Childhood’s End

childhoods-end-poster-serie

De gigantesques vaisseaux envahissent la Terre. Ces derniers sont occupés par les Overlords, des extra-terrestres qui disent apporter la paix et qui ne tardent pas à imposer leur volonté de procéder à un désarmement général, de guérir la maladie, d’endiguer la faim et la misère.

Représentés par Karellen, leur arrivée sur Terre met en place une utopie.
Mais certains s’élèvent contre ceux qu’ils estiment être les destructeurs  de l’identité et de la culture humaine.

11090_1447513019

Childhood’s End était l’une des séries que j’attendais le plus en cette fin d’année 2015.
Il s’agit de l’adaptation d’un roman d’Arthur C. Clarke pour lequel la principale critique qui est formulée est un manque d’émotions dû au fait que l’écriture ne s’attache à aucun personnage.

Ce n’est pas le cas pour cette mini-série puisque l’on suit différents protagonistes tout au long de leur vie, bouleversés par l’apparition de ces extraterrestres dans le ciel de la Terre.

11090_1450204537

Au casting, on peut retrouver Mike Vogel (Under the Dome), Julian McMahon, Georgina Haig (Once upon a Time), Charles Dance dont la voix est très reconnaissable, mon chouchou Ashley Zukerman et toute une flopée d’acteurs australiens.

L’introduction est longue mais très prenante et les vrais problèmes ne sont abordés que très tardivement, dans un troisième épisode, où la découverte de New Athena remet en perspective tout ce que les Overlords sont venus faire sur Terre et de ce que représente vraiment l’humain.

11090_1451233247

Le rire, la culture, l’art, le cinéma, les glaces et les gâteaux, les sciences, tout cela fait partie de notre humanité.
Et c’est sans aucun le point central de cette série, l’héritage que l’on laisse après nous.

C’est dommage que la réalisation soit si plate, que la temporalité soit parfois si floue et que certains personnages ne soient en fait que des concepts.

Si j’ai parfois eu l’impression de ne pas tout comprendre, cette série est sans contexte une réussite par les problématiques qu’elle a réussi à poser.

11090_1451233266

Publicités

9 réflexions sur “Childhood’s End

  1. Le pitch de départ était intéressant, mais je n’ai pas été du tout convaincue par les 3 épisodes. Pour tout dire, j’ai même failli m’endormir les 3 après-midis où je les ai vus. J’ai bien aimé le perso de Mike Vogel mais trouvé que finalement il ne servait plus à rien passé le 1er épisode. Et j’ai trouvé dommage que la dualité New Athens/le monde créé par les Overlords ne soit pas plus exploitée. En fait, tout est trop rapide dans cette mini-série, il aurait peut-être fallu que ce soit plus long pour qu’on maitrise mieux les enjeux. Mais du coup, pas sûr que j’aurais continué 😀

    Aimé par 1 personne

    • Ca aurait mérité plus de temps en effet.
      J’ai eu du mal à saisir les changements intervenus et les personnages sont finalement pas vraiment intéressants 😦 .
      Ou mal exploités. Le dirigeant de New Athens me plaisait beaucoup mais il a pas beaucoup servi à l’histoire.
      Mais en fait, ils servent un peu tous à rien XD .

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s