Star Trek V : The Final Frontier

21046404_2013100312441314

En 2287, le Capitaine Kirk et son équipage prennent sur Terre des vacances bien méritées…

Mais lorsqu’ils apprennent que le Vulcain Sybok, demi-frère de Spock, vient de prendre en otage des diplomates venus cohabiter sur la planète Nimbus III, nos héros remontent à bord de l’Enterprise

02-star-trek-final-frontier1

Clap-board-and-Film-Reel-Vectors

J’avais un peu laissé tomber les Star Trek mais j’ai eu la chance que celui-ci soit diffusé à la télévision et j’ai donc sauté sur l’occasion pour rattraper un peu mon retard.
Et bien ça n’a pas été une grande réussite …

On démarre ce film en retrouvant notre équipage qui profite d’une permission pour passer un peu de bon temps.
Alors certes, c’est rigolo un moment de voir Chekov et Sulu perdus dans une forêt ou McCoy, Spock et Kirk manger des marshmallows autour d’un feu de camp. Mais c’est surtout un peu longuet.

trek5

Surtout qu’en parallèle, on nous présente la planète Nimbus III et Paradise City, un endroit où toutes les races vivent en cohabitation pacifique.
J’ai bien aimé cet endroit et j’aurais aimé en apprendre un peu plus mais pas de bol, le saloon du coin où se réunissent les ambassadeurs est attaqué par un gros vilain aux oreilles pointus qui les kidnappe pour attirer l’Enterprise A dans un piège et se servir du vaisseau pour atteindre la planète Sha Ka Ree où Dieu habiterait.

Ce vilain c’est Sybok, demi-frère de Spock, sorti d’un peu nulle part et qui se prend pour le messie (ou un télé-évangéliste, au choix) et qui hypnotise ses adversaires en leur faisant revivre leur plus mauvais souvenir.

Screen-Shot-2012-04-25-at-19.58.49

C’est sans doute un des meilleurs passages de l’épisode puisque c’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le passé des personnages, surtout celui de McCoy.

En revanche, ça ne suffit pas à rattraper un scénario qui vire au grand n’importe quoi une fois le vaisseau arrivé sur Sha Ka Ree puisque Dieu n’est pas Dieu mais un machin non identifié qui veut lui aussi piquer le vaisseau pour faire … des trucs.

Et je ne vous ai pas parlé du vaisseau Klingon qui veut détruire l’Enterprise A et le poursuit tout au long de ses aventures, ça rajoute un peu de péripéties inutiles.

star_2100625i

Bref, un film longuet, qui ne brille pas par sa réalisation (après Leonard Nimoy, c’était le tour de William Shatner de s’y coller), ni par son scénario confus.
C’est le moins bon des films Star Trek que j’ai vu jusque là et je n’en garderai pas un grand souvenir.

Excusez-moi… Excusez-moi… Je voulais poser une question. Pourquoi Dieu a-t-il besoin d’un vaisseau ?

Publicités

10 réflexions sur “Star Trek V : The Final Frontier

  1. Oh, ce voyage dans les souvenirs. Ça fait assez longtemps que j’ai vu ce Star Trek V et je n’en avais pas gardé de grands souvenirs.
    J’avoue que les vieux films commencent à bien sentir leur âge. D’ailleurs en dehors du deuxième film (et d’un Khan si grand), j’ai une grosse préférence pour les films de l’époque Next Generation, surtout First Contact (que je regarde de temps en temps avec toujours autant de plaisir).

    Merci pour ce retour dans le temps et cette petite tranche de rigolade. Je vais attendre avec impatience les chroniques sur les films suivants. 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s