The first love melt in ultramarine

 

couv72351700

Suite à une grave blessure à l’épaule, Kengo se voit contraint d’arrêter le baseball. Alors qu’il est totalement déprimé et perdu depuis la perte de sa passion, il fait la rencontre d’un étrange élève dans la salle de musique de son lycée. Yoshioka est en fait un camarade de classe de Kengo, mais pour une mystérieuse raison, il ne suit plus les cours depuis un an. La musique semble être sa seule échappatoire face aux démons de son passé. De son côté, Kengo ne peut rester impassible et décide de rester près de lui. Une lueur d’espoir vient d’apparaître…

MERCI À LIVRADDICT ET À TAÏFU COMICS POUR CE PARTENARIAT.

Barre-de-séparation

J’avais déjà lu un manga de la même auteure l’année dernière et, sans pour autant trouver que tout était à jeter, je n’avais pas été franchement conquise.

Ce nouvel ouvrage retombe malheureusement un peu dans les mêmes travers, même si l’ensemble est plus solide, ce qui est sans doute du à la longueur un peu plus conséquente consacrée à cette histoire.

Les thèmes auxquels s’intéresse ce manga sont très importants.
Viol et harcèlement scolaire, c’est loin d’être anodin et j’apprécie que les yaoi ne se contentent plus seulement de nous montrer des scènes de sexe sans aucun fond.

Kengo passe un peu pour un gros bourrin mais il a un côté naïf et paumé du bonhomme qui ne comprend pas tout de ce qui se passe sous ses yeux qui le rend attachant.
Quant à Yoshioka, son détachement face à ce qu’il a vécu peut rendre perplexe mais son cheminement de pensée est très personnel et il a du recul pour faire le point sur sa situation.
Si les deux personnages principaux sont donc dans l’ensemble plutôt réussis, ils sont bien les seuls puisque les autres n’existent tout simplement pas.
L’oncle de Kengo n’est là que pour que les deux garçons se rencontrent et Andô est simplement méchant alors que la tentative d’explication de l’auteur pour qu’on comprenne un petit peu ce qu’il a vécu pour en arriver là n’arrive que sur le revers de la couverture.
Quant aux autres élèves, ils ne sont là que pour faire du nombre et je n’arrive même pas à me rappeler s’ils ont un nom.

Le rythme est également un peu bizarre mais c’est finalement peu important et j’ai aimé le voyage que font Kengo et Yoshioka ainsi que la conclusion.
Et je trouve que le travail de sensibilisation sur des thèmes graves qui est fait à travers ce manga est très important.

The first love melt in ultramarine
Ringo Yuki

Taïfu Comics

3 réflexions sur “The first love melt in ultramarine

    • C’est Konshoku Melancholic que j’avais aussi lu, mais je le trouvais très fade.
      Le recueil d’histoires courtes rendait tout ça assez insignifiant.

      C’est un peu plus réussi cette fois, sans doute parce qu’il y a un vrai thème. Mais c’est quand même pas génial.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s