Les Sept cadrans

couv46431655

La plaisanterie a mal tourné ! De la petite bande de jeunes gens invités à la campagne, Gerry Wade est toujours le dernier à descendre pour le breakfast et les autres décident de le réveiller en fanfare avec huit pendulettes achetées au bazar du village…
Mais le lendemain à midi, Gerry dort encore… De son dernier sommeil : on l’a assassiné avec une forte dose de chloral. Dans la chambre, on ne retrouvera que sept des huit réveils déposés sur le lit. Le huitième ? Il a été jeté par la fenêtre…

Barre-de-séparation

Autre roman tirant plus vers l’aventure que vers le policier pur et dur, Les sept cadrans se déroule dans le même univers que Le secret de Chimneys et conserve une bonne partie de ses personnages puisque le meurtre prend une nouvelle fois place dans le cadre du manoir de Lord Catheram et sa fille.

On y retrouve également toute une ribambelle de jeunes gens plein de vie, d’énergie mais qui souhaitent surtout se laisser porter par les évènements sans faire grand chose de leur avenir, et c’est assez drôle de voir qu’Agatha Christie portait un regard assez bienveillant sur la jeunesse désœuvrée de son époque.
On est donc en compagnie d’une petite bande de détectives complètement amateurs qui vont de surprises en surprises et qui montent des stratagèmes parfois assez loufoques pour résoudre la mort de leur ami Gerry alors même qu’ils ne semblent pas y être particulièrement attaché. Et si on n’échappe pas à quelques clichés, c’est assez rafraîchissant que voir que Lady Eileen (qui récupère son surnom de Bundle après avoir été Chiffonnette) est relativement libre de ses mouvements pour une jeune fille de si haut rang.

Comme bien souvent dans ses romans d’aventure, Agatha Christie y mèle de l’espionnage et c’est le Superintendant Battle qui se charge d’amener un peu de sérieux et de rigueur au milieu de cette bande. Ca donne d’ailleurs une tonalité assez étrange à l’ensemble, où le mystère et la mort côtoient un humour qui semble parfois assez saugrenu.

Le twist final a déjà été utilisé par l’auteure dans un autre de ses romans mais il permet de ménager le suspense jusqu’au bout et il est bien compliqué de démêler le vrai du faux avant d’en arriver à la conclusion.

Les Sept cadrans
Agatha Christie
Editions du Masque

13 réflexions sur “Les Sept cadrans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s