Bilan Séries – Avril 2020

coollogo_com-14276547
Coucou à tous !

Voici enfin arrivé la fin de ce mois d’Avril que beaucoup auront vécu confinés. Et je suis assez fière du nombre de séries que j’ai réussi à terminer.

En avant !

  • Locke & Key – Saison 1

2139

Après le meurtre de leur père dans d’étranges circonstances, les frères et sœurs Locke emménagent avec leur mère à Keyhouse, leur maison ancestrale, où ils découvrent des clés magiques potentiellement liées à la mort de leur père. Alors que les enfants Locke explorent les pouvoirs uniques de ces clés, un mystérieux démon s’éveille et ne reculera devant rien pour les leur voler.

Adaptation d’une série de comics écrit par Joe Hill et Gabriel Rodriguez, Locke & Key nous raconte l’arrivée dans la maison familiale des Locke, suite à la mort du père.
Je n’ai lu que le premier tome, et c’était il y a fort longtemps, du coup j’en avais à peu près tout oublié et j’ai passé un bon moment devant cette série qui tend un peu vers l’horreur mais revient bien trop souvent au teen drama en suivant Tyler et Kinsey au lycée du coin.
Malgré tout, l’intrigue est excellente, le rythme est très soutenu avec une découverte des clés qui s’enchaîne à toute vitesse et les mystères sur le passé du père à l’époque où il était adolescent et vivait à Matheson m’ont beaucoup plu.
Il y a bien quelques éléments de l’intrigue qui finissent par être assez évidents pour le téléspectateur mais dans l’ensemble c’est solide et c’est renouvelé pour une deuxième saison qui risque bien de multiplier les difficultés pour tout le monde.

  • Dare Me – Saison 1

2133

Une exploration de l’amitié féminine et de la sororité, des jalousies aux loyautés, dans le lycée d’une petite ville du Midwest, du point de vue de deux jeunes femmes cheerleaders, amies mais toujours en compétition.

Je suis tombée un petit peu par hasard sur cette série qui nous raconte la vie d’une bande de jeunes filles cheerleaders dans le lycée d’une petite ville qui voient arriver une nouvelle coach qui va essayer de les qualifier pour le championnat régional.
C’est une série qui n’avait absolument rien pour me plaire, un petit peu à la Euphoria que j’ai joyeusement détestée l’année dernière, mais j’ai étrangement bien accroché à l’histoire de ces filles, de la coach et au drame qu’on sent arriver de très loin.
Ça nous parle d’adolescence bien sur, mais aussi de choix, de difficultés à vivre sa vie d’adultes, et d’une ville paumée où la principale industrie vient de fermer, le tout avec des images très travaillées.
Les personnages ne sont pas attachants mais je voulais absolument les voir s’en sortir.
La série est annulée mais le mystère principal est résolu, même si j’aurai bien aimé continuer un petit peu, histoire de voir les répercussions qu’il allait y avoir.

  • The Plot against America – Mini série

2153

Lorsque le célèbre aviateur Charles Lindbergh battit le Président Roosevelt aux élections présidentielles de 1940, la peur s’empara des Juifs américains. Non seulement Lindbergh avait, dans son discours radiophonique à la nation, reproché aux juifs de pousser l’Amérique à entreprendre une guerre inutile avec l’Allemagne nazie, mais, en devenant trente-troisième Président des Etats-Unis, il s’empressa de signer un pacte de non-agression avec Hitler. Alors la terreur pénétra dans les foyers.

Je connais très mal David Simon puisque la seule autre série que j’ai vu de lui est Show me a hero mais j’avais envie de découvrir cette adaptation d’un livre de Philip Roth, uchronie dans laquelle Franck Delano Roosevelt n’est pas réélu à l’élection américaine de 1941 puisque c’est Charles Lindberg, le célèbre aviateur, qui l’emporte à sa place.
Un homme profondément antisémite et c’est donc le point de départ pour suivre la vie d’une famille de Juifs américains qui voit toute leur existence bouleversée.
C’est une série magnifique, avec des acteurs (y compris les enfants) absolument fabuleux. Des effets de mise en scène simples mais efficaces, une reconstitution réussie et une bande son très juste, mais rien ne vient écraser le scénario en lui-même.
A noter que c’est par contre horriblement plombant, à ne pas regarder si vous avez le moral dans les chaussettes.

  • Luna Nera – Saison 1

2155

En Italie, au XVIIe siècle, une jeune sage-femme accusée de sorcellerie doit choisir entre amour maudit et l’accomplissement de son honorable destin.

