Oh la vache !

oh la vache

Vous connaissez Emma Bovary ? Voici sa cousine américaine, une adorable petite vache au destin tout aussi romanesque. Pour Elsie Bovary, le bonheur a toujours été dans le pré – jusqu’au jour où elle comprend qu’elle est vouée à finir en steak haché. Flanquée de deux complices, Shlomo le cochon converti au judaïsme et Tom le dindon qui voulait voir Istanbul, Elsie, déterminée à éviter l’abattoir, se lance dans un rocambolesque projet de Grande Évasion.

Merci à Net Galley et aux éditions Grasset pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

David Duchovny, le célèbre acteur d’X-Files, se lance dans l’écriture !
A vrai dire, c’est une série que je n’ai jamais suivie, ni Californication d’ailleurs, du coup je le connais très peu et j’étais curieuse de voir son style d’écriture.

Avec sa jolie couverture et son résumé original, je m’attendais à une grande aventure animalière, un peu dans le style des dessins animés Pixar.

Elsie est une vache assez heureuse qui vit aux États-Unis.
Le jour où elle comprend qu’elle va finir à l’abattoir comme sa mère avant elle, elle décide de prendre sa vie en mains en pattes et de voyager en Inde, où les vaches sont adorées plutôt qu’abattues.
Pour ce drôle de périple elle s’entoure de Shlomo, un cochon converti au judaïsme qui cherche à rejoindre Israël, et de Tom, une dinde au régime (Thanksgiving approche), candidat à l’émigration en Turquie…

ELSIE : Oh, tu es anorexique, alors ! J’ai entendu parler de ça. Ou boulimique. Ou tu souffres de dysmorphie corporelle. Es-tu un canard prisonnier dans une poule prisonnière dans le corps d’un dindon ? Un dincanoule ? C’est ça ?

C’est mignon, drôle, et assez plaisant à lire puisque la joyeuse bande traverse assez facilement toutes les difficultés et réussit même à prendre l’avion.
Mais ce n’est pas que cela et, au détour de quelques bons mots, l’auteur glisse des réflexions sur notre mode de consommation, et sur l’énorme gaspillage de ressources dont les humains se rendent coupables, et sur l’absurdité de la guerre au Proche Orient.

En revanche, le style d’écriture n’est pas fabuleux avec de grosses lourdeurs et les pérégrinations de nos animaux parlants entre Israël et la Palestine ont fini par me lasser.
L’absurde ne fonctionne avec moi qu’à petites doses et j’avais hâte de voir arriver le bout de cette histoire.

Oh la vache !
David Duchovny
Grasset

Publicités

3 réflexions sur “Oh la vache !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s