Going Postal

Going Postal

Moist Von Lipwig a trop joué avec le feu et la loi. Après des années d’aimables escroqueries, finalement pris la main dans le sac, il va être pendu. A moins qu’il n’accepte la curieuse proposition que lui fait le patron de la ville d’Ankh-Morpok, lord Vetinari. Flanqué d’un agent de probation, Lipwig échappera à la mort s’il prend la tête du service postal de la capitale du Disque-Monde et s’occupe de ses deux millions de lettres quotidiennes. Lipwig s’y résout volontiers avant de découvrir que sa nouvelle charge est plus dangereuse qu’il ne croyait…

goi

Going Postal fait partie de ces séries qui traînent dans ma liste sans fin de séries à voir un jour. Elle aurait pu y rester longtemps mais le hasard d’une diffusion télévisée un dimanche soir m’a permis de la regarder.

Il s’agit l’adaptation du livre du même nom de Terry Pratchett prenant place dans son univers du Disque Monde. Il s’agit très précisément du trentième livre, je me suis d’abord demandé pourquoi adapter ce tome là précisément mais il est en fait assez indépendant des autres ce qui évite sans doute de devoir faire trop référence à d’autres personnages ou d’autres événements intervenus ailleurs.

goin

Du coup, on se retrouve avec une mini série assez indépendante qui, à de rares exceptions près, pourrait prendre place dans n’importe quel univers plus ou moins médiéval.
Moist Von Lipwig est un escroc qui, carrément contre son gré, se retrouve à devoir remettre sur pied le service postal  d’Ankh-Morpor.

MV5BMjE2NjA1NDA0OV5BMl5BanBnXkFtZTcwNDMyODIyNg@@._V1_

Il fait la connaissance de son garde du corps, le golem Mr Pump, mais aussi des deux autres employés, et doit faire face aux manigances de Reacher Gilt, propriétaire du réseau de clacks concurrent.
Et il tombe sous le charme d’Adora.

going

C’est une mini série mignonne, pleine d’entrain, qui souffre un peu d’un manque d’imagination mais dans laquelle les acteurs donnent vraiment l’impression de se régaler, que ce soit Charles Dance en Patricien, Claire Foy, que j’adore retrouver dans différents registres, David Suchet, bien loin de son Hercule Poirot, et Richard Coyle dans le rôle principal.

goingaxresdefault

L’histoire tient du conte, avec des thèmes variés très bien exploités et bien plus contemporains que ce que le décor peut laisser à penser.
On nous parle des femmes, du progrès, de la spéculation, de l’émancipation et du libre arbitre.

goingmaxresdefault

C’est moins délirant que son modèle, mais c’est solide et ça se laisse regarder avec énormément de plaisir.

7 réflexions sur “Going Postal

  1. Je me demandais où tu l’avais vue car je ne l’ai trouvée nulle part 😦 Pourtant j’arrive souvent à dégotter des vieilleries mais il faut croire que ça n’a pas fait beaucoup de buz. Dommage car ça avait l’air sympa.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s