The Shape of Water

251f1a5a9f553a216c423309d8eca4e7

Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultra secret, Elisa mène une existence morne et solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

shape

Clap-board-and-Film-Reel-Vectors

Après beaucoup de temps passé loin de mon cinéma, j’ai décidé de remédier un peu à ça en commençant par le dernier film de Guillermo del Toro.
Bien m’en a pris puisque celui-ci a décroché les Oscars de Meilleur Film et Meilleur Réalisateur la semaine suivante.

Disons-le d’emblée, je ne suis pas une inconditionnelle de ce réalisateur. J’ai aimé Hellboy, j’ai beaucoup aimé Hellboy II et j’ai beaucoup détesté la première saison de The Strain. De toutes manières, la liste de ses projets n’ayant pas réussi à voir le jour est bientôt aussi longue que celle de ceux qu’il a pu terminer, c’est donc parfois compliqué de juger.

image-e402caa4-a1b6-4d28-ae04-f41a2eee745f_wide-82ad21c0cf510cfa3fd710cfb1d9ff1421f108bc-s900-c85

Ici, on a affaire à ce qu’il sait faire de mieux avec ce joli conte mettant en scène une femme de ménage muette, sa collègue noire, son voisin homosexuel et un espion soviétique luttant contre un vilain voulant asservir une créature de l’eau pour l’envoyer dans l’espace.
La galerie de personnages parfaitement interprétés, la mise en scène, l’esthétique un peu hors d’âge des décors ou encore la créature, tout cela est parfaitement dans la veine de ce que Guillermo del Toro sait faire de mieux et j’ai plongé moi aussi dans cette histoire qui est loin d’être aussi romantique que ce qu’elle semble paraitre.

images.jp

La violence n’est jamais bien loin, que ce soit celle de Strickland, adepte de la force et qui détruit tout ce qui le gène sur son passage, mais aussi celle de la créature, qui n’est pas édulcorée pour en faire un gentil animal de compagnie.
D’ailleurs, j’ai été très contente qu’elle ne reste pas cachée bien longtemps et qu’on nous la dévoile rapidement.

the+shapeofwater

C’est beau, c’est joli mais pourtant, à un certain moment, j’ai commencé à décrocher de l’intrigue, comme si le film tirait un peu trop longtemps en durée.
Heureusement, il rebondit très vite pour nous replonger dans une course poursuite effrénée où tout le monde se retrouve en danger.

Le mélange entre froide réalité et fantastique fonctionne à merveille et le film est porté par de superbes acteurs, Sally Hawkins bien sûr mais aussi Michael Stuhlbarg que j’ai beaucoup aimé ou Michael Shannon, impeccable dans son rôle de mâle blanc dominant tellement sûr de lui.

images

Mais c’est surtout sur son esthétique, que ce soit celui des décors ou de la créature en elle-même que je ressors de ce visionnage complètement séduite.

6 réflexions sur “The Shape of Water

  1. il y a aussi le fameux « labyrinthe de pan »…..car je pense que c’est ce film qui inspire le plus « la forme de l’eau »…..mais bon je ne sais pas pourquoi, je n’arrive pas a me decider a le voir…pourtant je suis fan de ce realisateur mexicain (viva mexico de nuevo!)…autant j’ai couru pour son pacific rim et j’essaye de voir son crinsom peak….autant la non….;)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s