Pilotes de l’hiver, édition 2020

Coucou à tous !

Ça faisait une éternité que je n’avais plus rien posté dans cette partie du blog vu que j’ai tendance à avoir du retard de partout mais cette semaine j’ai eu un tout petit peu de temps pour débuter six séries différentes et je me suis dit que ce serait plutôt chouette de vous en parler ici plutôt que de les noyer dans mes récapitulatifs hebdomadaires.

– Zoey’s Extraordinary Playlist

2073

Une jeune femme de vingt ans, intelligente mais asociale, est soudainement capable de connaître les pensées des gens qui l’entourent. Celles-ci prennent la forme de chansons, certaines sont même des tubes musicaux.

Cette série n’était pas sur ma liste de priorités mais par un après-midi pluvieux je me suis dit que c’était l’occasion idéale de faire la connaissance de Zoey, jeune femme qui ne vit que pour son travail de codeuse et qui ambitionne un poste un peu plus élevé dans la société dans laquelle elle bosse. Suite au passage dans une machine à IRM elle se met à entendre les émotions des gens sous forme de chansons et découvre donc leurs secrets. Elle peut aussi communiquer avec son père qui est dans un état végétatif suite à une maladie dégénérative.
On est là dans une série assez tranquille, bien balisée, avec des personnages très clichés mais plutôt sympathiques et, si elle ne révolutionnera sans doute pas le monde (et sera sans doute annulée à la fin de la saison), j’ai passé un bon petit moment, d’autant plus que la bande son est assez chouette.

– Dare Me

2133

Une exploration de l’amitié féminine et de la sororité, des jalousies aux loyautés, dans le lycée d’une petite ville du Midwest, du point de vue de deux jeunes femmes cheerleaders, amies mais toujours en compétition. Lorsqu’une nouvelle coach débarque dans l’équipe pour leur permettre de passer au niveau supérieur, rien ne va plus se passer comme avant. Et lorsqu’un suicide survient, c’est toute la ville qui va se retrouver chamboulée…

Comme j’étais dans les pilotes, j’ai aussi essayé Dare Me et son histoire de cheerleaders.
Je n’avais pas accroché à Euphoria, on est ici dans une série un peu du même style mais avec des chorégraphies pour un petit côté Hit the Floor.
Dans une petite ville paumée où l’usine de pneus a fermé, tous les ado du coin rêvent de partir et, pour les filles, ça passe par une bourse. Pour cela elles comptent sur l’arrivée de leur nouvelle coach, qui revient dans une région qu’elle connait bien pour suivre la carrière de son mari, ce qui entraîne des problèmes dans l’équipe qui était jusque là menée par Beth qui voit son rôle de capitaine remis en cause, tout comme son amitié avec Addy.
Il y a des tensions dans tous les sens, tout plein de drama, des gens qui couchent avec d’autres mais c’est moins trash qu’Euphoria tout en gardant une certaine pertinence sur les adolescents. Le fait de suivre également la coach Colette, une adulte qui donne un peu l’impression de projeter sur ces filles ses propres espérances, m’a sans doute aussi un peu plus impliquée dans l’histoire.
C’est loin d’être le genre de série que j’apprécie en temps normal, mais je pense que je vais continuer celle là un petit peu pour voir vers où elle compte aller.

– Everything’s gonna be Okay

2052

A la mort de son père, le névrosé Nicholas, à tout juste 25 ans, est contraint de s’occuper de ses jeunes demi-sœurs, des jumelles, dont l’une est autiste. Bien qu’il n’ait jamais été particulièrement présent dans la vie des deux adolescentes, il va devoir créer un lien avec elles, alors qu’il peine déjà à veiller sur lui-même.

Toujours dans mes pilotes, je m’étais noté de tester celui-là parce que j’adore Josh Thomas et que j’étais assez impatiente de voir sa nouvelle série après Please like me.
Si on connait le bonhomme on n’est pas du tout dépaysé de tomber dans une espèce de comédie très bavarde, où tout le monde parle beaucoup. Mais il prend cette fois un angle plus familial et les deux petites dont il devient le tuteur sont vraiment charmantes.
Je suis pas très branchée sur ce genre de séries, ça a tendance à m’agacer vite fait mais l’ensemble semble plutôt mignon et le début de romance est à la fois choupi et incongrue.
Mon principal problème vient du format que j’ai trouvé un petit peu long, je pense que la série marcherait mieux sur du 30 minutes.