Un petit peu de série italienne pour changer un peu avec Luna Nera, basée sur une trilogie littéraire, Le città perdute de Tiziana Triana, qui est arrivée sur Netflix pour nous raconter l’histoire de Ade, qui rejoint une communauté de sorcières suite au décès de sa grand-mère, tuée par des  chasseurs de sorcières.
On a donc d’un côté des femmes toutes gentilles mais un brin inutiles et de l’autre la famille Oreggi, de gros vilains qui préfèrent vivre dans l’obscurantisme, massacrer des femmes et obéir sans hésiter aux religieux du coin même si ceux-ci montrent aussi des pouvoirs bizarres.
Au milieu on a vaguement deux bonshommes qui ne savent pas trop comment se positionner, l’un d’entre eux parce qu’il est amoureux et l’autre parce qu’il aime la médecine.
C’est très typé Netflix, les personnages sont stupides et on voit venir les rebondissements à l’avance. J’ai regardé cette première saison sans peine mais je suis loin d’être certaine de voir la suite si elle est renouvelée un jour.

  • Project Blue Book – Saison 2

1957

Ahhhhhh Project Blue Book, quel plaisir de retrouver cette série que j’avais déjà beaucoup aimé l’année dernière et que j’ai encore préféré cette saison.
J’avais eu beaucoup de mal avec Mimi, et elle trouve enfin une place dans l’intrigue qui permet de la rendre moins stupide. J’avais eu aussi parfois du mal dans la relation entre Hynek et Quinn, et cette année, ils ont trouvé un équilibre dans leur duo qui fonctionne parfaitement bien.
En plus les intrigues sont très réussies, revenant sur des points connus de l’Histoire, et on n’oublie pas de revenir sur des mystères laissés en suspens pour leur trouver une très bonne explication.
Le final est haletant, plein de suspens et le seul reproche que je trouve finalement à faire à cette saison, c’est qu’on ne sait toujours pas si la série sera renouvelée.

  • Tales from the Loop – Saison 1

2171

Un petit village se trouve à proximité d’une machine nommée The Loop, dont la fonction est d’explorer les plus grands mystères de l’univers.

Après les adaptations de films, de livres et tout autres idées saugrenues, voilà une série qui adapte des peintures, celles de l’artiste suédois Simon Stålenhag.
On y retrouve son univers, celui d’une petite ville sans grande caractéristiques à l’exception de ses robots un peu décrépis et du Loop, un … truc indéfinissable qui entraîne des effets sur la population.
Les épisodes pourraient presque se voir de façon indépendante mais on y retrouve les mêmes personnages et on suit la vie d’une famille au travers des différents phénomènes qui arrivent. Voyage dans le temps, échanges corporels, passage dans un autre univers, … la série balaie tous les clichés de la science fiction mais sans vraiment s’y attarder, l’essentiel étant porté sur les individus, sur cette idée du temps, du libre arbitre, de la nécessité de vivre à l’instant présent.
Les acteurs sont impeccables, la mise en scène est belle et la musique de Philip Glass est tout à fait parfaite pour une série fascinante.

Voilà pour ce mois d’Avril très réussi lors duquel j’ai aussi regardé la saison 3 de Castlevania dont je vous ai parlé ici, et où j’ai enfin réussi à terminer Banana Fish pour lequel j’espère trouver un peu de temps pour vous en parler.
On se retrouve début Juin pour un bilan de mes séries visionnées en Mai, bon mois à tous 🙂 .

4 réflexions sur “Bilan Séries – Avril 2020

  1. Et bin tout un bon mois d’avril….
    Ici on est tout fier: Gabriel Rodriguez est chilien…cela commence a en faire beaucoup du cote des states comme Pedro Pascal et Santiago Cabrera (Picard).
    J’avoue avoir toujours du mal avec les incoherences et les retours en arriere de project blue et bien hate de commencer The Plot against America

    Aimé par 1 personne

  2. Tu as effectivement eu un très beau mois d’avril avec de bien belles séries !
    J’ai trouvé The Plot against America très réussie mais l’ambiance très anxiogène m’a empêchée de vraiment l’adorer, surtout en cette période. Mais elle était très bien.
    Rien a redire sur Project Blue Book, je suis d’accord avec ce que tu en dis notamment sur la relation Hyneck/Quinn et sur Mimi. Et puis sniff pour l’annulation, dommage d’avoir construit une telle intrigue pour qu’elle ne soit jamais résolue.
    Ah et puis Tales from the Loop est merveilleuse, même si j’ai trouvé que les 3 épisodes du milieu (3-4-5) étaient un peu moins convaincants.

    Aimé par 1 personne

    • The Plot against America est tombée un peu à un mauvais moment parce que clairement ça plombait terriblement le moral.

      Je suis très dégoutée pour Project Blue Book que j’aimais décidément beaucoup 😦

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s