Pilotes de l’hiver – 2018

Coucou à tous !

Voilà aujourd’hui un petit billet pour donner mes avis sur les pilotes des nouvelles séries diffusées au cours de l’hiver 2018.
Pour la plupart, il s’agit d’un simple copié-collé de mes articles hebdomadaires, vous n’y trouverez donc pas beaucoup de nouvelles informations si vous avez déjà lu ceux-ci, mais j’ai eu envie de tout regrouper au même endroit plutôt que de devoir chercher les informations un peu partout.

C’est parti avant que cet article ne devienne beaucoup trop long !

Counterpart

1749

Howard Silk, un modeste employé, découvre que l’agence bureaucratique pour laquelle il travaille n’est autre qu’un portail vers une dimension parallèle.

Premier pilote disponible de cet hiver, cet épisode a débarqué à une période un peu creuse qui m’a permis de me laisser tenter.

L’histoire est difficilement explicable puisque Howard est un employé gouvernemental qui découvre un jour qu’un monde parallèle existe, qu’une tueuse à gages qui vient de l’autre côté a envie de tuer sa femme qui est dans le coma, et que son double vient dans sa dimension pour fournir des informations.
Dis comme ça, ça peut paraître compliqué, mais c’est en fait assez simple à suivre.

Il y a une inspiration Fringe assez certaine mais je trouve qu’on s’en éloigne assez vite pour partir dans quelque chose de plus branché dans l’espionnage, avec des personnages qui cachent leur jeu et des manigances de tous les côtés.
Du coup c’est très prenant, et assez technique, mais ça promet de bons moments.

Pour ceux qui aiment connaître les acteurs, le double rôle principal est tenu par J. K. Simmons, qui fait un très bon boulot, mais on croise aussi Harry Lloyd, qui est encore plus beau que quand il avait dix ans de moins, Jamie Bamber, qui ne meurt pas dès le pilote, et même Olivia Williams, que je n’avais plus revue depuis Dollhouse.

Hard Sun

hard sun

Imaginez le monde que vous voyez quand vous regardez par la fenêtre … sauf qu’il est maintenant condamné à disparaître. Il n’y a pas de héros pour venir vous sauver, aucun plan d’urgence. Nous avons 5 ans. Tel est le monde de Hard Sun…

Le résumé faisait penser à une série de science-fiction alors qu’on est en fait plutôt dans un thriller conspirationniste avec deux policiers essayant de découvrir la vérité sur la mort d’un hacker paranoïaque.

Les deux personnages principaux m’ont bien plu. Elaine et Charlie sont plein de secrets et de blessures qui ne demandent qu’à être exploitées mais en plus ils se méfient l’un de l’autre ce qui donne lieu à de bons passages où ils enquêtent sur leur passé respectif.

Et sur le fond du problème, Elaine a sans doute raison même si les arguments de Charlie sont compréhensibles. Quand on est poursuivis par une agence d’espionnage qui veut vous tuer pour garder quelque chose secret, la meilleure tactique est sans aucun doute de diffuser le message au plus grand nombre.
Je suis curieuse de voir comment tout ça va finir à tourner et qui va avoir le dernier mot.

Black Lightning

black

Jefferson Pierce, un super-héros qui a raccroché son costume depuis plusieurs années, se voit dans l’obligation de ré-endosser son identité secrète lorsque sa fille et un de ses élèves se retrouvent en danger. Il redevient Black Lightning, un méta-humain qui contrôle les champs électro-magnétiques…

Nouveau super héros arrivé sur la CW, Black Lightning n’est pas formellement raccroché à l’Arrowverse et tente d’injecter un peu de diversité à un univers qui en manque cruellement dans les versions séries télé.

Le personnage principal est Jefferson Pierce, super héros à la retraite qui reprend son combat quand ses filles sont enlevées par un gang local qui transforme la ville en cauchemar.
Sur ce point là, l’originalité n’est pas folle, on retrouve le schéma classique de la famille déchirée, des secrets un peu dans tous les sens et un mentor sage qui remet le héros en selle.

