Elantris

couv59052147

Il y a dix ans, la sublime cité d’Elantris, capitale de l’Arélon, a été frappée de malédiction. Ses portes sont désormais closes et nul ne sait ce qui se passe derrière ses murailles. Kae est devenue la première ville de l’Arélon. Quand la princesse Sarène y arrive pour épouser Raoden, l’héritier de la couronne, on lui apprend qu’il vient de mourir. Veuve d’un homme qu’elle n’a jamais vu, Sarène choisit pourtant de rester à la cour, et tente de percer le mystère d’Elantris…

Merci au Livre de Poche et à Net Galley pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Il y a deux ans, je découvrais la plume de Brandon Sanderson avec A fleur de peau, un roman fantastico-techniquo-policier, qui, à première vue, n’est pas du tout représentatif de ce qu’écrit cet auteur en temps normal.
Il n’empêche, j’avais adoré, je n’ai donc pas hésité un instant en voyant que son tout premier livre était réédité en version intégrale en poche pour sauter dessus.

Trois personnages principaux, trois points de vue et un univers riche et complexe construit en un instant, il a suffit de trois chapitres pour que je plonge dans Elantris et que je ne lâche plus.
Et alors que j’avais prévu de faire une pause entre les deux parties, j’ai enchaîné à toute vitesse pour connaître le fin mot de cette histoire.

Elantris est l’ancienne capitale de l’Arelon. Alors que ses habitants étaient autrefois considérés comme des dieux, elle a été frappée d’une malédiction dix ans auparavant et ceux qui sont touchés par le Shaod sont maintenant exilés en ses murs et sont considérés comme morts aux yeux du monde.

C’est le sort qui frappe Raoden, héritier du royaume sur lequel comptaient pourtant beaucoup des nobles pour succéder à son père, roi bien trop faible et mercantile à leurs yeux.
Emmuré dans Elantris, il doit apprendre les règles de sa nouvelle vie et comprendre ce qui a bien pu arriver à la cité. C’est un bonhomme avec un optimisme débordant, persuadé qu’il peut arriver à dénouer le mystère de la cité et que ses habitants seront sauvés.

Sarène est la princesse de Teod. Fiancée à Raoden, elle arrive trop tard à Kae où elle apprend que son futur mari est mort.
Elle choisit pourtant de rester dans ce royaume pour tenter d’élucider ce mystère et j’ai adoré cette femme qui est condamnée à n’être qu’une veuve mais qui refuse de se laisser marcher sur les pieds.

D’autant plus que c’est le moment que choisit pour arriver également dans la ville le Gyorn Hrathen. Adepte de la religion du Shu-Dereth, il est ici pour convertir la population le plus pacifiquement possible pour éviter le massacre qui s’est produit dans la dernière région qu’il a traversée.
C’est potentiellement celui pour lequel il est le plus compliqué d’accrocher, d’autant plus que ses chapitres sont parfois assez techniques. Mais il est très rapidement devenu un personnage qui m’a terriblement intriguée et dont les questionnements internes ont trouvé une résonance en moi.

– Je crois en Jaddeth, un Dieu qui demande aux hommes une dévotion absolue, pas qu’ils massacrent en Son Nom.

Le roman alterne donc entre les aventures de ces trois personnages et c’est très intéressant puisque ça permet d’avoir aussi le point de vue de celui qui est considéré par tous les autres comme un méchant.
On trouve d’ailleurs dans ce roman absolument tout ce qui peut en faire un grand succès. L’univers est incroyablement bien construit sans être trop indigeste, on le découvre on fur et à mesure des pages sans que toutes les informations arrivent d’un coup.
Il y a du fantastique, de la magie, de la politique et de la religion, mais avant tout des personnages attachants et pour lesquels on espère que tout finira bien.
Loin de se cantonner aux trois principaux, il y a d’ailleurs aussi une multitude de personnages secondaires, très nombreux, que j’ai adoré découvrir.

Alors, si je devais chipoter, il est parfois un peu compliqué de se repérer dans les différentes branches de religion et on peut se demander pourquoi tout ce petit monde est en conflit alors qu’elles sont très proches à l’origine. Mais c’est aussi ce qui fait que ce roman est très actuel quand on voit les difficultés de notre propre monde à accepter les différences croyances en paix.

Et puis j’aime les histoires politico-religieuse, un peu comme peut l’être The Expanse à sa façon. J’aime me perdre dans des intrigues de palais, me faire balader par des plans à triple rebondissement qui se retournent même contre leur commanditaire, et sur ce point, j’ai été loin d’être déçue.

C’est un monde riche et très complet que Brandon Sanderson a su créer, et quand je pense que c’est le premier livre qu’il a publié, c’est très prometteur pour ma découverte programmée de ses autres œuvres.

Elantris
Brandon Sanderson
Le Livre de Poche

Publicités

3 réflexions sur “Elantris

  1. C’est le premier Sanderson que j’avais lu. Depuis, j’ai découvert sa saga Fils des Brumes et ce fut un encore plus gros coup de coeur. Ce type a une plume de fou et un énorme talent pour inventer des univers très originaux. Il faudrait d’ailleurs que je poursuive ma découverte de ses oeuvres ^^

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis RA-VIE que ma lecture préférée de 2017 t’ait plu aussi ! J’y ai vraiment retrouvé tout ce que j’aime dans ses autres romans et tu soulignes le fait que c’était le premier et effectivement il avait déjà ce style et ce charme pour proposer une histoire et un univers très riche et des personnages attachants.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s