Bilan Séries – Juillet 2020

coollogo_com-14276547
Coucou à tous !

Nous voilà déjà fin Juillet. Je ne pensais pas regarder beaucoup de séries durant ce mois-ci mais j’en avais beaucoup qui étaient en cours de finition ce qui fait que je me retrouve avec un bilan très chargé.

En avant !

The Team – Saison 2

0253452.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Un soir, dans le sud du Danemark, Malu et Faris, deux migrants syriens, trouvent refuge dans une maison d’hôtes tenue par des militants humanitaires, près de la frontière allemande. Peu après, un individu armé pénètre dans le gîte et ouvre le feu. Sept personnes sont abattues. La piste terroriste n’est pas exclue. L’enquête est confiée à un trio d’enquêteurs : une Danoise, un Allemand et une Belge.

La première saison de cette série m’avait beaucoup plu mais son visionnage était fort lointain et je ne me souvenais de rien du tout à l’exception de la présence de Lars Mikkelsen.
Ce n’est pas bien grave puisqu’il s’agit d’une anthologie et on repart cette fois sur une toute autre intrigue et des personnages complètements différents même si on garde le concept d’Interpol et de l’enquête qui nécessite la coopération de trois policiers venant de trois pays différents
Le problème c’est que tous les trois ne sont pas du tout attachants, que leur états d’âmes me font complètement passé au dessus de la tête et que tous les malheurs du monde pouvaient bien s’abattre sur eux, j’en étais à la limite de me dire qu’ils l’avaient bien cherché.
Quant à l’intrigue, elle implique du trafic d’art international et du terrorisme, en y rajoutant une petite dose de migrants et un tueur hyper balèze. Ce n’est pas forcément très compliqué à suivre mais là encore ça ne m’a pas très intéressée, je voulais juste savoir si Malu allait s’en sortir et tant pis pour le reste.

Love, Victor – Saison 1

2198

Victor, un lycéen qui vient d’intégrer le lycée Creekwood, cache un secret : il est gay. En plein questionnement, il décide de se tourner vers Simon en espérant que ce dernier, qui a vécu les mêmes angoisses que lui auparavant, parviendra à l’aider à naviguer les eaux troubles de l’adolescence.

Si je n’ai pas vu le film qui en a été tiré, je suis une énorme fan du livre Moi, Simon, 16 ans, homosapiens et je n’étais pas persuadée de l’intérêt d’y ajouter une suite en série.
Pourtant, je suis tombée quasiment de suite sous le charme de celle-ci tant elle est mignonne, pleine de de bon sentiments mais en même temps ultra réaliste.
Les personnages y sont pour beaucoup parce que si ils peuvent cocher tous les clichés de la romcom jeunesse, ils sont en réalité ultra bienveillants et ressemblent beaucoup à des adolescents.
Les questions que Victor se posent sur son orientation sexuelle sont tout à fait légitimes et si je n’ai pas beaucoup apprécié son attitude envers Mia, j’ai compris tout ce qu’il traversait et la façon d’intégrer Simon à l’intrigue était plutôt sympathique.
Je crois que j’ai aussi aimé à peu près tous les personnages secondaires et je trouve que c’est une bonne chose d’avoir inclus une intrigue pour les parents qui se retrouvent souvent à faire tapisserie dans ce genre de série. Bon, je n’ai pas tout apprécié dans celle-ci mais au moins il y a eu des efforts de fait.
Et puis j’ai eu un énorme coup de cœur pour Felix, le nouveau meilleur ami de Victor et ça a sans doute aussi aidé à ce que j’apprécie autant cette saison

Snowpiercer – Saison 1

3089665.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Un prisonnier tente de survivre dans un train lancé à toute vitesse, alors que le monde connaît une nouvelle ère glaciaire.

La bande dessinée n’est toujours pas lue et le film toujours pas vu mais je partais tout de même pleine d’enthousiasme pour cette série attendue depuis maintenant très longtemps et repoussée à plusieurs reprises.
Pourtant, j’ai eu beaucoup de mal avec elle, la faute à un manque d’implications avec les personnages. Je n’en avais rien à faire de ce qu’il pouvait bien arriver aux Sans billets et c’est quand même bien dommage puisque la lutte des classes c’est un peu tout le concept de la série.
A la place, j’ai bien aimé le côté énigme policière, qui n’était là que pour introduire les personnages mais qui m’a plutôt bien intriguée. Malheureusement ça ne dure qu’une demie saison avant de passer à l’affrontement et comme je le disais plus haute, j’en suis sortie plutôt circonspecte, d’autant plus qu’il y a encore des tours et des détours avant d’y arriver vraiment.
Reste que le final est vraiment convainquant, à voir ce que la saison prochaine va donner.