Là où la série est un peu plus percutante que ses consœurs, c’est qu’elle tente au moins de prendre place dans l’actualité et que son personnage central est bien plus âgé qu’à l’habitude.
Du coup, ça donne l’impression qu’il y a quelque chose à raconter d’autre que de simplement combattre le mal, et ça me parait assez prometteur.

The Alienist

p14827606_b_v8_aa

A New York, à la fin du 19ème siècle, des meurtres d’adolescents sèment la terreur, sans provoquer une vraie réaction des pouvoirs publics…

D’abord annoncé à l’automne, la série a fini par débarquer cet hiver et si j’ai pu lire beaucoup de commentaires la comparant à Hannibal, j’y ai pour ma part trouvé une forte ressemblance avec Ripper Street, que ce soit pour la période, les costumes, le thème développé ou la mise en place des personnages.

Un spécialiste des maladies mentales, un journaliste, une enquêtrice et deux médecins légaux, il y a un peu de tout mais le mélange fonctionne très bien, porté en plus par un superbe casting.
Luke Evans, Daniel Brülh et Dakota Fanning sont très bons et j’ai beaucoup d’espoir dans les deux frères Isaacsons.
La mise en scène est belle, le sujet est intéressant, tout m’a l’air réuni pour que cette série soit réussie.

The Chi

chi

Les histoires croisées de plusieurs personnages dans le quartier sud de Chicago.

Le format est un peu long pour moi mais il est nécessaire pour mettre en place une situation où tous les personnages commencent par agir de leur côté pour finalement se recroiser à un moment ou l’autre de l’épisode.

On démarre par un meurtre, on termine par une hésitation sur un autre et, au milieu, on a droit à encore un autre mort tout en découvrant la vie de ce quartier, les difficultés des habitants qui veulent s’en sortir, la police qui est toujours dans le coin, ceux qui sont sympathiques et ceux qui le sont moins.
Je suis loin d’avoir retenu tous les prénoms de chacun, mais je dois dire que ça m’accroche plutôt pas mal et qu’il y a des chances que j’essaie de voir la suite.
Le principal point noir de cette série, c’est surtout que les épisodes sortent au compte goutte.

SKAM France

skam france

Tout juste lycéennes, Emma et ses amies Manon, Daphné, Imane et Alexia vont tenter d’organiser la plus grosse soirée jamais organisée par des secondes. Pour y arriver, il faudra lever des fonds, s’incruster dans des soirées branchées, intégrer des bandes d’amis cools, s’en faire parmi les « grands » de terminale, quitte à redéfinir ses amitiés, ses relations, briser des cœurs, avoir le sien brisé…

Dire que j’attendais cette version était un euphémisme tant la version norvégienne fait partie de mes gros coup de cœur.
Pourtant, si j’ai plutôt été contente de certains personnages (Emma est vraiment chou et Manon est très belle), je suis très perplexe envers certains, notamment Lucas qui me semble dans le surjeu permanent, ce qui ne me rassure pas vraiment à l’idée d’avoir un jour une saison pour lui.
Mais ma plus grosse déception, c’est qu’il n’y a aucun effort d’adaptation, tout semble vraiment copié directement sans aucune tentative d’originalité.
Il y a en plus un problème de chronologie, avec des téléphones qui ne sont pas à la bonne date et des événements organisés sans beaucoup de logique.

En revanche, Instagram est très bien utilisé, il y a du bon boulot à ce niveau là sur ce réseau social.

Here and Now

338798

Un professeur de philosophie, sa femme avocate, leurs trois enfants adoptifs (de Somalie, du Vietnam et de Colombie) et leur enfant biologique semblent mener la vie parfaite de la famille progressiste. En réalité, ils connaissent des temps difficiles, car l’un des enfants commence à voir des choses que personne d’autre ne voit. Est-il mentalement malade ? Ou bien est-ce autre chose ?

