Doctor Who 1100 – Twice upon a Time

Doctor Who

25594360_1475261855862970_8375180988327209435_n

Au Pôle Sud, Twelve est bien décidé à mourir plutôt que de se régénérer. Sa décision coïncide avec celle de sa toute première incarnation, qui se trouve au même endroit au même moment. Une anomalie qui va entraîner quelques complications.

La présence de David Bradley pour incarner One comme il avait pu le faire dans le documentaire sorti à l’occasion des 50 ans de la série était connue depuis longtemps mais c’est à peu près tout ce que je savais de cet épisode dans lequel l’ère Moffat se terminait en même temps que l’existence de Twelve.
J’ai du coup été très émue en voyant apparaître le Vieux TARDIS en noir et blanc pour commencer l’épisode ainsi que Polly et Ben (j’adore Ben, pas autant que Jamie ou Steven mais il est quand même bien placé).

doc

Les épisodes multi-docteurs sont forcément spéciaux, pas obligatoirement les plus réussis mais je trouve que voir le Docteur rencontrer une de ses anciennes incarnations apporte toujours de l’émotion.
C’est donc le cas pour Twelve qui se trouve face à One au Pôle Sud, alors qu’aucun des deux ne veut régénérer. Avec leurs bêtises, ils réussissent à faire clocher le temps et c’est là que débarque Mark Gatiss et sa moustache de Capitaine de la Première Guerre Mondiale à la recherche d’un docteur.

4281

Tous les trois se retrouvent dans la Chambre des Morts, où ils y croisent Bill Potts en pleine forme et leur opposant du jour, The Testimony.
L’ambiance pourrait être pesante pour ce qui est après tout un épisode de Noël, mais en faisant en sorte qu’il n’y ait pas de vrai méchant et une très bonne émotion, tout passe impeccablement bien, si l’on excepte une misogynie étrange de la part de One, qui n’est pourtant pas un humain des années 1960 mais un Seigneur du Temps venu de Gallifrey.

Doctor-Who-Christmas-Special-2017-4-600x338

Les références sont immenses, entre l’inutilité du tournevis sonique, Trenzalore, le Valeyard, Skaro, et on assiste également à un medley de Murray Gold, qui se déchaîne sur le thème musical.

DR7w1SbXUAACcq9

It’s time to leave the battlefield.

J’ai vécu différemment toutes les séparations avec les incarnations du Docteur. Celle-ci semble presque être un soulagement et avec le départ de Twelve, c’est tout un pan de la série qui se tourne.

doct

Loin d’être épique, c’était un joli épisode d’adieu, qui m’a beaucoup touchée, notamment par le personnage de Mark Gatiss, qui continue à boucler la boucle et que j’espère pouvoir recroiser dans la série.
Et je souhaite une bonne route à Peter Capaldi, un acteur vraiment brillant.

do

Publicités

7 réflexions sur “Doctor Who 1100 – Twice upon a Time

  1. Pour la misogynie de One, je pense que par moment c’était un peu trop poussé (je ne crois pas qu’il ait jamais attendu qu’une compagne de voyage fasse le ménage dans le TARDIS et elles ne se sont jamais portées volontaire pour ça), mais même si ce n’était pas un trait de caractère voulu par les scénaristes (contrairement au Maître), on le retrouve malgré tout par moment dans les premières saisons de la série, parce que celle-ci pouvait se montrer en avance sur son temps sur certains points (un acteur noir pour jouer un astronaute dans The Tenth Planet, diffusé alors qu’aucun homme n’avait encore marché sur la Lune), sur d’autres elle accuse quand même son âge: par exemple, Two n’est pas censé être sexiste mais dans l’épisode The Tomb of the Cybermen, lui et les autres hommes décident que Victoria et la méchante vont rester en arrière parce que c’est trop dangereux pour les petits être fragiles qu’elles sont. Je pense que c’est plutôt ça qu’on a voulu pointer du doigt dans cet épisode.

    J'aime

    • J’avais pas trop de mal dans les anciens épisodes parce que ça reflétait des idées de l’époque, mais faire dire des choses pareilles à One de nos jours, ça revient à dire qu’il pense comme un homme des années 60, ce que je trouve un peu bizarre.

      J'aime

  2. J’ai adoré cet épisode mais faut dire que je ne suis jamais objective quand il s’agit de Doctor Who. Mais j’ai adoré revoir Bradley dans le rôle de One, revoir ce bon vieux docteur, Ben, Polly, Bill, Mark Gatiss et son personnage, Nardole et la surprise Clara car je n’avais pas été spoilée du tout ! Et puis l’arrivée de Thirteen, brilliant 🙂 J’ai hâte maintenant de voir la prochaine saison. La seule chose que je ne regretterai pas sera la masse de cheveux de Twelve dans l’épisode et la saison 10. Ils ont beaucoup trop poussé depuis la saison 8 ! 🙂

    J'aime

    • Ah mais carrément, je me suis fait la même remarque sur ses cheveux au moment de sa régénération :-O
      C’était impressionnant tous ces cheveux.

      Je m’étais pas spoilé Clara non plus, du coup j’ai trouvé ça tout mimi 🙂

      J'aime

      • Ah oui, c’est surtout au moment de la régénération aussi que ça m’a choquée 😀 mais déjà en saison 10, je trouvais qu’il en avait trop. Là je viens de revoir des extraits de la saison 8, il était tout choupi avec ses cheveux super courts 🙂

        J'aime

      • Ah oui et concernant la misogynie de One, ça m’a étonnée aussi. Moffat a sans doute voulu faire du zéle en montrant que les 60’s étaient différentes de maintenant mais si One a souvent fait preuve de paternalisme envers les femmes il n’a jamais été vraiment misogyne.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s