Les grandes jambes

les grandes jambes

Marion, collégienne en pleine croissance, est obsédée par la longueur de ses jambes qui n’en finissent pas de s’allonger, rendant la recherche d’un jean qui lui aille bien extrêmement délicate. A l’âge des complexes, des premiers émois amoureux et de la construction de l’image de soi, être hors cadre se révèle parfois difficile, voire douloureux. Comment attirer les regards de Grégory, dont elle est amoureuse, avec un pantalon qui lui découvre les chevilles ?

Mais alors que le collège part en voyage scolaire à Amsterdam, Marion profite de cette occasion pour élargir son horizon. Elle approfondit sa passion pour l’art, notamment en découvrant in situ le célèbre tableau La Ronde de nuit, et met en perspective ces contrariétés d’adolescente née après l’an 2000 en visitant la maison d’Anne Frank.

Merci à Net Galley et Slalom pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Marion, c’est moi !
En à peine quelques lignes, j’avais déjà adopté ce livre grâce à cette héroïne dans laquelle je me suis pleinement reconnue en un instant.
Et pas seulement physiquement, même si j’ai connu exactement le même problème de longueur de pantalons en rentrant au collège, mais aussi sur son tic de construction de phrases.

Si Marion est adepte du découpage vertical de syllabes, pour ma part, je calcule mes phrases pour que le nombre de lettres soit un multiple de quatre.
Chacun ses manies, ne me jugez pas, je me soigne XD .

Notre seul point de désaccord sera pictural, elle aime Rembrandt et La Ronde de nuit, je suis plutôt Vermeer.

The_Nightwatch_by_Rembrandt

Les grandes jambes est un livre tout simple, mais qui parle sans détour des complexes adolescents, de l’amitié, des histoires d’amour qui virent à l’obsession et de l’art.

Écrit tout en douceur par une auteur dont j’ignore à peu près tout à part le nom mais qui maitrise parfaitement son sujet, ça a été un vrai régal de plonger dans ses pages et de découvrir cette histoire à la fois juste et très sensible.

Marion l’amoureuse s’ouvre au monde et découvre la peinture et l’histoire.
Elle découvre aussi Amsterdam, un autre pays, une autre culture, une sortie de son quotidien.

Sophie Adriansen réussit dans ce court livre à aborder chaque problème avec précision, sans jamais en faire trop ou pas assez. La réflexion est vraiment posée sur le fond et chaque adulte saura sans aucun doute se reconnaître en Marion qui est vraiment un personnage très crédible.

C’est une grande réussite, à mettre entre toutes les mains des jeunes adolescents complexés par leur physique.

Les grandes jambes
Sophie Adriansen
Slalom

Publicités

2 réflexions sur “Les grandes jambes

  1. Je suis tout à fait d’accord concernant l’écriture et l’identification au personnage. On arrive parfaitement à se mettre à sa place, et je pense que les ados devraient s’y reconnaître 🙂
    Par contre, j’ai été bloquée dans ma lecture par une seule petite phrase au début du bouquin (où elle parle d’une personne en surpoids en terme pas très élogieux), et du coup je ne pense pas que ce soit fait pour les ados vraiment complexés, surtout si c’est par un problème de poids (ça n’a jamais été mon cas, et ça m’a pourtant beaucoup choquée…).

    Aimé par 1 personne

    • Oui, j’ai trouvé ça assez méchant moi aussi, surtout venant d’une personne elle même complexée.
      Après je me rappelle que plus jeune je faisais moi aussi des réflexions pas très sympa alors que mon physique ne me plaisait pas :/ C’est plutôt réaliste au final, malheureusement 😦

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s