Carter – Saison 2

images

J’ai enchaîné sans grand entrain la deuxième saison de Carter qui avait toujours pour elle une diffusion télévisuelle qui m’arrangeait mais rien de beaucoup plus. Il n’y avait même plus de fil rouge puisque la disparition de la mère de Carter avait été résolue.
Du coup, pour compenser, on a droit à une sous intrigue assez pourrie concernant le nouveau chef de la police qui semble louche et franchement ce n’est pas bien fameux.
Heureusement, si les enquêtes ne sont jamais super bien foutues, on peut compter sur les personnages qui sont vraiment drôles et Carter est devenu un détective privé, ce qui est bien plus réaliste que consultant pour la police.
Dave a également un rôle bien plus développé, les deux légistes sont vraiment amusants et j’ai longtemps espéré avoir une petite intrigue autour de Rafalski qui n’est jamais venue.
La saison se termine sur un cliffhanger loin d’être insoutenable, peu importe donc que la série soit ou non renouvelée.

Penny Dreadful : City of Angels – Saison 1

2137

A Los Angeles, dans les années 30, un spin-off de Penny Dreadful autour des rites sataniques et des légendes mexicaines…

Je n’étais pas super inspirée par ce spin of de Penny Dreadful qui était une série que j’aimais beaucoup mais le trailer avait réussi à me séduire.
Le problème c’est que j’ai attendu toute la saison que la série se décide à décoller et proposer quelque chose et ce n’est jamais arrivé.
Je n’ai rien à reprocher aux acteurs qui font ce qu’ils peuvent (y compris le Ramon de Here and Now que j’ai mis  plus de la moitié de la saison à reconnaître vu que pour une fois il était peigné) mais je n’avais rien à faire de la plupart des personnages. C’est fort dommage parce que je voulais vraiment en apprendre plus sur les mythes mexicains mais en dehors de Maria, il n’y a pas grand monde qui s’y intéresse et on passe plus de temps à se préoccuper des problèmes d’urbanisme de Los Angeles (et je les trouvais bien mieux traités dans un livre comme L.A. Nocturne, qui n’était pourtant déjà pas fameux) et de nazis qui veulent prendre le pouvoir.
Je me demande d’ailleurs pourquoi l’auteur a voulu que cette série ait le même nom que Penny Dreadful tant le côté fantastique est à peine survolé, malgré la présence de des multiples versions de Natalie Dormer que je n’aime toujours pas.
Au moins j’ai pu m’amuser avec la présence de Dominic Sherwood, qui est loin d’être une catastrophe vu qu’il sait fort bien froncer des sourcils.

Departure – Saison 1

2207

Lorsque le vol 716 disparaît brusquement au-dessus de l’océan Atlantique, Kendra Malley est rappelée par son ancien patron et mentor Howard Lawson afin d’enquêter sur ce crash mystérieux et retrouver de potentiels survivants. Kendra et son équipe sont alors au centre de l’attention. De multiples pistes sont envisagées, du suicide du pilote au terrorisme, du défaut technique au complot politique.

Revoilà une série que je n’avais pas du tout prévue de regarder mais qui, encore une fois, est apparue sur mon écran.
Au programme, on a la disparition d’un avion qui met en alerte toute une section de la police britannique et qui permet de se lancer dans de multiples pistes et théories.
La distribution est assez connue puisqu’on retrouve Kris Holden-Ried que je trouve toujours hyper craquinou, Archie Panjabi, Christopher Plummer, Peter Mensah, Shazad Latif et Sasha Roiz.
C’est une série thriller/policière assez classique, avec pas mal de fausses pistes lancées, l’intrigue étant ralentie par le fait que les personnages se cachent des choses entre eux et que personne ne travaille tant la même direction.
On aurait pu croire à une très solide mini série mais les 5 dernières minutes relancent l’intrigue dans une nouvelle direction et la série a été reconduite pour une deuxième saison. Je suis un peu perplexe devant ce choix.

