La chambre des curiosités

pendergast

Manhattan. Les ouvriers d’un chantier de démolition s’affairent parmi les gravats, lorsque le bulldozer se fige soudainement devant l’horreur du spectacle qui apparaît ; des ossements humains.
L’enquête menée par Pendergast, du FBI, l’archéologue Nora Kelly et le journaliste William Smithback établit qu’il s’agit des restes de trente-six adolescents, victimes d’un tueur en série, le Dr Leng, ayant sévi à New York vers 1880.
Les jours suivants, plusieurs meurtres sont commis selon le mode opératoire de Leng. Se peut-il que ce dingue soit toujours vivant ? Ou aurait-il fait des émules?

Barre-de-séparation

J’aime Pendergast d’amour.
Ce personnage, qui n’a toujours pas de prénom dans ce tome, fait partie de mes préférés, quelque soit le genre de mes lectures d’ailleurs, et c’est toujours un plaisir de le retrouver pour une nouvelle aventure.

La Chambre des curiosités est le troisième dans laquelle il apparaît et, cette fois, l’intrigue le touche de bien plus près que précédemment.

Pendergast se montrait très exigeant vis-à-vis des autres, mais il ne donnait jamais rien en échange.

Premier sur les lieux de la découverte d’un charnier, il demande cette fois l’aide de Nora Kelly, archéologue au Musée d’histoire naturelle de New York, et se voit adjoindre, pour son enquête, le sergent O’Shaughnessy, adepte d’opéra.
En l’absence de Margo Green, qui a quitté le Museum, et de d’Agosta, qui est parti au Canada, ces deux là les remplacent agréablement.
D’autant plus que Bill Smithback est toujours de la partie puisque le journaliste est maintenant en couple avec Nora (leur rencontre est à lire dans Les Sortilèges de la cité perdue). Rassurez-vous, son personnage n’a pas changé et il est toujours autant agaçant, tout en réussissant à attirer la sympathie.

L’atmosphère mise en place est excellent, le suspense parfaitement dosé.
Tout comme Pendergast, Preston et Child ont mené une reconstitution du New York des années 1880 assez exceptionnelle et j’ai aimé en apprendre plus sur ces cabinets de curiosités qui donnent leur nom à ce roman.
Et Sherlock n’a rien inventé avec son palais mental !

L’enquête monte en pression et tous les éléments sont réunis pour un thriller mêle d’une petite touche de fantastique.

Ce roman est encore une fois une très belle réussite, que j’ai adoré tout simplement.

La Chambre des curiosités
Preston et Child
J’ai Lu

Publicités

8 réflexions sur “La chambre des curiosités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s