Croire

croire (2)

Étudiant en art, Fabien pensait avoir la vie devant lui et esquissait lentement ses projets d’avenir.
Lorsqu’il apprend que la mort prématurée de son père a été causée par une maladie génétique dégénérative et héréditaire, son monde s’écroule. Les doutes et la peur l’assaillent, pour son frère… pour lui-même…
Face à cette réalité, il lui faudra mobiliser son courage pour surmonter l’épreuve qui l’attend. Sans parler de Gaël, ce danseur qu’il vient de rencontrer et pour qui il éprouve déjà des sentiments surprenants.
Peut-il se permettre d’espérer un futur ensemble alors que cette menace invisible plane sur lui ? Malgré les incertitudes, Fabien veut y croire.

Merci à MxM Bookmark pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Fabien a 25 ans, la vie devant lui et il est en train de tomber amoureux de Gaël, un ancien danseur qu’il vient de rencontrer.
Malheureusement, il vient aussi d’apprendre que son  père est mort d’une maladie héréditaire et qu’il pourrait lui aussi en être porteur.

J’ai trouvé la style de ce roman très étrange et j’ai eu du mal à accrocher à certains passages, longs et descriptifs, se contentant d’aligner des faits sur les personnages.
Certains dialogues m’ont aussi semblé parfois peu naturels (qui raconte la liste complète de ce qu’il prend au petit déjeuner en se réveillant le premier matin ?).
C’est assez rébarbatif et enlève un peu de spontanéité, alors qu’à côté de ça, certaines répliques sont magnifiques.

Celui-là, il pourrait me faire souffrir, vraiment souffrir, j’en ai l’intuition. Il me fait trop d’effet. Je pense souvent à lui, avec envie. Je pourrais vraiment y laisser mon cœur.

C’est dans les interactions entre personnages que j’ai été séduite.
Fabien et Gaël sont touchants, que ce soit dans les difficultés mais aussi dans la simplicité de leurs rapports. Ils ne se posent que peu de questions sur leur couple et c’est très rafraîchissant de rencontrer deux personnages qui vivent leur amour sans difficultés.
S’il leur faut beaucoup de courage pour affronter l’éventualité de la maladie, ils sont en revanche très unis pour y faire face et j’ai adoré que Gaël soit toujours présent, soutien indéfectible de Fabien.

La maladie de Huntington, dont je connaissais rien jusque là, est bien évidemment au centre du récit, mais la notion de famille n’est pas oubliée, et il y a surtout beaucoup d’espoir.

Pas seulement envers la maladie, mais envers la vie tout simplement.

Croire … croire qu’il est possible qu’aucun de nous deux ne soit porteur du gène. C’est difficile parce que mon père et mon oncle étaient tous deux malades, qu’ils étaient les seuls enfants de ma grand-mère, avec des pères différents.
Croire … et ne pas se laisser aller au découragement.
Croire … et ne pas autoriser les doutes et la peur à prendre le dessus.

Croire
Nathalie Marie
MxM Bookmark

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s