L’insigne du Boiteux

boiteux

Un assassin, qui se fait appeler le Prince, exécute des mères de famille sous les yeux horrifiés de leurs jeunes fils âgés de 7 ans. Opérant à l’arme blanche avec une rare sauvagerie, le meurtrier taille ses victimes en lanières. Telle est la punition qu’il inflige. Mais qui punit-il ? Et de quoi ?
Pour répondre à ces deux questions fondamentales, le commandant Falier s’adjoint les services du professeur Bareuil, spécialiste des crimes rituels, « retraité » de la Sorbonne, et de Jeanne Lumet, qui fut sa plus brillante élève. Or la jeune femme est mère d’un petit garçon de 7 ans. Détail qui n’échappera sans doute pas au Prince…

Merci à Babelio et aux éditions La Bourdonnaye pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Alors qu’elle mène une existence plutôt bien rangée entre son fils et son travail, Jeanne Lumet est appelée sur une scène de crime pour apporter son expertise en tant que spécialiste du bijou ancien.
Elle y rencontre le commandant Falier, bourru mais sympathique, mais y retrouve surtout le professeur Bareuil, son ancien directeur de thèse.

Le début de ce roman m’a beaucoup plu.
Le Prince est un tueur redoutable et méthodique et certaines de ses pensées nous sont livrées, ce qui le rend encore plus impitoyable.

Le suspens est bien dosé et prenant et les meurtres (assez cracra ) se rapprochent de plus ne plus des personnages principaux auxquels j’avais réussi à m’attacher.
Je me demande d’ailleurs comment j’ai fait pour y parvenir parce qu’entre un vieux policier qui fume comme un pompier, un universitaire pervers et une jeunette qui ne voit rien venir, ils n’avaient pas grand chose pour me plaire à l’origine.

Malheureusement, j’ai trouvé la fin un peu décevante et sans beaucoup de logique avec ce qu’on avait appris précédemment.
Les dernières révélations tombent un peu à plat et gâchent une intrigue prometteuse qui avait su me séduire.
C’est dommage parce qu’il y avait un joli travail historique effectué qui me plaisait beaucoup, mais il n’a pas pas servi à grand chose à l’arrivée.

L’insigne du Boiteux
Theirry Berlanda
La Bourdonnaye

Publicités

6 réflexions sur “L’insigne du Boiteux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s