Après nous – Tome 1 : Au commencement

couv13329305

Les cartes du destin de l’humanité sont entre ses mains. Est-elle porteuse de chaos ou de la promesse d’un monde meilleur ?

Jezebel Kern a tout pour elle : des parents aimants, soucieux de son avenir, un véritable talent de musicienne, une voix envoûtante. Rien ne semble pouvoir troubler son petit paradis. Mais lorsque Hannah et Johann Kern perdent la vie dans un accident de la route, Jezebel découvre qu’il n’y a aucun acte de naissance à son nom. Peu à peu s’impose une terrible vérité : elle a été kidnappée dans sa petite enfance. À qui ? Pourquoi ? Et surtout, d’où lui vient cette voix capable de charmer… comme de blesser mortellement ? Jezebel devra le découvrir au travers d’une quête qui fera vaciller ses croyances et la portera aux frontières de l’apocalypse.

Merci à NetGalley et aux éditions Robert Laffont pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Si j’ai parfois du mal à rentrer dans certaines de mes lectures, j’arrive en général assez vite à me faire une idée sur mon appréciation générale.
Ça n’a pas du tout été le cas avec ce livre qui nous présente plusieurs personnages, tous à peu près autant détestables.
Jezebel est très égoïste et n’hésite pas à piétiner ceux qui la dérangent. Jarod et Noe sont des clichés sur pattes à être amoureux d’elle et si Rowan semble au premier abord comme la plus sympathique, il ne faut pas longtemps avant de comprendre qu’elle est sans doute plus louche que la gentillesse qu’elle laisse transparaître.
Mais disons qu’au moins son comportement est un peu plus compréhensible et moins puéril que celui des autres.

Le problème c’est que le scénario ne rattrape pas le non-attachement aux personnages, ceux-ci passant leur temps à se tourner autour, à se disputer et à se rabibocher, au détriment d’une intrigue qui n’avance pas alors que cette idée de voix qui permet de contrôler les autres pourrait être plus passionnante.

Du coup, tout traîne beaucoup et les relations entre personnages paraissent artificielles jusqu’au bout, et si on peut peut-être le justifier avec un pouvoir loin d’être maîtrisé, j’ai surtout ressenti un grand sentiment de malaise.

L’écriture saccadée qui passe d’un personnage à l’autre assez souvent n’aide pas non plus à s’attacher à des personnages superficiels et morbides.
Vous l’aurez compris, je n’ai pas beaucoup accroché à ma lecture qui propose pourtant quelques réflexions intéressantes, mais beaucoup trop noyées dans du malsain.

Après nous – Tome 1 : Au commencement
Mira Eljundir
Robert Laffont

3 réflexions sur “Après nous – Tome 1 : Au commencement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s