La Sonate oubliée

cvt_la-sonate-oubliee_4985

Deux jeunes filles réunies à travers les siècles.
Deux cœurs passionnés de musique de liberté.
Une ville, Venise, jadis et aujourd’hui.
À 17 ans, Lionella, d’origine italienne, ne vit que pour le violoncelle, ce qui la distingue des autres adolescents de Seraing, la petite ville où elle habite en Belgique. Elle peine toutefois à trouver le morceau qui la démarquerait au prochain grand concours Arpèges. Jusqu’au jour où son meilleur ami lui apporte un coffret en métal, déniché dans une brocante.
Lionella y découvre un journal intime, une médaille coupée et… une partition pour violoncelle qui ressemble étrangement à une sonate de Vivaldi.
Elle plonge alors dans le destin d’Ada, jeune orpheline du XVIIIe siècle, pensionnaire de l’Ospedale della Pietà, à Venise, dans lequel « le prêtre roux », Antonio Vivaldi, enseignait la musique à ces âmes dévouées.

Merci à NetGalley et aux éditions Préludes pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

C’est en Belgique que nous partons faire la connaissance de Lionella, jeune fille passionnée de violoncelle qui se présente à un grand concours.
Cherchant à tout prix à se démarquer dans son interprétation, elle choisit de jouer une partition inconnue trouvée dans un vide-grenier par son ami Kevin, qui lui semble être une œuvre de Vivaldi.

Lionella est une jeune fille très sure d’elle qui m’a très vite beaucoup agacée. En fait, elle est infecte. Elle montre très peu d’attachements et se sert de Kevin comme d’un subalterne.
Lionelle a beau indiquer à de nombreuses reprises qu’elle est son amie, il donne surtout l’impression de n’avoir personne d’autre à qui s’accrocher et qu’il ferait à peu près n’importe quoi pour garder son affection.

Le récit alterne entre ce présent et un passé dans lequel évolue Ava, une autre jeune fille élevée à l’Ospedale della Pietà de Venise et qui devient une grande violoncelliste en apprenant au contact de Vivaldi.

Ada est une étrange fille, que j’ai trouvé assez curieuse dans sa manière d’écrire son journal, mais finalement assez attachante dans sa simplicité.
J’ai finalement beaucoup aimé tous ses passages parce que j’ai appris beaucoup de choses sur Venise, sur le fonctionnement des orphelinats de cette ville et sur Vivaldi.

Le travail effectué par l’auteur sur ces sujets m’a permis d’apprécier pleinement ce livre et je suis contente d’avoir pu mieux découvrir ce monde de la musique classique.
Malgré des personnages qui ne m’ont pas forcément séduite, j’ai beaucoup aimé le voyage qu’ils m’ont permis de faire.

La Sonate oubliée
Christiana Moreau
Préludes

Publicités

3 réflexions sur “La Sonate oubliée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s