakis, et la deuxième sur la fuite de Paul et sa mère dans le désert, leur rencontre avec les Fremen et leur revanche sur les Harkonen.
Ici, l’introduction est faite à la louche avec un personnage indéterminé qui nous balance tout le background en voix off.

Princess_Irulan-Virginia_Madsen_(1984)

Et après on part dans quelque chose d’ultra kitch (Sting en slip !) qui taille à la tronçonneuse dans l’intrigue pour tout faire rentrer dans le temps imparti.
Autant dire que ça n’y arrive pas du tout et qu’il faut quand même une bonne dose d’imagination pour réussir à boucher les trous et comprendre ce qu’il se passe.
Ce film est incompréhensible pour quelqu’un qui n’a pas lu le livre, et une très mauvaise adaptation pour ceux qui l’ont lu.

443665.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Et pourtant, il en ressort une certaine nostalgie et je comprends bien ce qui avait pu me plaire. Les décors sont beaux, la musique est réussie et les acteurs font ce qu’ils peuvent pour donner vie à leurs personnages.
Alors oui, l’esthétisme est daté et on est noyé sous une grandiloquence assez incompréhensible, mais on ne peut pas reprocher à David Lynch d’avoir essayé quelque chose, même s’il n’y est sans doute pas arrivé.

EfAeZOaX0AAABIf

7 réflexions sur “Dune

  1. Je ne me rappelle plus si j’ai vu ce film ou pas. Je dirais oui car j’adorais le bouquin à l’époque mais je pense que le costume de Sting m’aurait marquée ! C’est quelque chose quand même ! ^^ Et comme tout le monde, j’ai très hâte de voir ce que Villeneuve va faire.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s