The Driver

The Driver

Vince, chauffeur de taxi, vit avec sa femme et sa fille dans un quartier modeste. Ne parvenant pas à joindre les deux bouts et voyant son couple s’étioler, il accepte par l’intermédiaire d’un ami petit truand, de servir de chauffeur à un membre haut placé du grand banditisme surnommé « The Horse ». Cependant, lui qui ne devait être qu’un simple conducteur, se retrouve de plus en plus impliqué, et se voit emporté dans une spirale dont personne ne sortira indemne.

driver (1)

The Driver a attiré complètement par hasard dans mon challenge séries de cette année, essentiellement grâce au fait que j’ai gagné le DVD à un concours et que j’ai vu que David Morrissey était au casting et que je l’aime beaucoup.

Vince McKee est coincée dans une vie monotone, avec une femme qui ne le voit plus, une fille qui se fiche de lui et un fils qui a quitté la maison. Son travail de chauffeur de taxi l’ennuie et lorsque un de ses anciens amis de jeunesse sort de prison et lui propose de devenir le chauffeur d’un truand local, il n’hésite que peu de temps avant de s’embarquer dans cette aventure qui va très vite le dépasser.

dri

Avec trois petits épisodes, The Driver est construite sur le même modèle que Prey, et elles ont d’ailleurs été diffusées quasiment en même temps.
Le sujet n’est donc pas follement original et le fait que l’action se déroule, encore une fois, à Manchester, me fait me demander si les scénaristes britanniques ont quelque chose contre cette ville qui est une nouvelle fois montrée sous un jour pas vraiment joyeux.

driv

Avec une durée assez limitée, les personnages secondaires n’ont pas vraiment le temps d’être développés. Les raisons qui ont pu pousser le fils aîné à entrer dans cette espèce de secte, par exemple, ne sont jamais données, et les espèces de petits mafieux sortent peu de leur rôle de brute rigolote. Ils n’ont aucune histoire propre et aucune ambition.
Seul Colin se démarque un peu et cela est essentiellement du à l’interprétation de Ian Hart, qui est décidément un acteur que j’aime retrouver.

driver (2)

L’accent est donc porté quasi exclusivement sur Vince et sa descente aux enfers. Lui qui ne voyait au départ qu’une façon facile de se faire un peu d’argent est rapidement dépassé par ce qui se met en place autour de lui. David Morrissey est encore une fois exceptionnel et le récit tient d’ailleurs sur ses épaules et sur un rythme effréné qui ne laisse que peu de place à la réflexion.

Je regrette un peu la rapidité avec laquelle les choses dégringolent ou les facilités de The Horse à faire confiance à ce chauffeur qu’il ne connaît absolument pas mais cela est sans doute du à un format un peu trop étriqué, qui ne permet pas de vraiment s’attacher à ce que traverse Vince, ni à la série d’avoir l’ampleur qu’elle mériterait.

 

Publicités

3 réflexions sur “The Driver

  1. pucha il y a longtemps que j’ai vu cette serie…je me souviens l’avoir appreciee mais sans plus….oui tout tourne autour de vince et son pote…et le fameux taxi…je ne sais pas pourquoi mais j’ai retenu le taxi a aussi son role…lol

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s