En ne connaissant absolument rien du sujet ou des acteurs, je me suis lancée dans le pilote de cette série. Et j’en suis sortie bien dubitative.
Tout le volet familial est terriblement barbant. On a là une petite famille formée des parents, de leurs trois enfants adoptifs venant de tous horizons et de leur fille biologique, la petite dernière.
Les parents sont pénibles et déprimés, les deux grands enfants sont blasés de tout, et la benjamine est agaçante.
Je sauve le dernier garçon parce que l’histoire tourne autour de lui, mais franchement, il est un peu à mettre dans le même panier que les autres.
Tout ce petit monde couche dans tous les sens, avec à peu près n’importe qui, et surtout, ça parle beaucoup. Beaucoup Trop.

En revanche, j’aime ce qui tourne autour de Ramon. Le pan fantastique avec ses visions sauve un peu la série jusque là, et ça me donne très envie de revenir voir la suite.

Stargate Origins

339552

L’histoire de la jeune Catherine Langford, fille de l’égyptologue ayant découvert la porte des étoiles en 1928 à Gizeh.

La franchise Stargate est donc relancée cette année avec l’arrivée de cette nouvelle série, se déroulant quelques années après la découverte de la Porte des étoiles, en Egypte.

On y suit Catherine Langford et son père, qui n’ont toujours pas compris à quoi peut bien servir cet anneau, alors que ça fait 10 ans qu’ils le gardent dans un hangar.
Jusqu’à ce que des Nazis débarquent et leur annoncent que eux connaissent son utilité.

C’est une web série, avec des petits épisodes de 10 minutes, qui a tout de même pas mal de moyens pour cette catégorie, même si les décors font très pauvre.
Difficile donc de se faire un avis avec si peu de temps, j’espère juste que le lore de la série sera maintenu, Catherine étant censée n’avoir jamais voyagé.
L’arrivée des Nazis pourrait en tout cas être l’excuse pour ramener la Porte aux États-Unis.

Life Sentence

328756

Lorsque Stella, une jeune femme atteinte d’un cancer en phase terminale, apprend qu’elle n’est finalement pas condamnée après avoir vécu comme si elle allait mourir, elle découvre que sa famille a passé 10 années à lui mentir pour la protéger. Le plus dur commence alors pour elle…

Voilà une nouvelle série avec une héroïne un brin insupportable à qui sa famille a laissé tout passer parce qu’elle avait un cancer en phase terminale.
Elle a même réussi à se trouver un gentil petit mari lors d’une visite dans un Paris sous la neige totalement irréaliste mais voilà qu’un beau jour, son docteur lui annonce qu’elle est définitivement guérie.
Et c’est là qu’elle se rend compte que tout le monde a laissé sa vie en suspens pour lui faire plaisir.
Ses parents divorcent, sa mère se met en couple avec sa marraine, la maison qui croule sous les hypothèques est vendue, son frère est un loser fini, sa sœur a dû arrêter ses études pour elle, son mari est bien différent de ce qu’elle croyait et elle doit trouver un travail pour payer son loyer.

On est là dans une petite série de la CW tout à fait classique, avec pas mal de petites intrigues familiales qui partent un peu dans tous les sens et des clichés en pagaille.
En même temps, si Stella m’a un peu agacée, elle a sans doute un bon fond et les autres membres de sa famille me plaisent bien, notamment son père qui picole depuis que sa femme l’a quitté ou son frère, qui ne sait vraiment pas quoi faire de sa vie.
A voir ce que ça peut donner sur la longueur, sans fil conducteur ça risque de s’essouffler assez vite.

Rise

rise

L’histoire de Lou Volpe, un professeur de littérature dans un lycée populaire de Pennsylvanie, qui est chargé de moderniser le département théâtre avant qu’il ne disparaisse. Dévoué et passionné, il décide alors de faire jouer aux ados la comédie musicale très osée « Spring Awakening ». Un choix qui ne sera pas sans conséquences pour les élèves et leurs familles, bousculés mais galvanisés…

Je n’ai pas regardé Glee, du coup la série musicale adolescente manque à mon palmarès et je me suis donc laissé tenter par Rise qui, dans l’idée, me semble assez proche.

