Ceux qui sont restés

ceux-qui

Ça vous dirait de ruiner votre carrière et votre couple en un seul jour ? De devoir retourner vivre dans votre maison d’enfance abandonnée ? Moi non plus. Pourtant me voilà contraint à ce retour à la case départ.
Je retrouve des visages familiers, mais la petite ville qui m’a vu grandir a bien changé. Et les souvenirs d’enfance qui remontent ne sont pas tous agréables, surtout celui de l’enlèvement jamais élucidé de mon meilleur copain.
Alors quand de curieux incidents laissent penser que le ravisseur est de retour, je vais devoir mettre en risque ma santé mentale pour affronter mes vieux démons et chercher la vérité.

Merci à NetGalley et aux éditions Librinova pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Bastien pensait bien avoir réussi sa vie à New-York. Mais il apprend le même jour que son associé a fraudé  avec l’argent de leur société et que sa femme Capucine le trompe.
Sa seule porte de sortie est de rentrer se réfugier dans l’ancienne maison familiale, dans une ville en plein marasme et sur laquelle plane encore le souvenir de Félix, le meilleur ami de Bastien, enlevé juste avant l’entrée au collège.

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en ouvrant ce livre. Je pensais me trouver devant un récit du retour de Bastien dans la campagne de sa jeunesse, rencontrant ses anciens amis devenus tous des losers alors que lui a réussi dans la grande ville. Une espèce de retour à la terre, pétri de bons sentiments et de souvenirs émus du passé.

Le début du roman tend en effet un peu vers là.
En compagnie de Bastien on découvre les personnes qu’il a côtoyées à l’école, les petits gamins devenus grands et installés maintenant en notaires d’une petite ville de cambrousse qui se dépeuple au fur et à mesure que les usines du coin ferment.
On rencontre le maire, le médecin, l’avocat, l’instituteur. Et même Karim, l’ancienne tête de turc de l’école devenu inspecteur.

Mais au delà de ça, Vergniers cache aussi un mystère. La disparition de Félix, l’assassinat de sa sœur Sidonie, la mort du clochard du coin, accusé de ce crime.
En même temps qu’il se réinstalle en ville, la mémoire de Bastien lui revient et les traumatismes de sa jeunesse se réveillent. D’autant plus que des lettres anonymes se mettent à circuler remettant en cause la version donnée dans le passé.

J’ai adoré ce livre.
L’enquête de Bastien pour démêler les fils de sa mémoire m’a passionnée. Mais j’ai aussi aimé replonger dans ce passé plein de rancœurs tenaces et de non-dits, ces secrets de villages où finalement rien n’est aussi tranquille qu’il le parait.

C’est simple à lire, les pages défilent et si mon coup de cœur en termes de personnages est allé pour Karim, j’ai aussi beaucoup aimé Bastien.
C’est le premier roman de Charles Revue et c’est une très jolie réussite, pour tous ceux qui aiment les polars menés avec beaucoup de suspense.

Ceux qui sont restés
Charles Revue
Librinova

Publicités

2 réflexions sur “Ceux qui sont restés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s