Adieu, mon utérus

couv9616302

Yuki Okada, à trente-trois ans, a tout pour être comblée : mariée et heureuse, mère d’une petite fille, elle exerce également le métier qu’elle aime – autrice de mangas. Aussi, quand elle consulte son médecin à cause de règles anormales, elle ne se doute pas de la terrible nouvelle qui l’attend : malgré son jeune âge, elle développe en effet un cancer du col de l’utérus. Chamboulée et perdue, elle ne saura d’abord pas comment réagir, et affronter cette épreuve que la vie lui impose…
Pourtant, très vite, elle comprend qu’il lui faudra faire des choix. Mais entre les avis de ses proches et du corps médical, comment savoir ce qu’elle souhaite vraiment ?

Merci à Babelio et aux éditions Akata pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Si je n’accroche pas toujours au résultat final, j’aime les éditions Akata parce qu’elles tentent toujours de lancer des œuvres sur des thèmes loin d’être évident.
Ici, il s’agit de traiter du cancer du col de l’utérus au travers du combat d’une mangaka et, d’un certain point de vue, c’est très réussi.

J’ai aimé le style graphique, très chibi, qui permet de contrebalancer un thème qui ne porte pas vraiment à la rigolade.
L’attitude de l’héroïne, complètement perdue et qui se laisse porter par les conseils des uns et des autres sans trop savoir ce que, elle, elle souhaite réellement, est plutôt réaliste. Elle a tout de même la chance de plutôt être bien entourée, sa mère étant extrêmement présente.
J’ai eu plus de mal avec son mari, qu’elle exclut elle-même de certaines décisions mais qui est tout de même très passif, découvrant seulement comment habiller sa fille alors qu’elle a plus de deux ans.

Le processus entier, de la découverte du cancer jusqu’à l’opération et les conséquences des radiographies, est traité. Yuki Okada n’éclipse aucun détail mais réussit à raconter son histoire sans verser dans le pathos, en nous faisant partager ses doutes et ses peurs et en rendant hommage aux personnes qu’elle a croisées.
Sur un sujet aussi grave, elle se livre sans pudeur et c’est une lecture qui devrait faire beaucoup de bien à tout le monde.

Adieu, mon utérus
Yuki Okada
Akata

Une réflexion sur “Adieu, mon utérus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s