– Giri/Haji

2127

Aidé par un jeune prostitué nippo-britannique, un détective tokyoïte ratisse Londres pour retrouver son frère, impliqué avec les Yakuza et recherché pour meurtre.

Diffusée sur BBC2 avant de débarquer sur Netflix, Giri/Haji fait partie de ces séries qui peuvent rester super longtemps de côté avant que je me décide à les regarder.
On est sur du thriller, un policier japonais débarquant à Londres pour mener l’enquête sur la mort du neveu d’un yakuza avant que tout Tokyo vire au règlement de compte.
Mais rien n’est simple vu que le neveu en question a été tué par un katana appartenant à un autre yakuza et qu’il n’avait plus été vu en circulation depuis que le frère du policier avait disparu.
On mêle donc à l’enquête un volet un peu plus familial, on rajoute un peu de mystère du côté de Londres avec l’enquêtrice locale qui craint de son côté la libération d’un prisonnier et on adjoint à tout ce monde l’assistance d’un prostitué qui a lui aussi ses propres problèmes.
Premier épisode très intriguant, avec un bon mystère et de bons personnages mais aussi un esthétisme assez particulier vraiment réussi, il va maintenant falloir que j’enchaîne la suite parce que c’est typiquement de la série où il vaut mieux ne pas laisser trop de temps au risque de tout oublier.

– Ares

2141

Alors que son ami est victime d’un étrange accident, Rosa réalise que la société secrète qu’ils viennent d’intégrer est liée aux heures sombres de l’histoire hollandaise.

Toujours sur Netflix, on part cette fois aux Pays-Bas et en lisant le synopsis, j’étais assez curieuse de voir de quoi la série allait réellement parler parce que l’histoire de ce pays, ce n’est pas vraiment quelque chose que je connais.
La bonne surprise, c’est que ce pilote ne faisait qu’une trentaine de minutes, que le néerlandais, c’est assez sympathique à écouter, et qu’une partie de l’épisode est tournée dans le musée Rembrandt (et j’aime bien Rembrandt).
Malheureusement, je n’ai pas du tout été convaincue par le reste, Rosa est plutôt un bon personnage mais l’ensemble fait très pompeux et les sociétés secrètes dans les facultés me semblent être passées de mode depuis un moment.
Je n’ai aucune envie d’être intéressée par ce qu’il arrive aux personnages principaux et les membres de la société qu’on rencontre n’ont aucun intérêt.

– Störst av Allt

2033

Après une tuerie perpétrée dans un lycée chic de Stockholm, Maja Norberg, une adolescente ordinaire, se retrouve sur le banc des accusés. À mesure que se dévoilent les événements de cette journée tragique, les détails personnels de sa relation avec Sebastian Fagerman et sa famille dysfonctionnelle sont eux aussi jetés en pâture au public.

Histoire de continuer un peu mon tour du monde, me voilà en Suède avec une série diffusée en Avril dernier et suivant le personnage de Maja, accusée d’avoir massacré toute sa classe  de terminale à coups de fusil.
On prend l’histoire au moment où elle est arrêtée, du coup on ne sait pas si elle est réellement coupable, et on n’a, comme le personnage principal, aucun accès à l’enquête ce qui fait qu’il est difficile de se faire un avis.
Beaucoup de temps est passé dans des flashbacks sur sa rencontre avec son petit ami qui semble aussi impliqué dans l’histoire et ce n’est pas vraiment ce qui m’a le plus passionnée mais les deux personnages réussissent à bien attraper le regard et sont très magnétiques ce qui force presque à avoir envie de connaitre la suite.
Comme il n’y a que six épisodes et que la série est bouclée, j’ai bien envie de me laisser tenter.

8 réflexions sur “Pilotes de l’hiver, édition 2020

  1. Zoey’s Extraordinary playlist est bien sympa et passe très bien en période hivernale. Il y a plein de séries que tu cites qui m’intéresseraient mais pas le temps de les regarder. Il y a juste Everything’s Gonna be Okay que je vais regarder car c’est un format court (malgré le premier épisode de 45min).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s