Lou, un professeur d’anglais décide de reprendre en main la troupe de comédie musicale de son lycée. Histoire d’ajouter un peu de piment, il monte le spectacle Spring Awekening, dont la réputation sulfureuse ne tarde pas à lui attirer les foudres de la direction, d’autant plus qu’il bouleverse la distribution en recrutant notamment le meilleur joueur de football américain.
Les autres membres de la troupe ont à peu près tous une histoire personnelle à raconter, que ce soit la fille qui a l’ambition de quitter la ville, un jeune transsexuel, le garçon d’une famille très pratiquante, et jusqu’au responsable des lumières au prénom tout à fait impossible à écrire sans erreur qui dort dans sa salle de contrôle et que Lou recueille chez lui sans même en parler à sa femme.

La réalisation avec sa caméra qui saccade est affreuse mais à part ça, j’ai passé un excellent moment même si le scénario de cet épisode aurait pu en fait tenir une saison entière.
Il y a beaucoup de sujets qui peuvent être traités et si tout ça fait un peu brouillon pour l’instant, je trouve que c’est très prometteur pour la suite.

Future Man

330997

Le jour, Josh Futturman est un gardien sans histoires. La nuit, il est un joueur de jeux vidéo de classe mondiale. Lorsque des mystérieux visiteurs venus du futur viennent le voir pour le prévenir de l’extinction programmée des Humains, il se transforme en sauveur de la planète Terre…

Josh est un gameur agent d’entretien qui réussi un jour à terminer enfin un jeu. Pour fêter ça, deux membres de la résistance venus du futur débarquent chez lui et l’embarquent dans un voyage temporel visant à empêcher un scientifique de découvrir un remède contre l’herpès.

Je suis sceptique sur l’humour qui vole très très bas mais les acteurs sont chouettes et il y a des tonnes de références à d’autres films et séries et la bande son est très bonne.
En prime, le concept peut donner de bonnes choses, surtout si on en cantonne pas à aller toujours visiter les mêmes années et si les répercussions deviennent plus importantes.

Krypton

krypton

Des années avant les aventures de Superman… Sur Krypton, la maison El est en disgrâce et isolée. C’est dans ce contexte délicat que le grand-père de Kal-El tente d’instaurer paix et égalité sur une planète en désespérance, futur lieu de naissance du plus grand super-héros de l’Histoire.

Comme je regarde à peu près toutes les séries SyFy, je me devais de tenter celle-ci, d’autant plus que le scénario à base de passé sur la planète d’origine de Superman me tentait beaucoup.

La première chose que j’en retiendrai c’est qu’Elliot Cowan a encore été casté dans un rôle d’affreux bonhomme qui murmure et complote, tout à fait insupportable. Je ne sais pas s’il sortira un jour de ces rôles mais il me fatigue.
L’action prend donc place dans le passé, avec le grand-père de Kal-El qui vivote en compagnie de ses parents depuis que son grand-père à lui a été condamné pour haute trahison.
Pour passer le temps, il couche avec la fille de la chef des gardes, ce qui est bien entendu interdit, et il traficote avec un barman douteux pour extorquer du fric à des pauvres gens.

Son personnage est donc exaspérant mais on essaie de nous le rendre sympathique et on le lance dans une mission venue du futur quand un terrien à casquette lui annonce qu’il doit sauver l’existence de son petit-fils, un gros vilain du nom de Brainiac (qui ne doit pas être le même que dans Supergirl) arrivant à grands pas.
Pour la petite histoire, il est interprété par Blake Ritson, on sait maintenant où est passé le casting de Da Vinci’s demons.

Si j’étais tout à fait objective, cette série part pour être assez ratée, entre son héros sans charisme et l’hécatombe de sa famille autour de lui (Rupert Graves aura à peine tenu un épisode, je ne suis que tristesse et désolation).
Mais j’aime bien l’histoire, j’aime bien le bonhomme venu du futur et j’aime beaucoup trop Blake Ritson même si on ne voit pas sa tête pour ne pas la continuer.

Barry

333072

Un ex-Marine devenu tueur à gages au rabais se rend à Los Angeles pour exécuter un contrat. Il rencontre des théâtreux résolument optimistes et se découvre une vocation d’acteur.

Je n’aime pas vraiment les histoires de tueur à gage, je n’étais donc pas partie pour regarder cette série mais OCS la diffusait à la suite de Here and Now et mon œil a été attiré par la présence d’Anthony Carrigan qui est un acteur que j’aime énormément.

