Absynthe – Tome 1 : C’était nuit en le solitaire Octobre

klune-10

Il était une fois l’humanité gorgée de rage, désormais incapable de la contrôler, et le monde sombra dans les flammes. Un siècle plus tard, sur ces terres dévastées qui avaient autrefois été l’Amérique, un homme brisé connu seulement sous le nom de Cavalo tente de survivre. Se tenant volontairement à l’écart de tout ce qui reste de la civilisation, Cavalo se terre dans les ruines décrépites de l’Institut Correctionnel Nord de l’Idaho, avec un cabot appelé Bad Dog et un robot aux limites de la folie pour seuls compagnons. Cavalo lui-même se désagrège lentement, ses souvenirs s’élevant comme autant de fantômes hantant les cellules de détention.
Lorsqu’il fait le choix périlleux de traverser les terres radioactives des Deadlands, Cavalo fait la rencontre d’un psychopathe muet appartenant à un groupe de meurtriers qui se fait appeler les Dead Rabbits. Prenant l’homme en otage, Cavalo est non seulement obligé de faire face aux horreurs de son passé, mais aussi aux multiples ramifications de ses choix qui impactent sur son présent. Et ce sera grâce à son prisonnier qu’il trouvera un possible futur, où la rédemption n’est pour l’heure qu’une simple lueur vacillant au loin.
Le monde est mort.
Voici l’histoire de ses restes…

Barre-de-séparation

Malgré les apparences, il n’y a pas d’erreur dans le titre de ce livre qui est tiré d’un poème d’Edgar Allan Poe qui colle parfaitement à l’ambiance du récit.

Les cieux, ils étaient de cendre et graves ; les feuilles, elles étaient crispées et mornes – les feuilles, elles étaient périssables et mornes. C’était nuit en le solitaire Octobre de ma plus immémoriale année. 

L’action prend place dans le futur, dans un monde ravagé par ce qui a sans doute été un cataclysme nucléaire et dans lequel les rares occupants survivent du mieux qu’ils peuvent.
Regroupés dans des petites villes, ils évitent pourtant une zone, celle où les radiations font toujours muter les animaux et où les occupants sont des Dead Rabbits, des êtres violents, cruels et mêmes cannibales.

C’est là que Cavalo, qui vit en solitaire dans l’Institut Correctionnel Nord de l’Idaho, va faire un prisonnier, Lucas. Un jeune homme muet qui pourrait pourtant bien se montrer crucial pour le futur et sur qui tous ceux qui cherchent du pouvoir vont tenter de mettre la main.

C’est la rencontre de deux humains blessés, de deux êtres dont les abeilles brouillent les pensées et qui ont du mal à réfléchir autrement qu’en psychopathes.
C’est aussi le début d’une reconnaissance et de l’ouverture du monde de Cavalo, lui qui ne vivait jusque là qu’avec Bad Dog, son chien qui ne parle qu’à lui, et SIRS, un robot qui rêve de devenir humain et dont les protocoles de sécurité sont devenus défaillants depuis bien longtemps.

C’est un roman noir, très sombre, avec la mort qui guette à chaque page mais un tout petit brin d’espoir qui brille et un humour qui n’est jamais loin.

C’est un premier tome que j’ai adoré découvrir, que ce soit pour l’écriture particulièrement ciselée de l’auteur, dont je lisais une oeuvre pour la première fois, qui a su me séduire, que pour l’univers mis en place et les personnages présentés.

Absynthe – Tome 1 : C’était nuit en le solitaire Octobre
T.J. Klune
MxM Bookmark

Une réflexion sur “Absynthe – Tome 1 : C’était nuit en le solitaire Octobre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s