Mr. Robot – Saison 4

17043316_1_92

Des mois après tout le monde, me voilà enfin arrivée au bout de cette série qui aura connue des hauts et des bas mais qui aura su terminer parfaitement.
L’intrigue de la saison était assez simple au départ puisque Whiterose avait toujours son projet en cours et que Elliot voulait tout simplement l’empêcher de le réaliser en hackant une banque qui finançait toute l’opération.
Evidemment rien n’a parfaitement marché et on a eu droit à de nombreuses péripéties avant d’y arriver, le plus souvent au travers d’épisodes magnifiques, comme celui où Elliot et Darlene se chargent de prendre le contrôle sur un serveur dans un épisode entièrement muet à l’exception de deux répliques.
La sous intrigue sur Vega m’a laissée assez indifférente, le personnage ne m’intéressant en fait pas du tout, mais pour le reste la saison a été maîtrisée du début à la fin, le hack de la banque en lui-même étant assez grandiose.
Quant au final qui fait la lumière sur Eliot, Mr. Robot et ses nombreuses personnalités, je l’ai beaucoup aimé, réussissant quelque chose de vraiment cohérent alors qu’on était loin d’y être à peine un épisode avant. J’aime quand les séries réussissent à se terminer paisiblement comme ça, juste dans l’émotion, et c’était parfaitement réussi.

Warrior nun – Saison 1

Ebmy9PqWkAABU8E

Une jeune femme d’une vingtaine d’années se réveille à la morgue, vivante, avec un artefact implanté dans le dos. Elle découvre qu’elle est maintenant membre d’un ordre ancien qui s’est donné pour mission de combattre les démons sur Terre.

Je cherchais un truc plutôt tranquille à regarder le soir en rentrant de la plage pendant mes vacances et mon choix s’est porté sur Warrior Nun qui m’apparaissait suffisamment saugrenue pour passer du bon temps et qui a en plus été écrite par Simon Barry, le bonhomme à qui on doit la géniale Continuum et Ghost Wars que personne n’a regardée sauf moi.
C’est une série américaine mais qui se déroule en Espagne, on se retrouve avec des personnages qui se parlent entre eux en Anglais, certains disparaissent au milieu de la saison sans jamais réapparaître et le final est bien plus qu’un cliffhanger puisque la saison se termine au bout milieu d’une action ce qui m’a rendu assez mécontente.
Le truc le plus fun, au delà du fait qu’on a des bonnes sœurs qui se battent contre des démons, c’est que Ava parle beaucoup en voix off ce qui est plutôt amusant.
C’est quand même à peu près le seul truc à noter parce que sinon on a quand même une saison qui se traîne énormément, l’héroïne est insupportable et l’action fait des détours immenses avant de devenir intéressante.
C’est fort dommage parce que quand on se recentre sur le sujet central de la série, on a droit à quelque chose qui fonctionne très bien, avec des personnages vraiment funs comme Mary ou Beatrice, pour peu qu’on soit conciliant avec les séries Netflix qui sont toutes bâties sur ce même modèle.

Voilà pour ce mois de Juillet encore une fois très productif. J’ai également regardé la saison 3 de DARK dont je vous ai parlé ici, et la mini série Adieu, mes quinze ans … dont je vous ai parlé par ici.
On se retrouve début Septembre pour un bilan de mes séries visionnées en Août, bon mois à tous 🙂 .

5 réflexions sur “Bilan Séries – Juillet 2020

  1. Chouette bilan ! Je ne reviens pas sur les séries qu’on a en commun car j’en ai déjà parlé dans tes hebdos. Je veux voir Warrior Nun parce que j’adore les nonnes badass mais je ne doute que ça ne vole pas haut. Mais bon, comme Vagrant Queen, c’est tout à fait le genre de séries que j’aime bien regarder de temps en temps.

    J'aime

    • Ce que je trouve dommage pour Warrior Nun c’est que contrairement à beaucoup de séries Netflix, je pense qu’il y avait l’occasion d’en faire un truc bien mieux, mais ça s’éparpille un peu trop alors que le fond du propos est excellent.
      Mais dans l’ensemble c’est bien fun et c’est surtout ça qu’on lui demande.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s