C’est un format en 30 minutes ce qui est plutôt agréable pour terminer sa soirée. De toutes manières, je pense que le récit ne serait pas agréable s’il était plus long.

Tueur à gages par manque de reconversion à son retour de guerre, Barry se rend à Los Angeles pour accomplir un contrat lancé par des Tchètchènes.
Il se retrouve bien malgré lui sur une scène de théâtre et se découvre une nouvelle vocation.
L’acteur principal est assez formidable, il s’agit de Bill Hader que je ne connaissais pas du tout mais qui, avec sa drôle de tête, porte la série sur lui.

DRUCK

DRUCK Wortmarke Einzeln

Hanna est en couple avec Jonas mais doit aussi gérer son amitié très proche avec Matteo. Et alors que la fin de sa relation avec le groupe de Leonie se termine, elle se rend à une soirée où elle rencontre certaines de ses futures amies.

Voilà la version allemande de Skam, et jusqu’à présent, c’est le remake qui m’a le plus emballée.
Hanna est tout à fait charmante et si je suis un peu sceptique sur Jonas et Mia, j’ai eu un total coup de cœur sur Matteo qui est complètement adorable (en plus d’avoir l’air défoncé à longueur de journée).
Le discours d’ouverture est tout à fait en phase avec l’actualité allemande, la fête de fin de première semaine est aussi adaptée à la situation et dès le troisième clip, il y a des petits changements dans le scénario.
Il n’y aura sans doute pas de gros bouleversements et l’histoire sera sans doute la même à l’arrivée, mais au moins, il y a un effort de fait.

En plus, la série a évité le site internet fourre tout en regroupant sa timeline sur Tumblr, ce qui permet pas mal d’interactivités, je suis assez contente de ce choix. Et si on n’atteint pas le niveau de la version française, les comptes instagram sont aussi pas mal alimentés.

SKAM Italia

1812

Une saison qui tourne autour d’Eva et de sa relation avec Giovanni.

Histoire d’aller jusqu’au bout de la démarche, j’ai aussi testé la version italienne qui a démarré à une semaine d’intervalle avec l’allemande, ce qui n’est pas forcément très avantageux pour elle.
Étrangement, les épisodes sont bornés au jeudi, ce que je trouve plutôt bizarre pour justifier les gros événements de fin de semaine.

Pas de gros bouleversements pour l’histoire, Eva a l’air d’une chouette fille mais c’est le seul personnage qui m’a marquée, Giovanni et Martino étant totalement transparents tout en faisant beaucoup trop vieux pour leur âge.

Et au niveau des réseaux sociaux, on se retrouve proche du vide absolu, la seule qui poste régulièrement étant Eva.

– Siren

1724.jpg

L’arrivée de Ryn, une mystérieuse jeune femme, fait renaître la légende de l’existence des sirènes dans la petite ville portuaire de Bristol Cove. Mais ces prédateurs marins n’ont pas refait surface par hasard : ils sont de retour pour réclamer leurs droits sur l’océan. C’est alors le début d’une bataille sans pitié entre l’Homme et la mer…

Freeform se lance cette année dans la bestiole marine et ressucite le mythe des sirènes version pas gentilles.

Le pilote est horriblement long et on le termine avec l’impression de ne pas avoir avancé d’un pouce.
Bristol Cove est une ville qui vit grâce au tourisme tournant autour des sirènes et un beau jour, Ryn débarque devant Ben, beau gosse du coin qui bosse à la réserve marine.
Elle ne parle pas, elle a la peau qui gratte et on ne comprend absolument pas ce qu’elle vient faire dans les environs.
Au bout d’un moment à se tourner autour, elle finit par plonger et se retransforme en sirène devant les yeux médusés de Ben qui a l’air fin alors qu’il venait de dire à son meilleur pote que les sirènes n’existaient pas.

