Alice au camp des biches

alice

Un lac paisible, un été radieux, des tentes confortables en lisière de la forêt: est-il rien de plus merveilleux ?
Au camp des Biches, Alice et son amie Hélène s’apprêtent à passer de joyeuses vacances.
Mais il semble que le mystère et l’aventure soient vraiment inséparables de la destinée d’Alice. Les eaux claires du lac réservent aux jeunes filles de dangereuses surprises. Dans la forêt, toute baignée d’ombre et de silence, la paix et l’harmonie ne sont peut-être qu’apparences…
Quel étrange personnage que cette jeune Laura, rencontrée par Alice : craintive, secrète, elle semble sans défense devant son tuteur, Jacob Ascott. L’attitude de celui-ci est d’ailleurs si surprenante qu’Alice pressent une énigme.
Elle se promet aussitôt d’en découvrir le secret…

Barre-de-séparation

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été une très grande fan d’Alice, au point d’accumuler les différents tomes dans la maison de mes parents.
J’ai profité d’avoir récupéré quelques cartons en ce début d’année pour me replonger dans les aventures de cette jeune fille qui n’a pas froid aux yeux.

Au programme, Alice passe des vacances en compagnie d’une amie à elle, Hélène. J’avais complètement oublié que Bess et Marion n’étaient pas présentes au cours des premières aventures, mais on ne peut pas dire qu’Hélène marquera longtemps les esprits.
Au cours d’une promenade en bateau, les deux jeunes filles sont surprises par une tempête et sauvées de justesse de la noyade par une jeune orpheline qui vient d’hériter de sa mère et qui attend l’arrivée de son tuteur, qui se trouve finalement être un odieux personnage.
N’écoutant que son cœur, Alice va venir en aide à Laura et tout faire pour lui rendre sa fortune.

Ce n’est sans doute pas l’histoire la plus palpitante vécue par Alice. Tout est assez linéaire et l’action est essentiellement concentrée dans des poursuites en voiture et des filatures dans les bois.

Mais on retrouve tout de même les thèmes qui ont fait le succès de la série, avec une héroïne intrépide et très indépendante pour l’époque (on est en 1930 et Alice conduit sa propre voiture), qui n’hésite pas à venir au secours d’une jeune fille qu’elle ne connaît pourtant qu’à peine.

Il est à noter que même si l’intrigue n’est pas des plus palpitantes, il y a un vrai effort de fait pour l’écriture.
Alors que les livres pour la jeunesse sont souvent écrits dans un langage très simple, on trouve ici des tournures au passé simple et à l’imparfait du subjonctif qui font plaisir à voir. Comme quoi, on peut écrire pour les plus jeunes sans les prendre pour des illettrés. Du moins dans les premières éditions puisque les différentes traductions se sont chargées de simplifier le vocabulaire et de passer l’action au présent, ce qui ne fait que me désoler.

Alice au camp des biches
Caroline Quine
Hachette

Publicités

3 réflexions sur “Alice au camp des biches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s