Banished

Banished_TV_series_titlecard

Au 18ème siècle, la Grande-Bretagne décide d’installer une colonie dans la lointaine Australie, composée notamment de prisonniers et de criminels…

banished (5)

Avec un casting britannique assez exceptionnel et un thème historique qui avait tout pour me séduire, il n’y avait que la présence de MyAnna Buring qui m’empêchait de me jeter sur cette série.

Les débuts de la colonisation de l’Australie, par des prisonniers et des soldats britanniques au nom de leur roi posaient les bases d’un scénario intéressant mais ce n’est finalement pas vraiment à ça que la série s’est le plus intéressée.

banished (1)

Le premier épisode est un peu bancal. On se trouve projetés dans une situation posée, au bord de l’explosion, mais dans laquelle on ne nous pose aucun repère.
Ce n’est pas bien compliqué de comprendre qu’on a d’un côté les condamnés et de l’autre les soldats, avec une poignée de civils au milieu, mais le contexte n’est pas expliqué et il faut comprendre par soi-même les liens qui peuvent unir les uns aux autres.

Avec des décors qui n’ont pas du coûter très chers, quasiment tout étant tourné sur un lieu unique, les costumes étant faits de loques rapiécés et bien que la photographie soit elle particulièrement travaillée, c’est sur les personnages que la série s’appuie.

banished (12)

Le trio principal est composé de Freeman, fatiguant à fanfaronner sans jamais rien réussir, Tommy, bien trop borné pour réussir à m’apitoyer sur son sort, et Elizabeth, qui fait beaucoup trop tourner les têtes.

Mais ces trois là sont loin d’être les seuls à qui on s’intéresse puisqu’on a aussi droit à un forgeron brutal, à un petit vieux qui écrit les lettres, à Anne la sorcière ou Kitty, bien trop belle pour son propre bien et qui aimerait bien vivre tranquillement son histoire avec son beau soldat.

banished (7)

Les soldats justement ne sont jamais mis de côté et j’ai beaucoup apprécié le travail fait pour les nuancer.
Ils ne sont pas les méchants de l’histoire, ils souffrent eux aussi de la faim et de la solitude et si leurs conditions d’existence sont sans aucun doute meilleures, ils ont aussi le droit d’être correctement traités.
C’est notamment le cas du gentil sergent Timmins ou du caporal MacDonalds, mais j’ai même aimé ceux qui partaient de plus bas comme le major Ross, plus pitoyable qu’autre chose, ou le soldat Buckley, fatigué d’être le souffre douleur de tous les autres.

banished (3)

Au milieu de tout ce monde, on trouve le pasteur et sa femme et c’était très chouette d’avoir là deux personnages foncièrement bons. Les séries ont bien trop eu l’habitude d’en faire les méchants de leur histoire alors qu’ils font là tout ce qu’ils peuvent pour garder leur foi dans cet environnement difficile.

banished (10)

Et puis il y a aussi le gouverneur Arthur Phillip, qui semble plutôt sympathique au premier abord mais qui est très bien placé dans le classement des personnages les plus manipulateurs de la série, en concurrence avec le Major Ross.

Je regrette un peu que la série n’ait pas mis plus l’accent sur le côté aventure et exploration, se focalisant essentiellement sur la gestion des rations et des filles, avec des personnages qui passent leurs journées à couper du bois sans qu’on en comprenne bien la raison.
Mais j’ai adoré le fait que personne ne soit coupable ou innocent. Dans ce contexte difficile, chacun essaie basiquement de survivre tout en évoluant profondément.
Le capitaine David Collins en est un des meilleurs exemples, et le fait qu’il soit interprété par David Dawson n’influe certainement pas sur mon amour pour lui. Ou à peine.

banished (2)

La série n’ayant pas été renouvelée, elle se termine donc au bout de ses sept épisodes avec beaucoup d’arcs ouverts.
En même temps, il s’agit d’une série historique, et si les liens entre personnages sont loin d’être tous résolus, rien n’empêche de se passionner pour le sujet et de se contenter de suivre ce que ces personnes ont vécu pendant quelques mois à l’autre bout de la Terre.

10 réflexions sur “Banished

  1. Je regrette qu’il n’y ait pas eu de saison 2 même si la série est loin d’être parfaite. Je crois qu’elle était prévue et que l’on aurait dû avoir des interactions avec les Aborigènes (car là on pourrait croire que l’Australie était une île déserte).

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s