Je vous assure, il n’y a absolument rien d’autre à raconter au bout de cet épisode.
On ne sait pas pourquoi Ryn est en ville, on ne sait pas qui sont les militaires qui ont capturé le pêcheur du coin, on ne sait pas qui est la sorcière qui connait les légendes locales, on ne connait rien de la famille de Ben et on ne sait pas ce qui est arrivé à la mère de la copine de Ben.
Du coup, comme je ne suis absolument pas logique, je vais sans doute continuer un peu.

– The Crossing

147858.CROSSING_GROUP_01v2

Des réfugiés de guerre, échoués par la mer, demandent asile dans un petit village de pêcheurs. Fait étrange, ils ont la nationalité américaine et le conflit qu’ils fuient n’a pas encore eu lieu…
Tandis que le gouvernement cherche à résoudre ce mystère, une chose est sûre : la vie des réfugiés et de la population locale ne sera plus jamais la même.

Je ne sais pas si c’était voulu mais, tout en proposant quelque chose de différent, la série a de gros airs des 4400, que j’aimais beaucoup même si je ne l’ai jamais finie.

Beaucoup de mystères au programme, mais aussi beaucoup de personnages à assimiler même si leur nombre ne monte en fait qu’à une petite quarantaine de naufragés.
Le pitch est pas mal intéressant mais le problème c’est que l’ensemble fait super cheap, avec des acteurs pas toujours au top et tout un volet sur des humains modifiés pas forcément des plus palpitants.

On dirait presque que ABC s’en sert pour boucher un trou dans son planning, c’est dommage mais j’ai un peu de mal à voir comment ça peut tenir sur la durée.

Publicités

13 réflexions sur “Pilotes de l’hiver – 2018

  1. et bin didonc il y en a eu des nouvelles series cette annee….
    Counterpart, je finis altered carbon (que j’adore) et je m’y mets….
    Hard Sun, vraiment une bien belle serie (que l’agent secret m’agace…mais que c’est bien joue)…
    The alienist, j’ai commence et comme toi, pas du tout Hannibal. Mais je reste sur ma faim dans un sens..cela me fait plus penser a Copper….et Krypton on en a deja parle….
    Autrement les autres ne m’attirent pas…
    J’attends Legion cette semaine…c’est le grand retour quoi..(bien que ce n’est pas note sur ma chaine Fox, pfoufff)..;)

    Aimé par 1 personne

    • Counterpart est très bien et tu fais bien d’attendre pour la commencer puisque la saison finit cette semaine, tu seras tranquille pour tout regarder.

      Un peu longuet peut être pour The Alienist, j’y reviendrai dimanche vu qu’elle s’est terminée.

      Legion c’est pour mercredi il me semble, j’espère que OCS la diffusera aussi, j’ai pas envie de trop attendre !

      J'aime

  2. Je n’aurais jamais mais alors jamais pensé à Hannibal en voyant le pilot de The Alienist ! Ripper Street oui, on en avait parlé et on y pense jusque dans la musique qui joue sur les mêmes notes. Pour les autres pilots que j’ai déjà vus, difficile d’en parler maintenant puisqu’on a déjà discuté des épisodes suivants dans tes récaps 🙂 Du coup, il reste Barry, que je n’avais pas envie de regarder (et surtout pas le temps) mais ça a l’air sympa.
    Est-ce que tu vas regarder Siren ?

    Aimé par 1 personne

  3. Tu sais que t’es en prépa quand tu n’as regardé que trois séries de la liste pour le moment… Sinon article très intéressant, c’est un bon bilan! 😉

    Pour « Rise » et sa réalisation saccadée, c’est « normal », enfin ce qui ont vu « Friday Night Lights » ne vont pas être choqué parce que c’était la mise en scène choisie, et ce sont les producteurs de FNL qui produise « Rise », donc c’est pas étonnant que les choix de réalisations aient suivis. (cependant, l’effet est bien moins réussi dans « Rise »).

    J'aime

  4. et bin je viens de terminer Hard Sun, et j’ai vraiment aime…toute une serie bien prenante et bien jouee…que j’ai deteste Grace avec sa petite voix (j’en pouvais plus de cette voix) alors qu’elle a ete un flic si timide dans Luther….vraiment je ne sais pas ce que sera faite la 2eme annee, mais je serai la….;)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s